La Commission de l'UA appelée à jouer un rôle dans le renforcement de l' efficacité du Processus intergouvernemental    La Kafala, objet d' une circulaire du procureur général    Nasser Bourita s'entretient avec Olivér Várhelyi    CNSS : Lancement de l'opération d'immatriculation des personnes assujetties à la CPU    600 infractions à la réglementation sur les produits alimentaires constatées durant Châabane    L'activité portuaire poursuit sa tendance baissière à fin mars    L'Agence Bayt Mal Al-Qods abrite une exposition sur la ville sainte    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    L'Egypte réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Le Kremlin juge " positif" que Biden, comme Poutine, souhaite renforcer le dialogue    La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet    L'efficacité des vaccins chinois remise en question    Un sculpteur et les héritiers d'Hergé s ' affrontent sur "l' originalité" de Tintin    Qui est Frank Grillo, le nouveau monsieur muscles de Hollywood ?    "Raya " , "Godzilla vs Kong " : les sorties directes sur petit écran se multiplient    Real Madrid: clap de fin pour Sergio Ramos    Nucléaire : l'Iran a commencé à produire de l'uranium à 60 %    Maroc/Covid-19 : 7 décès et 587 nouvelles contaminations en 24h    Intempéries: Khouribga sous l'eau (PHOTOS)    Coupe de la CAF : Le Raja en Tanzanie sans ses cadres    Il n'y a pas que la Covid-19, Aubameyang hospitalisé à cause de la malaria    Jeux Olympiques de Tokyo / Football : Tirage des groupes le 21 avril    Ramadan 2021 : 2M s'accapare 45% de l'audience télévisuelle en prime time    Quant Ali Aarass fournissait des armes à feu au mouvement des moudjahidines du Maroc    Al Hoceima : un jeune homme rompt son jeûne en public    Tanger: un centre affilié au ministère des Habous vandalisé    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    Le roi Mohammed VI écrit à la reine du Danemark    Maroc : Africa Business School lance à nouveau le mastère spécialisé en action publique    Botola Pro : Le WAC tenu en échec par le MCO    Barça: l'offre de Laporta à Messi    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    La BVC débute en hausse    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 13 nouveaux pays    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    Covid-19 : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec treize nouveaux pays    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    Un an après le début de la pandémie du Covid-19 au Maroc,Festival du rire de Casablanca : Malgré la pandémie, le rire réunit les Bidaouis !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ni chaud ni froid, les hammams n'ouvriront pas!
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 06 - 2020

Les propriétaires des hammams traditionnels et douches sont décidés. Pas de reprise d'activité tant que leurs doléances ne sont pas prises en considération
« Nous n'allons pas ouvrir. Et la reprise ne va se faire que si tout rentre dans l'ordre », lance Rabie Ouaacha, président de la fédération nationale des associations des propriétaires des hammams traditionnels et douches au Maroc. Les opérateurs sont aujourd'hui perplexes, ils ne savent comment gérer cette reprise. «Comment on va gérer le flux et limiter la fréquentation à 50% de la capacité ? Comment on va s'assurer du respect des mesures de distanciation et autres précaution à l'intérieur des locaux ?… , nous sommes dans confusion totale », assure Ouaacha qui ajoute aussi que même sur le plan financier, cela semble difficile puisque les charges seront les mêmes pour 50% ou 100% de la capacité. « Pour démarrer, il faut chaque matin près de 1.000 DH de bois. Et les gens sont déjà en crise financière », note Ouaacha. Ce dernier est catégorique : On ne peut prendre le risque. L'ouverture ne se fera qu'après la levée totale de l'état d'urgence sanitaire et prise en considération des doléances des opérateurs du secteur.
Une crise financière
Le secteur compte aujourd'hui, près de 12.000 professionnels et emploie plus de 200.000 personnes directement. Il faut dire que la filière a été fortement secouée par le coronavirus. Quatre mois d'arrêt d'activité a privé les propriétaires et employés de leur source de revenus. Les loyers s'accumulent, les dettes aussi. Conséquence : «les gens n'avaient pas de quoi manger. Et pour les soutenir, les associations régionales ont décidé de distribuer de 500 à 600 paniers de produits alimentaires par région. », regrette Rabie Ouaacha qui nous confie avec une boule dans la gorge qu'il a été contacté par certains propriétaires de hammams relevant du secteur privé, qui n'avaient d'autre choix que de lui demander de leur envoyer discrètement des paniers pour faire nourrir leurs enfants. « J'en pleurais chaque soir en rentrant chez moi », raconte Rabie Ouaacha.
Pour les masseuses (Tyaba ou Kessala), la situation a été encore plus déplorable. «Elles ne bénéficient d'aucune couverture sociale, n'ont pas de Ramed pour la plupart et vivent le jour au jour. Rares sont celles qui ont bénéficié du soutien de l'Etat prévu pour le secteur informel. Les autres, n'ont pas eu d'autres solutions que de mendier », déplore Ouaacha qui préconise de revoir la situation de ces employés en leur permettant d'accéder au statut d'auto-entrepreneur.
Un état lamentable des lieux
Au-delà des difficultés financières, aujourd'hui, si les opérateurs ne veulent pas rouvrir c'est que leurs Hammams sont dans état lamentable. Fermés pendant toute la période du confinement, Rabie Ouaacha décrit des lieux où les citernes sont rouillées, les robinets entartrés, les vannes grippées ....bref tout l'équipement est pris en masse par la rouille. «Un Hammam n'est pas un café ou un restaurant. Pour le redémarrer il faut tout changer », nous explique Ouaacha. «C'est un investissement supplémentaire que la majorité des opérateurs e peuvent supporter », complète t-il. Aujourd'hui, les opérateurs interpellent le ministère du commerce et de l'industrie. Une dizaine de courriers ont été envoyés aux différentes parties prenantes. Sans réponse. «Il faut que l'Etat nous écoute et prend en considération notre souffrance », lance Ouaacha. A bon entendeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.