Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 4 août à 18h    Hôtellerie : Accor compte supprimer 1.000 emplois dans le monde    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Mise en place d'un pacte pour la relance économique et l'emploi    Le Discours de la clarté et de l'espérance    France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Fortes chaleurs: Soyons vigilants    Casablanca: le personnel médical exprime son rejet de la décision d'Aït Taleb    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Alsa Al Baida suspend les lignes de bus Casa-Mohammedia    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Une transaction sur 50 est frauduleuse    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche plus virulente    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Troubles de l'érection. La solution existe    Notre e-mag Challenge revient en début septembre    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Approvisionnement en eau potable à Demnate: L'ONEE s'explique    Les répercussions de la Covid-19 sur les banques marocaines    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Casablanca: violent incendie au quartier Beauséjour    Covid-19 : Les autorités de Tanger serrent la vis pour contenir la propagation de la pandémie    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Aggravation du déficit commercial en 2019    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khashoggi: le Tribunal d'Istanbul ouvre le dossier
Publié dans Albayane le 06 - 07 - 2020

Même mort, il n'a pas été enterré. Il en est de même de la malheureuse affaire de son décès dans d'atroces conditions dans le consulat de son pays à Istanbul puisque bien que les faits remontent au 2 Octobre 2018, ceux-ci ressurgissent, de temps à autre, et continuent de soulever moult interrogations. Lui, c'est, bien sûr, le journaliste saoudien Jamal Khashoggi dont la dépouille – découpée en petites pièces, dit-on – n'a jamais été retrouvée.
Pour comprendre les raisons de sa disparition, il suffit de savoir qu'en prônant une monarchie similaire à celle du Royaume-Uni, Jamal Khashoggi avait écrit dans l'un de ses articles en Février 2018 que « le Prince héritier aurait des choses à apprendre de la reine Elizabeth ». Il ajoutera, par ailleurs, que «la maison royale britannique a gagné une véritable stature, le respect et le succès en faisant preuve d'humilité. Si Mohammed Ben Salmane (le prince héritier d'Arabie saoudite) peut écouter ceux qui le critiquent et reconnaître qu'eux aussi aiment leur pays, il peut renforcer son pouvoir».
Le dernier article signé de la main de Jamal Khashoggi et daté du 11 Septembre 2018 – donc moins d'un mois avant sa tragique disparition – avait pour titre «le prince héritier d'Arabie saoudite doit rendre la dignité à son pays». C'en était trop pour un Mohamed Ben Salmane convaincu d'avoir un droit de vie et de mort sur ses sujets. Aussi, en signant cet article, le journaliste saoudien avait signé son arrêt de mort. Il le savait puisqu'en rentrant, ce 2 Octobre 2018 au matin, dans les locaux du Consulat saoudien d'Istanbul, il avait laissé son téléphone à sa fiancé et gardé à son poignet une montre «intelligente» relié à cet appareil.
Les faits relatifs à la disparition du correspondant saoudien du « Washington Post » sont remontés à la surface, ce vendredi, lorsqu'un tribunal d'Istanbul a commencé à juger 20 saoudiens accusés par les autorités turques d'avoir tué et démembré l'intéressé dans les locaux du Consulat de leur pays à Istanbul où il s'était rendu pour récupérer un document. Mais bien que, parmi les personnes incriminées, figurent deux proches du prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane et qu'en théorie tout ce beau monde risque la prison à vie pour « homicide volontaire prémédité avec l'intention d'infliger des souffrances », la procédure mise en œuvre par la justice turque revêt un caractère purement symbolique dans la mesure où aucun d'eux ne se trouve en Turquie.
Agnès Callamard, la rapporteuse spéciale des Nations-Unies sur les exécutions extrajudiciaires, Yasin Aktay, conseiller du président turc et proche de Khashoggi et Hatice Cengiz, la fiancée turque du journaliste disparu, assistaient à l'audience. Ayant accompagné son fiancé, le jour des faits, jusqu'à la porte du Consulat saoudien d'Istanbul et donné l'alerte sur sa disparition après avoir vainement attendu sa sortie, Hatice Cengiz espère que cette audience permettra de «faire la lumière» sur certaines zones d'ombres non encore élucidées deux ans après les faits comme, par exemple, le sort que les assassins ont réservé aux restes du défunt.
Déplorant le fait que «les meurtriers de Jamal et ceux qui leur ont donné l'ordre ont évité la justice jusqu'à présent» la fiancé du journaliste disparu entend donc «épuiser toutes les options légales pour faire en sorte que les meurtriers soient traduits en justice» quand bien même, en mai dernier, le fils aîné du défunt avait annoncé que ses frères et lui-même accordent leur «pardon» aux meurtriers de leur père.
Pour rappel, l'assassinat de Jamal Khashoggi, 59 ans, avait eu lieu dans des conditions tellement atroces et inhabituelles qu'il avait soulevé l'ire de l'ensemble de la communauté internationale, avait plongé l'Arabie Saoudite dans une profonde crise diplomatique et terni l'image de son prince héritier immédiatement pointé du doigt par Ankara et Washington comme étant le commanditaire principal.
Le procès relatif à l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi s'est ouvert ce vendredi mais il se refermera bientôt et, sans nul doute, avant même que l'on sache ce qu'il est réellement advenu des restes du défunt puisque ses assassins jouissent encore de leur entière liberté. Parleront-ils un jour ? Rien n'est moins sûr, pour le moment, mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.