Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Botola: le Covid-19 fait reporter IRT-Berkane    BERD: un financement de 40 millions d'euros accordé au Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Ça commence à bouger...    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bulgarie: Le président réclame la démission du gouvernement «mafieux»
Publié dans Albayane le 13 - 07 - 2020

«Un consensus national anti-mafia s'est formé. L'Europe n'a pas le droit de détourner son regard de la Bulgarie. L'Union européenne a besoin d'une Bulgarie démocratique (...) Le caractère mafieux du gouvernement [de Boïco Borissov, conservateur] a poussé les bulgares de tous âges et de diverses tendances politiques à réclamer un respect de la loi».
C'est ce qu'a déclaré, ce samedi, dans un «appel à la nation» diffusé à la télévision, le président bulgare Roumen Radev, proche des socialistes et très critique à l'endroit du Premier ministre qu'il accuse d'être trop proche de certains oligarques. Aussi, pour le chef de l'Etat, «la seule solution est une démission du gouvernement et du procureur général» auxquels il reproche de s'adonner au «racket» et de bafouer «la présomption d'innocence».
En cause, les perquisitions effectuées jeudi, au siège de la présidence, sur ordre du parquet «instrumentalisé par le Premier ministre» et qui ont donné lieu à l'arrestation de deux conseillers du président. Le premier a été inculpé de «trafic d'influence» au motif qu'il aurait servi d'intermédiaire entre le chef de l'Etat et un homme d'affaire réputé «sulfureux» et le second a été accusé de s'être «approprié» de documents appartenant aux services de renseignement.
Ces perquisitions ayant été assimilées par l'opposition à une déclaration de guerre contre le chef de l'Etat, des protestataires ont, dès le lendemain, investi les rues de Sofia pour soutenir le président et son entourage et s'opposer au chef du gouvernement, à son ministre de la justice et au procureur général tous accusés de prêter main-forte à une oligarchie «mafieuse». Ces manifestations se sont soldées par 18 interpellations et six blessés dont quatre issus des rangs des forces de l'ordre et deux parmi les contestataires.
Et si, samedi et pour le troisième jour consécutif, des barrages routiers entravaient encore la circulation sur les axes majeurs de Sofia, la capitale du pays, et que les manifestants qui récusaient les «violences policières» scandaient à l'unisson «Mafia !», «Assassins !», «Démission!» à l'intention du gouvernement, il y a lieu de signaler, également, que, pour dénoncer la corruption pratiquée par le gouvernement de Borissov et concrétisée, très souvent, par la «bétonisation du littoral», des centaines de manifestants ont envahi une plage du bord de la Mer Noire interdite au public depuis qu'un proche du chef du gouvernement avait, unilatéralement, décidé de la «privatiser» à son seul profit.
D'ailleurs, depuis son entrée au sein de l'Union Européenne en 2007, la Bulgarie est régulièrement montrée du doigt et réprimandée par cette dernière pour son incapacité à mettre un terme à la corruption qui gangrène ce pays de 7,1 millions d'habitants et qui, selon Transparency International, le placerait «au dernier rang des 27 dans la perception de la corruption ambiante».
Affublé du surnom d'«Al Capone bulgare» après avoir été souvent accusé d'avoir trempé dans des affaires plutôt « louches» et dont la principale serait qu'il aurait lui-même fourni, aux jihadistes d'Al Qaïda stationnées en Libye, du «Captagon», cette drogue de synthèse qui permettrait de manipuler aisément les combattants et de les rendre plus effrayants, le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov, réussira-t-il à se maintenir au pouvoir en dépit de l'opposition du président Roumen Radev? Rien n'est moins sûr au vu du soutien, clair et sans équivoque, apporté par les bulgares à leur président mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.