Guerguerat : le PPS condamne les agissements des séparatistes    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    Azzedine El Mountassir Billah revient aux affaires à la tête d'Inwi    Le roi Mohammed VI félicite le nouvel émir du Koweït    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Après Latifa Raafat, le rappeur Droos s'indigne contre la subvention du ministère    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    100 millions de doses de vaccins supplémentaires pour les pays démunis    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Roland, Strasbourg et Hambourg    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe
Publié dans Albayane le 09 - 08 - 2020

«La privation de ma liberté me cause une profonde tristesse pour mon épouse, pour ma famille et pour les Colombiens qui croient encore que j'ai fait quelque chose de bien pour la patrie» a écrit, ce mardi, sur son compte «Twitter», Alvaro Uribe qui avait présidé aux destinées de la Colombie de 2002 à 2010 au nom de la «droite dure» et ce, après que la justice de son pays ait ordonné son arrestation pour son implication dans une affaire de manipulation de témoins contre un opposant de gauche.
Mais, à en croire les médias du pays, malgré sa condamnation à l'issue d'une audience à huis-clos, Alvaro Uribe, 68 ans, qui est le parrain politique de l'actuel président Ivan Duque et le chef du Centre Démocratique, le parti au pouvoir, ne sera pas transféré, pour le moment, dans une prison mais assigné à résidence même s'il encourt jusqu'à huit années d'emprisonnement pour «subornation» et «fraude procédurale».
En dépit du très fort soutien que lui témoignent encore ses concitoyens pour la fermeté de sa politique contre les guérillas de gauche, l'ancien président est entendu depuis le 9 Octobre dernier dans le cadre d'une enquête pour «manipulation de témoins».
En effet, en 2014, en sa qualité de sénateur, l'ancien président Alvaro Uribe avait porté plainte contre un de ses adversaires, le sénateur de gauche Ivan Cepeda accusant ce dernier de s'être rendu dans une prison pour convaincre des paramilitaires de témoigner contre lui afin de le faire condamner pour complicité avec les milices anti-guérilla.
Or, à l'issue de cette enquête, la Cour, qui ne s'est pas contentée de décréter un non-lieu a décidé d'ouvrir une enquête contre l'ancien président pour «manipulation de témoins» et «obstruction à la justice» alors même que ce dernier reste visé, par ailleurs, par d'autres enquêtes pour des crimes présumés liés notamment au long conflit armé ayant opposé, durant six décennies, le gouvernement de Bogota aux Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC).
C'est dans ce cadre, d'ailleurs, qu'en Juin dernier, la Cour Suprême de Colombie avait annoncé l'ouverture d'une enquête portant sur une affaire d'écoutes illégales qui, en 2019, auraient visé des journalistes, des hommes politiques, des syndicalistes et même d'anciens militaires ; une affaire à propos de laquelle l'ancien président a toujours clamé son innocence et qui a même poussé le parti du Centre Démocratique, au pouvoir, à mener une intense campagne médiatique pour défendre «l'honneur» de son chef.
Et si, enfin, pour les partisans de l'ancien président colombien, il serait injuste et inadmissible que «le sauveur de la patrie» soit envoyé en prison alors que les chefs guérilleros des F.A.R.C., démobilisés depuis 2016, siègent au Congrès en application des dispositions dûment fixées par l'accord de paix, l'actuel président Ivan Duque a lui-même volé au secours de son chef en déclarant, face aux caméras : «J'ai cru, je crois et je croirais toujours en l'innocence et en l'honorabilité de celui qui, par son exemple, a gagné une place dans l'histoire de notre pays».
Le soutien d'une large frange de la population colombienne dont bénéficie encore l'ancien président est-il suffisant pour l'extirper des griffes de la justice de son pays? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.