La loi relative au droit d'accès à l'information entre en vigueur    La FMEJ tire la sonnette d'alarme et réitère son projet    La vieille rengaine du polisario    Dakhla : Lancement d'un programme de plaidoyer des jeunes sur la marocanité du Sahara    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La petite Naima: le corps découvert plus d'un mois après sa disparition    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    Sofac, nouveau sponsor du Raja    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Agadir : la nouvelle identité visuelle fait polémique (photo)    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Khalid Aït Taleb aurait-il pu mieux faire ?    Madrid: l'employée d'un zoo attaquée par un gorille de 200 kg    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Hicham Lasri signe son comeback au court métrage avec une triologie baptisée «Murroc»    «Notre filière a amorcés des résultats manifestement positifs»    Malgré les reports, l'UEM tient à organiser son prochain congrès extraordinaire    Le nouveau clip de Saad Lamjarred dans le Top des tendances YouTube    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    Morts dus au Covid-19 : le Maroc fait, désormais, partie des 40 pays les plus endeuillés au monde    Assainir le processus électoral !    Guerre chimique du Rif. Emmanuel Macron interpellé    On connaît le premier relégué de la Botola    Météo: temps stable et ciel clair ce lundi au Maroc    Allthenticate: Une arme marocaine contre la cyber insécurité    Une banque de projets pour entreprendre dans l'industrie    BVC : le marché reste fébrile et bascule dans le rouge    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    Confessions dominicales : Abu Wael al-Rifi révèle des scandales pesant des milliards    Liga: Barca, Real, Atletico... Résumé de la 3ème journée (VIDEOS)    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Le Festival de Fès de la culture Soufie maintient l'édition 2020    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alexandre Loukachenko, le président inamovible...
Publié dans Albayane le 12 - 08 - 2020

Tout observateur averti ne pouvait que s'y attendre. A l'issue du scrutin qui s'est déroulé, ce dimanche, hors la présence des observateurs de l'OSCE et dans une atmosphère particulièrement tendue, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, qui n'est pas encore prêt à se dessaisir du pouvoir qu'il détient depuis plus d'un quart de siècle et qui, au moment de déposer son bulletin dans l'urne a promis qu'il n'y aurait «ni perte de contrôle» ni «chaos» dans le pays, aurait recueilli près de 80% des suffrages exprimés.
Ce score n'ayant pas été du goût de l'opposition réunie autour de la jeune candidate Svetlana Tikhanovskaia, rivale inattendue du vieux président, des heurts ont immédiatement mis face à face, à Minsk et dans d'autres villes de province, manifestants et forces de l'ordre ayant déployé, dans la capitale, un important dispositif anti-émeutes.
Après avoir dénoncé, à la veille de cette élection, les «fraudes éhontées» orchestrées par le gouvernement, la candidate de l'opposition – une jeune professeure d'anglais de 37 ans qui, lors de sa campagne électorale, était parvenue à mobiliser les foules – a estimé que la forte affluence en direction des bureaux de vote ce dimanche est déjà, en soi, la victoire d'une opposition qui serait parvenue à vaincre sa «peur» alors que pour la Commission électorale, toute acquise au pouvoir, celle-ci n'est qu'une «provocation» organisée par l'opposition.
Pour rappel, peu de temps avant le lancement de la campagne électorale, les principaux rivaux du président Loukachenko avaient été écartés de la course à la présidentielle.
Le premier, Victor Babariko, un banquier et ancien dirigeant de la filiale biélorusse de «Gazprombank» a été arrêté le 18 juin dernier au moment même où il s'apprêtait à déposer sa candidature sous les accusations – fallacieuses, à n'en point douter – de «blanchiment d'argent» et de «participation à un groupe délinquant» et, par voie de conséquence, des très forts soupçons de financement illégal de sa campagne qui pèseraient ainsi sur lui. Le second, Valery Tsepkalo, ancien ambassadeur de Biélorussie aux Etats-Unis, aurait fui en Russie après que sa candidature ait été rejetée au motif qu'il n'aurait pas réuni les 100.000 signatures requises pour sa validation ; ce que conteste le vice-président du Centre «Viasna» selon lequel il n'existerait aucune procédure transparente de décompte des signatures.
A signaler, également, que pendant la semaine précédent le scrutin, le pouvoir avait redoublé d'efforts pour enrayer l'essor de la jeune candidate et qu'il en était même arrivé jusqu'à arrêter, la veille, Maria Moroz, la cheffe de son QG de campagne et neuf autres de ses collaborateurs.
Au vu de tout cela et de la manière avec laquelle les forces de l'ordre ont dispersé les manifestations qui eurent lieu, dès la proclamation des résultats, aussi bien dans la capitale que dans d'autres villes de province, comme Brest, Pinsk, Gomel ou Grodno, l'ONG de défense des droits humains «Viasna» a dénoncé une utilisation «disproportionnée» de la force par la police qui aurait fait usage de grenades assourdissantes et les nombreuses arrestations opérées parmi les manifestants.
Et si Alexandre, un jeune manifestant de 35 ans, considère que la «falsification totale» de ces élections est «un crime et une humiliation du peuple», nombreux sont les observateurs qui ont fait part de leurs craintes quant à une accentuation de la répression du moment qu'après plus d'un quart de siècle, le président Alexandre Loukachenko n'entend toujours pas céder la place.
Aussi, si nul, à l'heure actuelle, ne peut se prononcer, avec certitude, sur le devenir de cette ancienne république de l'ex-URSS, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.