Abdennabaoui s'entretient avec une délégation judiciaire mauritanienne    Le Médiateur du Royaume plaide pour une justice numérique    Mamadou Tangara : des relations excellentes avec le Maroc    Exclusif: L'initiative pour la sécurité mondiale: réponse chinoise aux défis sécuritaires internationaux    Fès-Meknès : Signature de 10 conventions d'investissement de 160 MDH    E-commerce : Le boom de l'E-commerce se poursuit en Afrique, selon les résultats de Jumia    La Russie annonce que près de 700 soldats ukrainiens d'Azovstal se sont rendus    Maroc Historic Rally. C'est parti pour la 11ème édition    Samira Bennani remporte la 1ère édition    Compteur coronavirus : 116 nouveaux cas et 1 décès en 24H    Etudiants marocains en Ukraine : Mise place d'une plateforme de dépôt des pièces justificatives    Phase III: consolider les acquis en s'attaquant aux freins du développement humain    Dakhla / Assises régionales : Pour un nouveau modèle de l'Université marocaine    Ouarzazate : un centre des professions infirmières voit le jour    Jazzablanca : Anfa Park abritera la 15e édition    Présentation de la pièce «Bambara, le conteur de la sagesse »    La Fondation des arts vivants met le théâtre marocain à l'honneur    Les frères Tharaud et Jean Gaston Mantel sur l'écran d'Attakfia    Promotion de l'investissement : L'UpM lance un Hub    Efficacité énergétique: l'AMEE et l'ANEP coopèrent pour des bâtiments publics durables et résilients    Jeune Afrique : "Tunisie – Réforme constitutionnelle : la course contre la montre est lancée"    Vidéo. « Green Card » en avant-première au Mégarama de Casablanca    Malgré la crise, les recettes douanières enregistrent un record avec 111,2 Mds de DH en 2021    Lions de l'Atlas: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-USA (Amical)    Véhicules d'occasion : L'entreprise marocaine Kifal Auto achetée par le Nigérian Autochek    Paris, première étape du "Light Tour" de l'ONMT    Le Marocain Nasser Larguet nommé directeur technique national en Arabie saoudite    Amnesty International « inquiète » pour l'état de santé d'un militant en détention en Algérie    Covid-19. Voici les nouvelles conditions d'accès au territoire national par voie aérienne    Royaume-Uni: l'inflation atteint 9% en avril, une première depuis 1982    Autoproduction électrique: «une réforme qui incitera le privée à investir», assure Leila Benali    Les villes intermédiaires au cœur du Sommet Mondial de Kisumu    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    Espagne/sécurité sociale: Les Marocains se maintiennent en tête du classement    Plus de 4 millions bénéficiaires du programme d'alphabétisation dans les mosquées    La sélection marocaine scolaire remporte deux médailles de bronze    Basketball : Plusieurs blessés après l'effondrement d'une tribune d'une salle à Tanger    Finale de la Ligue des champions : Les six conditions ''menaçantes'' d'Al Ahly !    Equipe nationale : L'annonce de la liste des convoqués reportée à la semaine prochaine    France : Gesticulations à Grenoble autour du «burkini», autorisé à Rennes depuis 2018    Littérature tunisienne : La clause paternelle ou la rupture atavique    Dynamique de Marrakech : Deux autres pays réitèrent leurs appuis à la marocanité du Sahara    Canada : Le Maroc à l'honneur du Festival du film de l'Outaouais    Le temps qu'il fera ce mercredi 18 mai 2022    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 18 mai    Ouverture des points de passage de Bab Sebta et Beni Ansar aux voyageurs    Voya envisage de racheter la majorité des activités de gestion d'actifs d'Allianz aux Etats-Unis    France: coup d'envoi du Festival de Cannes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un site toujours accueillant et magique
Publié dans Albayane le 06 - 09 - 2020


L'Ourika en temps de la Covid-19
Par: Samir Lotfy (MAP)
Joyau naturel et site paradisiaque des plus prisés par les mordus de la nature et ceux en quête de quiétude et de villégiature, la vallée de l'Ourika et les zones avoisinantes ont vécu une saison estivale exceptionnelle (maigre), en raison de la propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19) ayant, tout au moins, permis à la nature de reprendre ses droits et de se protéger, pour quelque temps, contre les agressions et les comportements irréfléchis de l'Homme.
Très réputée tout au long de l'année, par ses températures si clémentes même en temps de canicule, ainsi que par ses paysages pittoresques et magiques à couper le souffle, offrant gracieusement aux hôtes de belles balades et randonnées entre oliveraie, ruisselets, plateaux verdoyants, montagnes et cascades, la vallée de l'Ourika n'a pas été, pourtant, complètement abandonnée par ses amoureux et ce, en dépit des moments durs engendrés par le coronavirus.
Si la période du confinement décrété par les autorités compétentes dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire s'est avérée très difficile notamment, pour les autochtones parmi ceux qui vivent du tourisme, du commerce et de l'artisanat, la vie est revenue de manière graduelle sur le site qui a pu accueillir, surtout pendant les weekends et même si cela s'est opéré de manière timide, ses visiteurs parmi les mordus de la nature, ceux en quête de détente et de ressourcement, dans le respect le plus absolu des règles préventives.
Et pour preuve : Au départ de Marrakech à destination de l'Ourika plus précisément au niveau du boulevard Mohammed VI, plusieurs barrages de contrôle sont dressés par les services préfectoraux de la Police. Plus loin encore, le relais est passé aux éléments de la Gendarmerie Royale qui ne lésinent guère sur les moyens pour opérer tous les contrôles nécessaires des usagers de cet axe routier (contrôle d'identité, des autorisations exceptionnelles de déplacement….).
Arrivé au village de « Tnine Ourika », à destination de la vallée de Sti Fadma, un silence inhabituel enrobe l'atmosphère laissant croire que « le court de vie s'est arrêté soudainement », pourtant il n'en est rien de cela. Au fil qu'on avance, au coeur de la vallée pour se perdre dans sa splendeur, on s'aperçoit que l'accueil des riverains est si chaleureux et si spontané, avec comme trait apparent « un sourire profond » sur leurs visages. L'hospitalité dans cette partie du territoire national est palpable comme en témoignent les invitations multiples lancées, crescendo, par les prioritaires des petits restaurants traditionnels dès qu'on arrive à « Oulmès » ou « Aghbalou ».
Au rang des services proposés, une belle table, pied dans l'eau aux abords de l'Oued de l'Ourika, avec au menu des tajines succulents (viande de chevreau, veau..) aux légumes bio, salade marocaine, grillades, thé à la menthe et aux plantes aromatiques….etc. De quoi satisfaire tous les goûts même les plus raffinés à la recherche de l'authenticité.
Un vrai moment de détente et de plaisir pour des visiteurs, bien que certains commerçants ambulants de produits de terroir, d'articles de l'artisanat ou encore de fruits de Saison « made in Ourika » (pommes, pêches, prunes, cerises…) n'hésitent pas à rompre, même pour une courte durée, le temps de proposer leurs produits et conclure des affaires.
Certes, en raison de la situation épidémiologique qui requiert davantage de vigilance et avec la rentrée scolaire qui se profile à l'horizon, les paysages qu'offre la vallée de l'Ourika semblent presque abandonnés. Pourtant, des « fuyards » de la chaleur torride de la cité ocre parmi ceux qui aspirent prendre un dernier bol d'air pur avant le retour à la routine de tous les jours, n'hésitent pas à faire le déplacement à Ourika, le temps d'une petite détente en famille au coeur de la nature.
Approché par la MAP, Mustapha Ait Said, acteur associatif, a mis l'accent sur l'impact de la pandémie sur l'activité touristique dans la région de Sti Fadma, louant au passage les efforts déployés par les autorités provinciales pour atténuer les effets de cette crise sanitaire.
A ses yeux, le décollage touristique passe nécessairement par la valorisation des atouts dont regorge cette zone, mais aussi par le respect scrupuleux des règles préventives et d'hygiène, et la sensibilisation des citoyens.
Mohamed Ait Malek, l'un des restaurateurs de la place s'est arrêté, quant à lui, sur les mesures préventives prises dans le cadre de la mobilisation en vue d'enrayer la propagation de la pandémie, saluant la synergie créée entre les autorités provinciales, les élus et les acteurs de la société civile en vue d'atténuer les effets de cette crise sanitaire.
De son côté, Hicham Oubna, président de l'Association Sti Fadma pour le développement touristique et la protection de l'environnement, a mis en relief l'engagement des autorités locales et de la société civile pour préserver l'attractivité de ce site, notant que la zone est une destination privilégiée pour les visiteurs en provenance d'Al Haouz et de Marrakech notamment en ce temps du coronavirus.
Certains visiteurs n'ont pas manqué, pour leur part, de mettre en avant la splendeur et la beauté de la vallée de l'Ourika et sa présence comme destination de prédilection pour les Marrakchis, notant que la pandémie du coronavirus, a eu pour effet de permettre aux Marocains la découverte en profondeur de la richesse et la diversité naturelle du Royaume, et à renforcer davantage l'attractivité et le charme des paysages qu'il recèle.
Ils ont, en outre, estimé que les déplacements contrôlés vers la vallée de l'Ourika et les zones avoisinantes ont largement contribué à permettre à la nature de reprendre ses droits, de se confiner elle-aussi et de se régénérer pour offrir aux visiteurs, dans les jours à venir, ce qu'elle a de meilleur.
In fine, si la pandémie de la Covid-19 a pesé de tout son poids sur ce site pittoresque d'un point de vue socio-économique, les autochtones très réputés par leur simplicité et leur générosité, continuent de vaquer à leurs préoccupations quotidiennes dans le respect le plus scrupuleux des règles préventives, et de, rester sereins, zen et surtout, optimistes que demain ne pourrait être que meilleur et que la vallée de l'Ourika et les zones avoisinantes retrouveront pour bientôt leur lustre d'antan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.