DGSN: Les titres de séjour des étrangers de plus en plus sécurisés    Vaccins contre la grippe, en pénurie ?    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Grande Bretagne. Le Labour éjecte Jeremy Corbyn    L'ouverture du consulat général des E.A.U. à Laâyoune aura lieu mercredi prochain    Le Conseil de sécurité salue le rôle des Commissions régionales du CNDH à Laâyoune et Dakhla    Nouvelles mesures restrictives : ce qui change à Al Hoceima    Covid-19: 3.256 nouveaux cas confirmés et 3.014 guérisons en 24H    Sahara Marocain : le mandat de la MINURSO renouvelé pour une année de plus    « Al Filahi Cash »: Le Crédit Agricole lance sa filiale de paiement    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Séisme : Des morts et blessés à l'ouest de la Turquie    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    De nouveaux accords de coopération conclus entre le Maroc et Rwanda    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières
Publié dans Albayane le 20 - 09 - 2020

Suite au blocage d'internet pour lutter contre la triche au baccalauréat
Les autorités algériennes ont procédé, cette semaine, au blocage de l'accès à internet pour lutter contre la triche au baccalauréat causant des pertes économiques estimées à un milliard de dollars, selon des experts algériens.
Les coupures d'internet durant les cinq jours des épreuves du baccalauréat ont occasionné environ un milliard de dollars de pertes à l'économie algérienne, déjà fortement impactée par le Covid-19, s'est alarmé Younès Grar, expert en TIC, cité par les médias algériens.
Selon cet ancien conseiller au ministère algérien de la Poste et des TIC, ces coupures temporaires d'internet ont porté un sérieux coup aux entreprises de divers secteurs.
Dans ce sens, il a relevé qu'une étude faite par un bureau d'études étranger évalue les pertes à 50 millions de dollars/heure, soit 400 millions de dollars/jour, c'est-à-dire 2 milliards de dollars/semaine».
Il a ajouté qu'à la lumière de cette projection, l'Algérie a perdu, à peu près, un milliard de dollars à cause de cette coupure, déplorant le fait que «c'est le pauvre citoyen qui payera cette facture».
Dans le cas des opérateurs de téléphonie fixe et mobile, la coupure d'internet a coûté 150 millions de dollars aux abonnés, a-t-il expliqué, notant que cette perte financière a été calculée en se basant sur la moyenne des 30 millions d'abonnés à la téléphonie mobile et fixe en Algérie et en estimant la consommation journalière des abonnés à 100 DA (un dollar) par personne.
Dans le domaine du e-commerce, des sociétés ont enregistré une baisse conséquente de leur activité et des pertes financières, a-t-il fait observer.
Il a cité dans ce sens les entreprises du commerce électronique, dont les chiffres d'affaires chutent brutalement lorsque l'on coupe internet.
Si ces entreprises attaquent en justice les opérateurs télécoms algériens, normalement, dans un pays où la loi est respectée, ils auraient gain de cause, a-t-il souligné.
Outre ces entreprises, d'autres sociétés issues de plusieurs secteurs, dont les agences de voyages, les concessionnaires automobiles et les banques, ont essuyé des pertes financières, a-t-il estimé, déplorant l'attitude des opérateurs de téléphonie mobile et fixe au sujet de la coupure d'internet et leur refus de dédommager leurs clients.
«Les opérateurs n'ont même pas daigné communiquer et s'excuser auprès des abonnés», a-t-il regretté.
D'après lui, boquer tout un pays pour la cinquième année consécutive, à cause des épreuves du bac est «irresponsable».
«Il y a aussi urgence de revoir la manière de concevoir les épreuves du bac. On ne peut les concevoir avec les mêmes schémas des années 1970. Il faut aussi revoir la gestion du bac», a-t-il insisté.
L'expert a souligné que «c'est impensable qu'en 2020, on continue à imprimer les sujets à Alger et ensuite les transporter par avion vers des centres d'examen du Sud, alors qu'il y a des facilités électroniques».
Pour sa part, le juriste algérien Abdellah Haboul a estimé que la décision de couper internet et priver des millions d'Algériens des services de communication électronique constituent une violation de la législation relative à la poste et aux communications électroniques.
En 2019, l'ONG Netblocks, qui lutte contre la censure et la surveillance du web au niveau mondial, a révélé que les coupures d'internet durant les épreuves du baccalauréat avaient causé à l'Algérie une perte financière estimée à 250 millions de dollars, soit plus de 30 milliards de dinars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.