Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie : le président Tebboune en "confinement volontaire" de 5 jours    Casablanca-Settat : les entreprises encouragées à privilégier le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Algérie/Covid-19 : Le président Tebboune confiné    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Les Emirats Arabes Unis réaffirment leur soutien à la marocanité du Sahara    Maroc: Ryanair reprend ses vols à partir de ce dimanche    AREF: des concours seront organisés en novembre    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    Météo Maroc: brume et nuages pour la matinée du samedi 24 octobre    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Londres signe avec Tokyo son premier accord commercial majeur post-Brexit    Julien-Vincent Brunie : SM le Roi, "un ardent défenseur de la co-connaissance et de la paix"    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Le Burkina Faso ouvre un consulat général à Dakhla    Fruit d'un partenariat entre OCP et la BAD : 4 millions de dollars mobilisés pour l'accès aux engrais en Côte d'Ivoire et au Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un regard intelligent sur un monde désorienté!
Publié dans Albayane le 23 - 09 - 2020

«L'improbable fable de Lady Bobblehead» de Hicham Lasri
Mohamed Nait Youssef
Un roman étrange! Une histoire poignante, une écriture intelligente, fluide et cocasse, «L'improbable fable de Lady Bobblehead» de Hicham Lasri, édité par les Editions Rimal, peint la réalité d'une époque. Incontestablement, la nôtre.
En effet, dans cette troisième œuvre romanesque, l'écrivain et réalisateur amène le lecteur à un univers à la fois agité, absurde, banal et miné de questions d'un personnage problématique, sans foi, mais qui se bat pour sauver son âme et chercher un sens à son existence.
Ainsi, le récit, guidé jusqu'au bout avec un rythme très intense et cohérent, est une réflexion sur la vie, l'amour, l'existence, la vieillisse, la haine, la déception, le désir, la religion, la sexualité, la présence et l'absence.
A vrai dire, au début, on a l'impression que ce fameux personnage est jeté dans le monde, son monde. En d'autres termes, un ‘'être-au-monde'', comme disait Heidegger. « Je t'aime. Tu n'as jamais compris ni le sens, ni la portée de cette formule. », peut on lire dans le roman. Par ailleurs, le personnage de Hicham Lasri nous fait penser au personnage principal de l'étranger d'Albert Camus, Meursault.
Malgré tout, ce personnage agit et lutte contre les vents et marrées de la vacuité d'un monde fou et désorienté. « Tu pleures. Tu signes. Tu sèches. Tu n'as plus d'âme. Tu n'as plus de nausée. Tu as perdu ta connexion avec ton âme. », p.40. Tout se passe comme si la tâche ultime du personnage était la réhabilitation de son être et de sauver son essence de l'indifférence du monde.
Toutefois, sa chute quand le tramway est arrivé sans que personne ne lui revienne en aide en dit long. «L'absurde naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde.», décrivait Camus dans le Mythe de Sisyphe, le sort de l'homme des temps modernes.
La cruauté du monde est bien incarnée dans le roman notamment dans certaines réflexions du personnage. »Euh bien, oui, nous sommes les nouveaux barbares, Et nous voulons être des barbares. », dit-il. En outre, Hicham Lasri opte pour le récit à la deuxième personne. Cette technique littéraire nous fait réfléchir à d'autres voix récurant au sein de la narration, à d'autres histoires s'adressant au lecteur.
La musique, un personnage à part entière
Entre cinéma, jeux vidéos et musique, les références de l'auteur dans ‘'L'improbable fable de Lady Bobblehead'' sont nombreuses et multiples. D'abord, le roman commence par une longue playlist. De la musique pour éclairer les idées, pour trouver les inspirations et stimuler l'imaginaire créatif. « Si tu es intelligent, c'est ici que tu dois lancer la musique emphatique qui va lancer ton récit comme un train fou dans la nuit. », p. 20. Belle image ! À vrai dire, rien que la musique et l'art peuvent rendre le monde du personnage plus vivable. Presque omniprésente, la musique est un personnage à part entière dans ce roman.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.