Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie : le président Tebboune en "confinement volontaire" de 5 jours    Casablanca-Settat : les entreprises encouragées à privilégier le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Algérie/Covid-19 : Le président Tebboune confiné    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Les Emirats Arabes Unis réaffirment leur soutien à la marocanité du Sahara    Maroc: Ryanair reprend ses vols à partir de ce dimanche    AREF: des concours seront organisés en novembre    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    Météo Maroc: brume et nuages pour la matinée du samedi 24 octobre    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Londres signe avec Tokyo son premier accord commercial majeur post-Brexit    Julien-Vincent Brunie : SM le Roi, "un ardent défenseur de la co-connaissance et de la paix"    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Le Burkina Faso ouvre un consulat général à Dakhla    Fruit d'un partenariat entre OCP et la BAD : 4 millions de dollars mobilisés pour l'accès aux engrais en Côte d'Ivoire et au Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU
Publié dans Albayane le 23 - 09 - 2020


Protection du climat et lutte contre Covid-19
La Chine a accusé mercredi les Etats-Unis d'être une «sérieuse entrave» à la lutte contre le réchauffement climatique, après un affrontement à distance de leurs dirigeants à l'Assemblée générale de l'ONU dans un climat de «nouvelle Guerre froide».
Les Etats-Unis de Donald Trump et la Chine de Xi Jinping ont affiché mardi au grand jour leurs désaccords sur de nombreux sujets: coopération internationale, gestion de l'épidémie de nouveau coronavirus et réchauffement climatique.
«Les Nations unies doivent tenir la Chine pour responsable de ses actes» au début du Covid-19, a lancé le président américain à l'ouverture de cette grand-messe diplomatique annuelle, virtuelle en raison de la crise sanitaire. Il a accusé la puissance rivale d'avoir laissé le «virus chinois», une formule qui suscite l'ire de Pékin, «infecter le monde».
«Le gouvernement chinois et l'Organisation mondiale de la santé, qui est quasiment contrôlée par la Chine, ont déclaré à tort qu'il n'existait pas de preuve de transmission humaine», a-t-il déploré dans une vidéo enregistrée, justifiant ainsi le retrait des Etats-Unis de cette agence de l'ONU.
Le milliardaire républicain, dont la gestion du Covid-19, très contestée, pèse sur ses chances de réélection à l'élection du 3 novembre, a promis de «distribuer un vaccin» et «mettre fin à la pandémie» pour entrer «dans une nouvelle ère inédite de prospérité, de coopération et de paix».
Lors d'un discours également pré-enregistré, le président chinois Xi Jinping a souligné que «la Chine n'avait pas l'intention d'entrer dans une Guerre froide». Sans citer Washington, il a mis en garde contre «le piège d'un choc des civilisations», appelant à ne pas «politiser» la lutte contre le coronavirus.
Son ambassadeur à l'ONU Zhang Jun s'est ensuite chargé de «rejeter» sèchement les «accusations infondées» de Donald Trump.
«Au moment où la communauté internationale se bat vraiment durement contre le Covid-19, les Etats-Unis propagent un virus politique ici à l'Assemblée générale», a-t-il déclaré à des médias. «Si quelqu'un doit être tenu pour responsable, ce sont les Etats-Unis pour avoir perdu tant de vies avec leur attitude irresponsable», a-t-il ajouté, alors que le bilan de la maladie a atteint mardi les 200.000 morts dans ce pays.
L'affrontement à distance s'est poursuivi sur le terrain climatique. Xi Jinping a voulu jouer les bons élèves, en fixant pour première fois un objectif de neutralité carbone — en 2060 — pour son pays, premier émetteur de gaz à effet de serre de la planète.
Connu pour son climatoscepticisme, Donald Trump a critiqué «ceux qui attaquent le bilan environnemental exceptionnel de l'Amérique tout en fermant les yeux sur la pollution endémique de la Chine».
Réponse cinglante de Pékin: les Etats-Unis sont une «sérieuse entrave» à la lutte contre le réchauffement climatique, a fustigé Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.
En se retirant des accords internationaux visant à réduire les émissions de carbone, les Etats-Unis ont manqué à «leur devoir» et «refusent de prendre des mesures minimales pour protéger la planète», a regretté le porte-parole.
Sur Twitter, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a salué l'annonce de Pékin sur le climat mais prévenu qu'il restait «beaucoup de travail à faire».
Face à des relations internationales électriques, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait lancé en début de séance un avertissement inquiet contre une «grande fracture» entre les «deux plus grandes économies».
Le monde doit tout faire «pour éviter une nouvelle Guerre froide», a-t-il martelé, parmi les seuls à s'exprimer à la tribune d'un hémicycle clairsemé au siège de l'ONU à New York.
Le monde «ne peut pas se résumer à la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis», lui a fait écho le président français Emmanuel Macron. «Nous ne sommes pas collectivement condamnés à un pas de deux qui, en quelque sorte, nous réduirait à n'être que les spectateurs désolés d'une impuissance collective», a-t-il voulu croire.
Au premier jour de l'Assemblée générale, qui doit durer une semaine avec des interventions de 193 pays, plusieurs d'entre eux ont déploré «l'unilatéralisme» persistant de Donald Trump, qui a paru plus isolé que jamais ces derniers jours en proclamant le retour des sanctions onusiennes anti-Iran.
La France et ses alliés européens ne vont «pas transiger» sur leur refus de soutenir Washington sur ce terrain, a prévenu Emmanuel Macron, tandis que son homologue iranien Hassan Rohani a prédit que le vainqueur de la présidentielle américaine n'aurait «pas d'autre choix que de céder» face à Téhéran, qui réclame la levée des sanctions américaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.