L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    PCNS : En raison de facteurs structurels, le Maroc fait partie des pays les plus risqués    Vols directs : Le Maroc et Israël signent un accord aérien    Etats-Unis : Biden à la Maison Blanche, les Américains tournent la page Trump    « Redemption Day », un film qui dérange les Algeriens    RSF porte atteinte aux institutions nationales à travers des assertions mensongères et diffamatoires    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Projet de création d'une Superligue : Les menaces de la FIFA!    Les détenus d'Al-Hoceima transférés suite à des comportements contraires aux lois    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    El Otmani appelle à accélérer le rythme de réalisation des programmes de transformation digitale    Un déficit de la balance commerciale de 10,6 milliards de dollars en 2020    SM le Roi reçoit SA Cheikh Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    CAMELEON veut révolutionner le monde de l'entreprise    Younes Belhanda brille de mille feux avec Galatasaray    Le RAC et le TAS se neutralisent    Abdelghani Siffeddine : Un grand Rajaoui s'éteint    Mondial des clubs : Le Bayern affrontera Al Duhail ou Al Ahly en demi-finale    Calcio : Le Croate Mandzukic s'engage avec l'AC Milan jusqu'à la fin de la saison    CAN U17 : Ce jeudi, un trio arbitral marocain pour Tunisie-Libye    Activité monétique : Le contactless et le e-paiement cartonnent    Les écrans menacent-ils la vie de nos enfants ?    Stimuler vos défenses immunitaires    Comment fonctionnera le nouveau bachelor marocain    Dédiée à l'actualité lifestyle et la promotion des talents marocains : «Wejeune» fête ses 2 ans au Maroc    L'Office des changes accélère ses process digitaux    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    Mohamed Benabdelkader : "Nous sommes bien avancés dans la mise en place des textes de loi"    Digitalisation, Marjane holding met le turbo    France. Contre l'extrémisme turc, le remède marocain et émirati    Inde : prochaine référence dans la production de vaccins ?    La Fondation Banque Populaire équipe des quartiers défavorisés    « A Girl in a Blue Shirt » : Premier roman israélien traduit en arabe au Maroc    Dadju, le petit frère de Gims, s'installe à Marrakech    CAN U20 : L'équipe nationale en concentration à Laâyoune    Vaccins contre le Covid-19 : victoire du « chacun pour soi »    Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    Le RNI convoque son «parlement»    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Josep Borrell brise, avec force arguments, les rêves séparatistes du polisario et de l'Algérie
Publié dans Albayane le 27 - 09 - 2020

C'est un nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie depuis Bruxelles. L'Union européenne (UE) a réitéré par la voie de son diplomate en chef, Josep Borrell sa position désormais gravée dans le marbre concernant le Sahara marocain en prônant le réalisme, le pragmatisme et le compromis.
Dans sa réponse à la question d'un eurodéputé sur «le soutien de l'UE au front polisario qui remet en cause la souveraineté du Maroc sur son Sahara et participe à la déstabilisation de la région», le Haut Représentant de l'UE pour la Politique étrangère et la Sécurité n'y est pas allé par quatre chemins en affirmant que le soutien de l'UE aux séquestrés de Tindouf est accordé par pur souci humanitaire.
«L'UE vient en aide à la population sahraouie qui vit dans des camps de réfugiés uniquement dans un but humanitaire et pour répondre à des besoins de développement», a tenu à préciser M. Borrell qui a saisi cette occasion à la volée pour réitérer la position de l'UE sur la question du Sahara, devenue depuis l'adoption de la Déclaration Politique Commune UE-Maroc le 27 juin 2019, la doctrine européenne en la matière.
«La position de l'UE concernant le Sahara occidental (NDLR : à entendre ici comme référence géographique et non pas comme pseudo-état auquel rêve l'Algérie), se situe dans la droite ligne des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et est favorable à la recherche d'une solution politique réaliste, réalisable et durable, qui repose sur le compromis », a affirmé M. Borrell reprenant mot à mot les termes de la Déclaration Politique Commune Maroc-UE et balayant d'un revers de main le baratin entretenu par Alger autour de «l'autodétermination», du «peuple sahraoui» et de «territoire non autonome» etc...
L'UE, ajoute le chef de la diplomatie européenne, «soutient le processus de paix au Sahara occidental mené par les Nations unies et attend avec intérêt la reprise des pourparlers quadripartites, sous l'égide des Nations unies».
Plantant le dernier clou dans le cercueil algésarien, M. Borrell a insisté sur les éléments clés du langage commun sur la question du Sahara que les deux parties avaient consigné dans la Déclaration politique commune.
M. Borrell rappelle à bon propos au député européen et à ceux qui entretiennent l'illusion et croient aux mirages, que les deux partenaires «réaffirment leur appui aux efforts du secrétaire général de l'ONU pour poursuivre le processus politique visant à parvenir à une solution politique, juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara occidental, qui repose sur le compromis en conformité avec les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies, notamment la résolution 2468 du 30 avril 2019».
Sur d'autres aspects du partenariat Maroc-UE, M. Borrell explique que «les deux partenaires ont exprimé leur souhait de renforcer la coopération bilatérale dans les années à venir. Ils sont également conscients de l'importance d'une réponse aux défis auxquels l'Afrique est confrontée et ils s'engagent à promouvoir les initiatives en faveur de la paix dans le continent, notamment en matière de maintien de la paix, de médiation et de gestion de crises, en veillant à encourager le développement d'une approche globale alliant la dimension sécuritaire et le développement humain».
Ils expriment aussi, ajoute-t-il, «leur attachement à la coopération régionale, tant au travers de l'Union du Maghreb arabe et le dialogue bilatéral entre voisins maghrébins que par leur implication au sein des structures associant pays européens et pays d'Afrique du nord, telles que l'Union pour la Méditerranée et le Dialogue 5+5».
En s'appuyant sur la Déclaration politique dans laquelle le Maroc et l'UE ont adopté, pour la première fois, un langage commun s'agissant de la question du Sahara, le chef de la diplomatie européenne réitère la position claire et sans équivoque de l'Union qui met en avant la solution politique basée sur le réalisme et le compromis avec comme référence la dernière résolution onusienne.
C'est la voie de la sagesse et du bon sens. Celle qui consacre la prééminence de la proposition marocaine d'autonomie qui émerge comme étant la solution la plus crédible, la plus réaliste et la plus viable à ce conflit régional artificiel. Celle qui sonne le glas des velléités séparatistes entretenues par l'Algérie. Celle qui sert la paix et l'intégration du Maghreb et met fin aux souffrances endurées depuis des décennies par les populations séquestrées dans les camps de Tindouf.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.