Club Med et Madaëf investissent plus de 274 millions de dirhams en projets touristiques    Le PLF 2021 propose la création de près de 21.000 nouveaux postes    Météo: le temps prévu ce mardi au Maroc    Coopération sécuritaire: Rabat et Washington affichent leur volonté commune de renforcer leur partenariat stratégique    3ème session CAFRAD : Formation des élites de demain    Africa Security Forum : L'adéquation difficile entre climat, sécurité et population    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    PLF2021 : Voici l'intégralité des mesures approuvées en Conseil de gouvernement [Document]    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Installation des membres de la Commission régionale des droits de l'Homme dans l'Oriental    Interpellation de quatre individus à Dakhla    Agadir : Un premier groupe de touristes britanniques    Expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste    El Otmani: « Des négociations en cours avec trois nouvelles sociétés pour un vaccin »    Examens de la 1ère année Bac: avis aux candidats qui s'étaient absentés    Usine de PSA au Maroc : Barid Al-Maghrib passe commande de 225 Citroën Ami    La Tunisienne des Arts et des Lettres    «Relégation logique, politique et sport ne vont pas de pair»    Casablanca: le Barcelo Anfa organise son premier Afterwork post-covid !    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Coronavirus : Badr Hari testé positif    El Arabi signe un magnifique hat-trick !    Couvre-feu, cafés, commerces…le gouvernement prolonge les mesures à Casablanca    Mettre en place une véritable culture du don    Tannane voit rouge !    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Amina Agueznay, Joana Choumali et Ghizlane Sahli explorent le Jardin en soi    Les artistes de la halqa: les oubliés!    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    Alerte météo: fortes rafales de vent attendues au Maroc    Pêche. Le Brexit rapproche le Maroc et l'UE    Le Financial Times accorde une place importante à Tanger-Med    Notre jeunesse s'entre-tue…    Privé de revenus importants, Maroc Telecom s'adapte à la crise (Résultat)    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Festival d'El Gouna. « Mica » d'Ismail Ferroukhi sélectionné en compétition officielle    USFP. Le grand fleuve déborde à Marrakech    2021 l'année de tous les télescopages    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    Demi-finale de la Ligue des Champions / Raja-Zamalek (0-1) : L'arbitrage injustement décisif !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko
Publié dans Albayane le 28 - 09 - 2020

Alexandre Loukachenko, qui préside aux destinées de la Biélorussie depuis plus d'un quart de siècle est confronté, depuis le 9 Août dernier, à une grogne populaire d'une ampleur inédite.
En cause, les résultats contestés du scrutin à l'issue duquel il aurait été reconduit, pour un sixième mandat, après avoir recueilli plus de 80% des suffrages exprimés. Aussi, pour condamner avec vigueur cette réélection, des dizaines de milliers de biélorusses envahissent chaque dimanche les principales artères de la capitale en dépit de la répression violente exercée par les forces anti-émeute si bien qu'aux premiers jours des manifestations des milliers de personnes ont été arrêtées.
D'importantes figures de l'opposition ont été soit incarcérées soit contraintes à l'exil. Ce fut le cas, notamment, de la candidate Svetlana Tsikhanovskaïa qui, après avoir galvanisé les foules durant sa campagne électorale, a revendiqué la victoire.
Accusant les puissances occidentales d'être derrière ce mouvement de contestation mais voulant, tout de même, donner de lui l'image d'un chef d'Etat soucieux d'apporter une réponse appropriée à la sévère crise politique que traverse son pays, le président biélorusse a promis une réforme constitutionnelle sans en préciser les contours mais exclu, néanmoins, tout dialogue avec «les détracteurs du régime» qu'il dirige depuis le démantèlement de l'ex-URSS.
C'est donc en faisant fi de l'important mouvement de protestation auquel sa «réélection» a donné lieu, qu'Alexandre Loukachenko a prêté serment ce mercredi pour un sixième mandat au cours d'une cérémonie d'investiture qui s'est déroulé «en catimini» puisque même les ambassadeurs accrédités à Minsk n'y ont pas été invités cette fois-ci.
Si les informations données par la télévision nationale évoquent une cérémonie qui s'est déroulée en présence de 700 personnalités du régime, les images diffusées, par la suite, montrent le président drapé dans un uniforme militaire et faisant un discours devant des soldats au garde-à-vous auquel il a lancé : «Vous avez sauvé la paix sur ce bout de terre, vous avez défendu la souveraineté et l'indépendance de notre pays».
Pour Svetlana Tikhanovskaïa, la principale rivale du président qui, depuis son exil lituanien, revendique toujours sa victoire, cette investiture qui n'a été annoncée par l'agence officielle de presse «Belta» qu'une fois achevée, est une «farce» qui était prévisible puisque de nombreuses personnes issues des rangs de l'opposition avaient prédit une « investiture-surprise». Elles n'avaient pas tort et ce mercredi matin, le cortège présidentiel a été vu traversant, en trombe, la principale artère de la capitale fermée au public et menant au siège de la présidence autour duquel les forces de l'ordre étaient déployées en grand nombre.
Mais il n'y a pas que l'opposition biélorusse qui dénonce la réélection de Loukachenko puisqu'à l'étranger, outre le chef de la diplomatie lituanienne, Linas Linkevicius, qui a raillé «des élections frauduleuses et une investiture frauduleuse», le gouvernement allemand a, de son côté, déclaré, par la voix de son porte-parole, qu'en l'absence d'une «légitimité démocratique», il ne reconnait pas la réélection d'Alexandre Loukachenko et juge que «le secret» entourant la cérémonie d'investiture est «révélateur» des faiblesses du régime.
Pour prendre connaissance de ces faiblesses, il suffit de prêter l'oreille à la clameur de la rue et d'écouter cette vieille retraitée lorsqu'elle déclare bien fort «qu'il prête serment 10 fois, pour moi, il n'est déjà plus personne» ou encore ce jeune entrepreneur qui reste convaincu que Loukachenko est un «usurpateur» qui a instauré une «dictature».
Enfin, Pavel Latouchko, un opposant exilé comme beaucoup de ses camarades, ironise en signalant que «le président sortant qui affirme avoir gagné avec 80% des voix a fait de son investiture une opération des services spéciaux sous protection des forces anti-émeutes et dans le secret».
Mais s'il est sûr que, pour écraser toute velléité d'opposition et se maintenir en place, Alexandre Loukachenko va, sans conteste, intensifier la répression à l'intérieur du pays, de quels moyens dispose-t-il pour s'imposer aux gouvernements étrangers et leur faire entendre sa voix ? Le grand frère russe va-t-il l'épauler ? Et si oui, jusqu'à quel point ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.