La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    Disneyland Paris. Une fermeture qui annonce un autre confinement début 2021    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Météo : ciel dégagé au Maroc ce samedi 31 octobre    Températures prévues pour le samedi 31 octobre 2020    Sahara Marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la MINURSO et félicite le Maroc    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Vaccins contre la grippe, en pénurie ?    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Le Conseil de sécurité salue le rôle des Commissions régionales du CNDH à Laâyoune et Dakhla    Grande Bretagne. Le Labour éjecte Jeremy Corbyn    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Nouvelles mesures restrictives : ce qui change à Al Hoceima    Covid-19: 3.256 nouveaux cas confirmés et 3.014 guérisons en 24H    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    « Al Filahi Cash »: Le Crédit Agricole lance sa filiale de paiement    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    De nouveaux accords de coopération conclus entre le Maroc et Rwanda    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Séisme : Des morts et blessés à l'ouest de la Turquie    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    DTFE : Hausse de 35,2% des souscriptions sur le MAVT à fin août    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: les tractations reprennent
Publié dans Albayane le 29 - 09 - 2020


Sous l'ombre du projet de loi controversé
L'UE et le Royaume-Uni ont entamé mardi une semaine décisive de négociations sur leur future relation commerciale, le jour même où la Chambre des Communes se prononce sur le très controversé projet de loi britannique qui revient en partie sur l'accord du Brexit.
Les discussions, menées par Michel Barnier côté européen et David Frost côté britannique, ont débuté en milieu de matinée à Bruxelles. Elles doivent s'achever vendredi, en plein sommet européen dans la capitale belge.
Les négociateurs ont pour objectif d'identifier enfin la voie vers un accord, après huit cycles de discussions, depuis mars, aux progrès trop limités.
Ils espèrent parvenir au «tunnel» de négociations, ce moment où un accord semble suffisamment proche pour se lancer dans des pourparlers à huis clos en continu.
Le temps presse: le Premier ministre britannique Boris Johnson a fixé la date du 15 octobre, jour d'un sommet européen à Bruxelles, pour un accord. Les Européens se sont eux donné jusqu'à fin octobre.
Faute d'accord, le Brexit -officiel depuis le 31 janvier mais qui ne sera pleinement effectif que le 1er janvier 2021- viendrait ébranler un peu plus des économies déjà fragilisées par la pandémie de Covid-19.
«Il n'y a aucune garantie pour le ‘'tunnel''», affirme un diplomate européen. «Le Royaume-Uni devra d'abord montrer qu'il est prêt à s'engager» sur les sujets fondamentaux encore en suspens, notamment les aides d'Etat et la pêche.
Ce neuvième cycle de discussion –le dernier pour l'instant inscrit à l'agenda– se déroule dans un contexte tendu: la Chambre des Communes doit se prononcer vers 21H00 (19H00 GMT) en troisième lecture sur le projet de loi britannique qui revient en partie sur l'accord encadrant son départ et provoque l'ire des Européens.
Il devrait être approuvé sans difficulté, avant d'être soumis à l'examen de la Chambre des Lords.
Le texte revient sur certaines dispositions pour la province britannique d'Irlande du Nord, prévues afin d'éviter le retour d'une frontière avec la République d'Irlande, un garde-fou jugé essentiel au maintien de la paix sur l'île.
Furieuse de ce revirement, qui enfreindrait de l'aveu même du gouvernement britannique le droit international, l'UE avait donné au Royaume-Uni jusqu'à la fin du mois –c'est-à-dire mercredi– pour retirer son projet, sous peine d'un recours en justice.
Londres a déjà rejeté cet ultimatum et «clairement» réitéré lundi, lors d'une réunion à Bruxelles entre le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, et le ministre d'Etat britannique Michael Gove, «que les mesures (controversées) ne seraient pas retirées», selon un communiqué du gouvernement.
«Nous maintenons que le projet de loi, s'il est adopté dans sa forme actuelle, constituerait une violation extrêmement grave» du droit international, a répondu lundi M. Sefcovic.
Le Slovaque a cependant exclu que le sujet puisse torpiller les discussions commerciales: «Jamais ce ne sera l'UE qui provoquera la fin des négociations sur le futur partenariat».
Les pourparlers commerciaux butent toujours sur plusieurs sujets sensibles, comme la «gouvernance» du futur accord, ou encore l'éternelle question des garanties exigées par l'UE en matière fiscale, sociale, environnementale et surtout d'aides d'Etat, pour éviter de voir surgir de l'autre côté de la Manche une économie dérégulée, qui la concurrencerait de manière déloyale.
Un accord doit également être trouvé sur la pêche, un sujet particulièrement explosif pour une poignée d'Etats membres comme la France, mais aussi l'Espagne, le Danemark, la Belgique ou les Pays-Bas, qui espèrent un statu quo dans l'accès de leurs pêcheurs aux eaux britanniques, très poissonneuses.
Plusieurs diplomates d'autres Etats membres –qui n'ont aucun intérêt pour ce sujet– jugent cependant l'UE «trop stricte» sur la pêche, qu'ils imaginent comme une possible variable d'ajustement avec le Royaume-Uni.
«Le partenariat sera approuvé à l'unanimité. Nous devons donc tenir compte des intérêts différents des autres Etats membres et faire preuve de solidarité. Cela étant dit, l'UE doit être réaliste…», souligne l'un d'eux.
Un autre a démenti «toute tension et toute division» entre les 27.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.