PLF-2021: 24 amendements retenus à la Chambre des Conseillers    Les exportations marocaines de courgettes vers l'UE en roue libre    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 3 décembre    France: l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing n'est plus    Alerte météo au Maroc: chutes de neige et fortes rafales de vent à partir de vendredi    Anesthésistes réanimateurs : Pénurie, flou légal et burn out    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    Vagues dangereuses attendues vendredi au Maroc    Accident tragique dans l'ancienne médina de Marrakech    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Moncef Marzouki: le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un "choix politique fallacieux"    Conseil exécutif de l'Unesco: Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    OIT : Covid-19 a pesé sur les salaires    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Clôture de l'«Arab IoT & AI Challenge» à Rabat    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    Nouveau dispositif d'avant-match (saison 20/21) : Pas de licence de joueur, pas de match !    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    PLF 2021 : voici le détail des amendements proposés par la CGEM    Décès d'Abarhoun: la FRMF prend en charge les frais de rapatriement de sa dépouille    Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    L'UE souhaite améliorer le mécanisme des retours au Maroc des migrants irréguliers    Pour l'OSFI, la lutte contre la violence à l'égard des femmes est la bataille de tous les acteurs en vue d'instaurer une culture de l'égalité    Le ministère de l'Industrie prévoit un budget d'investissement de 1,2 MMDH en 2021    CFG Bank enregistre un PNB en hausse à fin septembre    "Le Miracle du Saint Inconnu " de Alaa Eddine Aljem représente le Maroc dans la présélection des Oscars    Evolution du coronavirus au Maroc : 4346 nouveaux cas, 364.190 au total, mercredi 2 décembre à 18 heures    Bruxelles: une manif du polisario fait pschitt    Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : A la rencontre des quatre cavaliers du Royaume    Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi, considère la cause palestinienne comme une question centrale    F1 : Russell remplace Hamilton chez Mercedes au GP de Sakhir ce week-end    Rachid Yazami, ce marocain qui entend révolutionner la recharge des batteries pour véhicules électriques    Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    Loulichki: Le Maroc demeure un partenaire crédible pour les Etats-Unis    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    Royal Air Maroc met en place un nouveau service d'assistance internationale    Merendina parle le langage de l'amour    Vaccin anti-Covid-19, mode d'emploi pour les Marocains    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov
Publié dans Albayane le 19 - 10 - 2020

Au Kirghizistan, ce petit pays montagneux qui est le plus pluraliste mais aussi le plus instable des anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale, une sévère crise politique avait débuté dès la proclamation des résultats des élections législatives du 4 Octobre dernier au terme desquelles deux partis proches du président pro-russe Sooronbay Jeenbekov, 61 ans, élu en 2017, sont sortis victorieux.
Cette victoire n'ayant point été du goût d'une opposition qui s'est empressée de crier à la fraude ni de celui de ces petits partis qui n'avaient pu gagner aucun siège à l'assemblée, des milliers de personnes sont descendues, dès le lendemain, dans les rues de Bichkek, la capitale, afin de manifester leur mécontentement et de réclamer la démission du président, la tenue de nouvelles élections et la libération des «prisonniers politiques». Les violentes échauffourées entre policiers et manifestants qui s'en sont suivi ont fait au moins un mort et plus d'un millier de blessés.
Mais il convient de préciser, néanmoins, que les protestataires n'ont rencontré aucune résistance quand ils décidèrent d'envahir les bâtiments où étaient détenus l'ancien président Almazbek Atambaïev et ses proches collaborateurs, condamnés à onze années d'emprisonnement afin de les libérer.
Parmi les personnalités de l'ancien régime délivrées ce jour-là, figure Sadyr Japarov, incarcéré pour avoir participé à la prise d'otage d'un gouverneur régional et qui, ce mercredi, a été «promu» au poste de premier ministre, par le président Jeenbekov alors même que la veille, le chef de l'Etat avait refusé de valider sa désignation à l'issue d'un premier vote controversé.
Mais si cette nomination qui est intervenue dans des conditions assez douteuses après la pression exercée par ses partisans lorsqu'ils décidèrent d'occuper la rue et certains bâtiments publics, pose moult interrogations, elle constitue, néanmoins, un compromis conclu entre les deux hommes afin qu'il soit rapidement mis fin aux manifestations qui ébranlent le pays depuis une dizaine de jours.
Aussi, en guise de coup de théâtre de dernière minute, le président Jeenbekov qui avait vainement tenté, la veille, de retarder cette échéance, finira, tout de même, le lendemain, par annoncer sa démission en invoquant «l'intégrité et la paix» bien mises à mal depuis dix jours et son ardent désir de ne point «s'accrocher au pouvoir» afin de ne pas «entrer dans l'histoire du Kirghizistan comme étant le président qui a(ura) fait couler le sang en tirant sur ses concitoyens».
Ajoutant, par ailleurs, que seuls comptent pour lui «l'intégrité du pays, l'unité du peuple, l'harmonie de la société, la santé de chaque citoyen et la vie de chaque compatriote», le président démissionnaire saisira cette occasion pour exprimer sa gratitude envers tous les Kirghizes qui ont cru en lui et l'ont soutenu tout au long de ses trois années de présidence. Il souhaitera, enfin, plein succès au nouveau gouvernement ayant, désormais, à charge le sort du pays et de sa population.
A cela, Arkadi Doubnov, expert de l'Asie centrale, répondra que trois années après avoir hérité de la présidence du Kirghizistan des mains d'Almazbek Atambaïev, Sooronbay Jeenbekov «part aussi facilement qu'il était arrivé» en ne cherchant ni à mobiliser ses partisans pour se maintenir en place ni à faire appel à l'armée pour briser la contestation.
La Constitution kirghize prévoit qu'en cas de démission du chef de l'Etat, son remplacement est assuré par le président du Parlement. Or, en ne voulant pas assumer cette fonction, le président de l'assemblée a, automatiquement, laissé sa place au premier ministre nouvellement élu Sadyr Japarov, comme le stipule le texte constitutionnel.
Assistons-nous à un simple répit dont la durée sera fonction de la satisfaction des attentes des uns et des autres ou, alors, à la fin de cette crise politique qui menaçait de plonger le Kirghizistan dans le chaos ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.