Rencontre    L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Contribution sociale. La vision du patronat.    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La classe moyenne agressée!
Publié dans Albayane le 25 - 10 - 2020

Comme à l'accoutumée, le projet de loi de finance que les parlementaires s'apprêtent à picorer, en séance bicamérale de l'hémicycle, fait ressortir des disparités criardes. On aura constaté, sans avoir nullement à se tromper, qu'on continue à élargir davantage l'éventail de la fiscalisation à la source, en direction de la classe moyenne. Une frange de plus en plus, émergente dans le tissu sociétal de la démographie nationale.
Au fil du temps, elle s'avère être une soupape de sécurité sur laquelle repose la stabilité de la Nation. Elle paie à chaque fois, les pots cassés des déséquilibres budgétaires, générés par la gestion approximative dont font preuve les décideurs du législatif. Il va sans dire que cette couche sociale de portée nodale dont la capacité de résilience tend à s'amenuiser, est constamment agressée par une panoplie de prélèvements imposables.
D'autant plus que son évolution est continuellement ankylosée par les boîtes de crédits qui hypothèquent sa vie, à longueur d'âge. En revanche, on aura relevé paradoxalement les «largesses» dont jouit la classe bourgeoise constituée, dans sa globalité, de barons de domaines souvent en situation d'illicéité patente.
Son lobbying qui étend les tentacules dans le monde du business, mais également dans les rouages de la politique, exerce son pouvoir dans les dédales des concepteurs des budgets de l'Etat. Ainsi, à titre d'exemple, la loi relative à l'impôt sur la richesse n'a jamais pu voir le jour, en dépit des voix protestataires qui vocifèrent dans l'enceinte de la députation et malgré l'état critique de la société.
On retiendra, dans ce sens, le cumul de richesse dont bénéficie l'un de nos hyper milliardaires qui voit son capital tripler, en ces moments de pandémie. Chez nous, il est monnaie courante que les pauvres continuent à s'appauvrir et que les riches ne cessent de s'enrichir, au vu et au su de tout le monde, sans que l'appareil régulateur de la Nation ne pipe mot au point que les premiers s'en trouvent au très bas du ravin, alors que les seconds caracolent au paroxysme de la plénitude.
Et c'est bien le «mur bas» qui n'est autre que la classe moyenne qui en pâtit et en fait les frais, à travers des taxes assassines. Ce paradoxe révoltant fait penser à un dialogue ci-dessous, extrait de la pièce d'il y a 400 ans, intitulée «Diable rouge» de son auteur Antoine Rault :
Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.
Mazarin : Oui, c'est impossible
Colbert : Alors, les riches?
Mazarin : C'est pareil. Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus.
Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.
Colbert : Alors, comment fait-on?
Mazarin : Il y a une quantité des gens qui sont entre les deux, ni riches, ni pauvres...qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! C'est, ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux-là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser... C'est un réservoir inépuisable.
On ne peut alors que déplorer les assauts meurtriers dont fait l'objet la classe moyenne de la part d'un système libéral qui ne fait que creuser de plus belle, les inégalités sociales dont la classe en question aux espérances de promotion certaines, tend à s'estomper. Il va donc falloir l'épargner, en tant que source de développement, pour espérer la délivrance nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.