Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Coronavirus : le vaccin est arrivé au Maroc    Dakhla-Oued Eddahab : Soutenir les commerçants et TPE...    Etats-Unis : Biden    Hommage / Covid-19 : ces soignants morts sur le front de l'épidémie    2M et la DGSN s'associent pour lutter contre les violences faites aux femmes    La DGI publie sa note circulaire sur les dispositions fiscales 2021    Le Vaccin AstraZeneca arrive au Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Fonction publique : 400 postes dédiés aux personnes en situation de handicap    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    TPME : L'Observatoire et le Ministère de l'Industrie renforcent leur partenariat    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    L'inflation augmente de 0,7% en 2020    UM6P/EPFL : Vers la promotion de l'éducation digitale en Afrique    Se déplacer rapidement dans l'espace : Bientôt ce sera possible    Meknès : 6 ans de prison pour le violeur d'un enfant de 7 ans    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    La RAM achemine le vaccin anti-covid à Casablanca (photo)    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    CRI : Crise sanitaire ? Connais pas !    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cambodge: L'opposition appelée à la barre
Publié dans Albayane le 30 - 11 - 2020

Il faut dire qu'au Cambodge, la justice a la main vraiment lourde puisque ce jeudi 26 Novembre 2020, 138 personnes – en majorité d'anciens membres ou sympathisants du Parti du Salut National du Cambodge (PSNC), opposition, dissous en fin 2017 – ont été appelées à comparaître devant la Cour municipale de Phnom Penh pour «complot» ou «incitation» à commettre un crime ou à semer le trouble.
Déplorant que trois années après la dissolution de ce très controversé parti d'opposition, les affaires visant ses anciens membres ou partisans soient encore nombreuses, Rhona Smith, la rapporteuse spéciale sur les droits humains auprès de l'ONU voit dans cette assignation en justice un « procès de masse» qui, tout en étant « politiquement motivé», manque, néanmoins, «de fondement juridique clair», constitue «une violation sérieuse du droit à un procès juste et équitable» et s'inscrit, enfin, dans une stratégie d'intimidation et de discréditation des opposants au régime.
C'est donc un procès hors-norme visant à étouffer toute volonté de contestation d'un régime en place depuis 35 ans qui s'est ouvert ce jeudi contre les opposants au gouvernement de Hun Sen, 68 ans, Premier ministre depuis 1985.
Aussi, face au très important déploiement des forces de l'ordre autour du Tribunal de Phnom Penh seule une quarantaine de personnes «courageuses» ont pu faire le déplacement jusqu'à la porte de l'établissement pour témoigner leur solidarité avec les accusés. «Nous sommes ici pour défendre les libertés. Ceux qui sont jugés n'ont rien fait de mal. Ils étaient des élus du peuple. Il faut leur montrer que nous les soutenons» dira l'une d'elles.
D'ailleurs, bien qu'encourant de longues années d'emprisonnement, certains prévenus n'ayant pas reçu de «convocation» à leur domicile, n'ont pris connaissance de la date de leur comparution devant les tribunaux que par le biais des réseaux sociaux. Aussi, tout en assistant à l'audience, ces derniers ignorent-ils aussi bien les faits qui leur sont reprochés que leurs dates de survenance ; ce que dénonce, avec force, Chak Sophead, la directrice du Centre cambodgien pour les droits de l'homme.
Et si l'on ajoute à cela, le fait que le «procès pour trahison » de Kem Sokha, le président du PSNC reste suspendu du fait de la crise du Covid-19 et que l'on ignore encore la date du procès de Sam Rainsy, le cofondateur du parti, qui, de son exil en France, appelle au «soulèvement contre le dictateur Sun Hen», le seul point clair dans ce tableau plutôt sombre reste l'annonce «officielle» du début de la procédure judiciaire avec deux procès qui se tiendront les 14 janvier et 4 mars 2021.
Autant dire que si les vices de procédure sont nombreux dans ce procès qui n'est qu'une étape dans la lente dégradation des libertés au Cambodge où l'espace démocratique se rétrécit à vue d'oeil, le régime de Hun Sen n'en a cure dès lors qu'il détient tous les leviers du pouvoir car si, durant l'été 2018, le Parti du peuple cambodgien du premier ministre avait remporté la totalité des sièges à l'Assemblée Nationale, cette «victoire» a fait, de facto, du système politique en place à Phnom Penh, un régime de parti unique.
En considérant, enfin, que cette «nouvelle» donne politique ne contribue qu'à éloigner encore plus l'espoir des cambodgiens de se débarrasser, un jour, de l'indéboulonnable Hun Sen, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.