Lutte contre la corruption dans le secteur financier: Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Fédération Royale Marocaine des Personnes en Situation de Handicap : Assemblées constitutives des ligues des Régions de l'Oriental, Fès-Meknès et Draâ-Tafilalet    Tennis : À Abu Dhabi...one, two, three for Sabalenka    Rabat : L'ambassadeur David Fischer rend hommage à Abdellatif Hammouchi et au corps sécuritaire marocain    Coronavirus : le Maroc enregistre son premier cas du variant britannique    Azilal : Une nouvelle vie pour le fameux «pont de la mort» (vidéo)    CHAN / Maroc-Togo (1-0) : Les 3 points mais la finition n'y était pas !    L'Université Ibn Tofaïl cède un Brevet d'Invention à une Société Privée    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Crainte d'un choc environnemental suite à la reprise des industries    Evolution du coronavirus au Maroc : 473 nouveaux cas, 460.144 au total, lundi 18 janvier 2021 à 18 heures    Prix Franz Edelman 2021, l'OCP parmi les finalistes    L'Inter dompte la Juventus    Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    CMR : Bilan honorable et perspectives ambitieuses    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    ZLECAf: Le plus dur reste à venir !    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à la lutte contre les formes contemporaines d'esclavage
Publié dans Albayane le 01 - 12 - 2020


Journée mondiale pour l'abolition de l'esclavage
Trafic de personnes, prostitution forcée, enfants soldats ou encore le travail forcé et asservi, autant d'actes criminels qui font perdurer l'esclavage en se reconfigurant sous de nouvelles formes, alerte l'Assemblée générale des Nations unies à l'occasion de la Journée mondiale pour l'abolition de l'esclavage célébrée le 02 décembre chaque année.
Ces formes contemporaines d'esclavage fleurissent encore, en grande partie à cause de la vulnérabilité exacerbée par la pauvreté, la discrimination et l'exclusion sociale, explique l'organe de l'ONU, estimant à plus de 250.000 le nombre d'enfants exploités aujourd'hui comme enfants soldats dans une trentaine de zones de conflit dans le monde.
Pire encore, un grand nombre des filles enlevées et transformées en enfants soldats deviennent également des esclaves sexuelles.
Pour sa part, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) estime que chaque année, 700.000 femmes, filles, hommes et garçons font l'objet d'une traite transfrontalière et réduits en esclavage.
« On estime à 5,7 millions le nombre d'enfants soumis à un travail forcé et asservi, ce qu'on appelle aussi servitude pour dettes », fait savoir l'AG de l'ONU, estimant à 1,2 million le nombre d'enfants victimes de la traite.
Mal leur en a pris. La traite s'accompagne de l'exploitation commerciale sexuelle d'enfants dont 1 million, essentiellement des filles, sont chaque année forcés de se prostituer, s'est elle indignée.
Tirant la sonnette d'alarme, l'Assemblée générale relève que ces filles sont vendues comme prostituées ou à des fins de pornographie infantile tant dans les pays développés que dans les pays en développement.
Par ailleurs, selon le rapport du Rapporteur spécial sur les formes contemporaines d'esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences, Tomoya Obokata, des priorités seront adoptées en fonction des approches axées sur les victimes et tenant compte de l'âge et du sexe.
À cet égard, il sera guidé, poursuit la même source, par la résolution 70/1 adoptée par l'Assemblée générale le 25 septembre 2015, intitulée « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l'horizon 2030 « , qui recense les groupes vulnérables auxquels une aide doit être apportée.
Dans ce cadre, des recherches thématiques sur la réalisation effective du Programme 2030, sont dans la ligne de mire du Rapporteur spécial, notamment supprimer le travail forcé, mettre fin à l'esclavage moderne et à la traite d'êtres humains, ainsi que les objectifs de développement durable particulièrement le travail décent et croissance économique, indique-t-on.
Quant aux conséquences des formes contemporaines d'esclavage sur certains groupes, le Rapporteur spécial a jeté la lumière sur les peuples autochtones, les minorités, les personnes en situation de déplacement, les personnes handicapées, les personnes âgées dans le monde du travail, ainsi que les personnes sans-abri, y compris les enfants des rues.
Le Maroc a, quant lui, délibérément choisi de lutter contre le crime de la traite des êtres humains selon une approche globale et moderniste axée sur la prévention, la protection, la prise en charge et le partenariat.
Le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader, avait indiqué, lors de la célébration de la Journée internationale de lutte contre la traite des êtres humains, que l'ampleur du phénomène, son expansion et sa propagation au niveau international obligent tous les secteurs et organismes à fixer des normes de qualité et précises et à rechercher les bonnes pratiques dans les pays leaders en la matière pour le combattre.
S'attardant sur les statistiques de la Commission nationale chargée de la coordination des mesures ayant pour but la lutte et la prévention de la traite des êtres humains depuis l'entrée en vigueur de loi 27-14 relative à la lutte contre la traite des êtres humains fin 2016, M. Ben Abdelkader a noté que 17 affaires ont été enregistrées en 2017, contre 80 en 2018 et 151 en 2019.
Concernant les personnes ayant été poursuivies en justice durant les trois dernières années, le ministre a fait savoir que 585 individus, dont 144 femmes et 84 étrangers, ont été mis en examen.
En ce qui concerne les victimes de la traite des êtres humains, M. Ben Abdelkader a fait état de 719 personnes, dont 283 victimes d'exploitation sexuelles, 35 personnes exploitées dans les servitudes et 58 exploitées dans la mendicité.
Les avis de recherches qui ont été émis au niveau national ont atteint 137, a-t-il ajouté, notant que 443 personnes ont été placées en garde à vue.
La Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage, célébrée par plusieurs pays du monde le 02 décembre chaque année, commémore l'adoption, le 2 décembre 1949, par l'Assemblée générale des Nations unies de la Convention pour la répression et l'abolition de la traite des êtres humains et de l'exploitation de la prostitution d'autrui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.