Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Bourse de Casablanca: le résumé hebdomadaire en 4 points-clés    Agences de voyages: un premier trimestre 2021 «catastrophique»    Des femmes qui comptent : Ghyzlaine Alami    FCA Morocco inaugure son premier «Experience Store»    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    Juventus: Cristiano Ronaldo sur le départ    BAM: l'activité industrielle s'est améliorée en janvier 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 420 nouveaux cas, 485.567 au total, vendredi 5 mars 2021 à 18 heures    Intempéries: Safi sous les eaux (VIDEO)    Ramadan: le Maroc risque-t-il de se reconfiner ?    Fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent ce week-end au Maroc (Alerte météo)    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Huit personnes interpellées pour organisation d'une fête de mariage    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Débats féconds en commission sur les projets de loi organiques relatifs aux deux Chambres du Parlement    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    BAM : Amélioration de l'activité industrielle en janvier    Botola: le Wydad et le Raja au coude-à-coude dans la course au titre    Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Le Conseil National de la Presse rend hommage à la femme    Chambre des Conseillers : adoption de deux projets de loi relatifs au processus électoral    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Hirak : l'ONU demande la fin des arrestations arbitraires en Algérie    Chambre des conseillers: Ouverture de la session extraordinaire    Attijariwafa Bank élue meilleure banque d'investissement au Maroc par Global Finance    Les grandes puissances ont intérêt à s'unir    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec l'Algérie et l'Egypte    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    El Jadida: mise en échec d'une opération de trafic international de drogue et saisie de 3.300 kg de chira    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    Sidi Slimane    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc
Publié dans Albayane le 20 - 01 - 2021


Rapport-2021 de HRW
Les autorités publiques ont exprimé, mardi, leur « rejet catégorique » du chapitre consacré au Maroc dans le rapport mondial 2021 de l'organisation Human Rights Watch (HRW).
Suite à la publication par HRW de son rapport annuel 2021, les autorités publiques « rejettent catégoriquement » le chapitre consacré au Maroc, étant donné que cette organisation persiste dans son approche inappropriée pour l'évaluation de la situation des droits de l'Homme au Maroc, tout en faisant fi, avec préméditation, des prérequis méthodologiques et des normes en vigueur dans le travail des organisations non gouvernementales, notamment l'impartialité et l'objectivité.
Les autorités publiques, tout en déplorant l'instrumentalisation, encore une fois, par HRW du discours des droits de l'Homme pour véhiculer des allégations et mensonges qui incarnent des positions politiques concernant le Sahara marocain, pourtant démenties par la réalité sur le terrain et l'évolution de la situation sur la scène internationale, en particulier les récentes résolutions du Conseil de sécurité, réaffirment leur fort engagement en faveur du processus onusien et son soutien aux efforts déployés par les Nations-Unies pour parvenir à une solution politique réaliste et pragmatique, fondée sur le compromis, dans le plein respect de l'unité et de la souveraineté du Royaume du Maroc, indique un communiqué de la Délégation interministérielle aux droits de l'Homme (DIDH).
Par ailleurs, poursuit le communiqué, les autorités publiques, qui déplorent le fait que les conclusions contenues dans le rapport soient fondées sur des jugements de valeur non basés sur des faits mais plutôt sur des idées préconçues de l'organisation sur le Maroc, s'étonnent de l'évaluation arbitraire que HRW a tenté de véhiculer en ce qui concerne le système de justice pénale et la liberté de rassemblement et ce, à travers des allégations infondées et établies sur d'anciens cas spécifiques, sachant que la période concernée par le rapport est exceptionnelle, ayant obligé tous les pays du monde, y compris le Maroc, à prendre les mesures de précaution et de prévention nécessaires pour faire face à la pandémie pour protéger les droits et les libertés fondamentaux, et non pour les restreindre, comme le prétend l'organisation.
Dans le même contexte, et contrairement aux allégations de cette organisation, les autorités publiques réaffirment leur engagement à garantir l'exercice de l'action associative, des libertés de rassemblement et de création d'associations sur l'ensemble du territoire national sans aucune restriction ni discrimination quelconque et ce, conformément aux dispositions de la Constitution et de la loi, ajoute-t-on de même source.
Les autorités publiques affirment également leur rejet catégorique des prétendues restrictions des libertés d'expression avancées par l'organisation, étant donné que les personnes objets de ces allégations ont été poursuivies pour des actes s'inscrivant dans le cadre d'affaires de droit commun et que les dossiers de leur majorité sont toujours devant la justice, ce qui fait de toutes conclusions ou interprétations émises par une quelconque partie à cet égard une ingérence dans les affaires d'une autorité indépendante.
Les autorités publiques considèrent en outre que l'approche conspiratrice adoptée par HRW, qu'elles ont toujours réfutée, a fait que l'organisation a présenté des faits irréels et une image fausse sur la réalité et les acquis des droits de l'Homme à travers le Royaume, notant qu'il aurait été plutôt judicieux pour cette organisation de dénoncer les violations flagrantes des droits de l'Homme à l'encontre des séquestrés dans les camps de Tindouf, qui endurent au quotidien humiliation, privation des droits fondamentaux et violation des libertés.
Tout en réitérant leur rejet de cette approche par laquelle HRW continue d'évaluer la situation des droits de l'Homme au Maroc, les autorités publiques attirent l'attention de cette organisation sur le fait que la politisation des droits de l'Homme est une option inutile, qui va à l'encontre de la nature des missions des ONG censées contribuer de manière constructive aux efforts des Etats en vue de promouvoir et de protéger les droits de l'Homme, conclut le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.