La CNSS et la Caisse de compensation mises sous tutelle du ministère de l'Economie et des Finances    Etudiants marocains en Russie : le désarroi continue    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    A quoi joue la Russie?    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les espaces de bien-être et de détente gardent espoir
Publié dans Albayane le 23 - 02 - 2021


Par Fadwa EL GHAZI – MAP
Qui n'a pas été tenté, après la fin du confinement, de se faire chouchouter dans les mille et un centres voués à la détente et au bien-être qui ont rouvert leurs portes au grand bonheur de leurs clients .
La culture du bien-être s'est faufilée longtemps, mais sûrement dans les habitudes des Marocains, mondialement connus, pour leur rituel ancestral du hammam. Ces espaces qui ont refermé leurs portes depuis peu.
Pour la majorité de la clientèle des instituts de détente, l'attente a été longue afin de pouvoir bénéficier d'une séance de yoga, de réflexologie plantaire, de soins de visage, d'une manucure ou encore d'un hammam.
Plusieurs établissements n'ont pas pu rouvrir normalement, explique la gérante d'un des centres de bien-être que compte la capitale. Elle ajoute qu'elle a dû brader les prix afin de pouvoir continuer à accueillir les clients qui se font de plus en plus rares par peur de cette pandémie du Covid-19 alors que tout est désinfecté après chaque passage et le personnel a été réduit à la moitié afin de diminuer le risque de contamination, a-t-elle confié à la MAP.
D'autres centres de bien-être n'ont pas vraiment souffert de la fermeture puisque la majorité de leurs clients et clientes sont des abonnés annuels, par contre le personnel qui y travaille en a souffert puisqu'il n'a été tout simplement pas payé ou s'est vu réduire son salaire.
Pour Bouchra, il est inadmissible de ne pas payer le personnel. Inscrite depuis des années dans un centre de bien-être, Bouchra relève que son abonnement annuel n'a été prolongé que de trois mois alors qu'elle n'en a bénéficié que deux mois.
Autre son de cloche chez Sanae. Avant la pandémie de la Covid-19, dit-elle, « j'avais l'habitude de fréquenter les centres de beauté pour me faire belle et me sentir épanouie, mais depuis la propagation du coronavirus au Maroc, j'ai arrêté d'y aller, et ce, par peur de contracter le virus ».
Selon elle, ce qui la décourage le plus, ce sont « les personnes qui ne respectent pas les mesures de prévention préconisées telles que le port de masque et la distanciation physique ».
Dans la même veine, Mariame raconte qu'elle a arrêté de fréquenter les salons de beauté et de coiffure alors même qu'elle continue d'aller faire du sport parce que, pour elle, « c'est essentiel ».
« Je n'imagine pas ma vie sans sport, d'ailleurs, c'est vraiment la seule chose qui m'a vraiment manqué », renchérit-elle, ajoutant que pour son grand bonheur, sa salle de sport dispose de soins de bien-être et Spa. Donc elle en bénéficie de temps à autre sans y être accro, précise-t-elle.
Le personnel exerçant dans ces centres a été unanime à partager la joie de revoir les clientes revenir après des mois d'arrêt. Pour les employées de ces espaces, ce n'est pas évident de travailler en ces temps de covid-19.
Pour Amal, qui travaille dans un institut de détente et beauté de l'Agdal, la peur était et est omniprésente, mais elle continue d'assurer ses tâches quotidiennes tout en gardant son masque même si elle a développé une allergie aux différents types de masque.
« A vrai dire, aujourd'hui j'ai moins peur, mais reste ce masque et l'acné qui s'est déclenchée à cause de lui. Je le garde tout de même pour me protéger et protéger ma famille », confie Amal.
La crise sanitaire du coronavirus continue d'affecter d'une manière significative l'économie notamment le secteur de la beauté et du bien-être. Plusieurs établissements du secteur ont du mal à s'adapter aux différentes exigences sanitaires et aux fermetures. L'impact de cette pandémie sur ce secteur « vital » n'est pas encore quantifiable et cela prendra encore du temps pour que les habitués au bien-être reprennent le chemin du bonheur sans masque et surtout sans peur !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.