S.M le Roi préside la cérémonie de lancement du projet de généralisation de la protection sociale    Légère hausse de l'IPC à Oujda en février dernier    L'AMMC vise la notice d'information relative au programme de rachat des actions d'Itissalat Al-Maghrib    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    Ligue des champions. La campagne se poursuit pour City et le Real    Paris SG, tout pour aller au bout !    Botola Pro D1 : Le Raja et la RSB appelés à secouer le cocotier    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Covid-19 au Maroc : 596 nouveaux cas en 24 heures    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les espaces de bien-être et de détente gardent espoir
Publié dans Albayane le 23 - 02 - 2021


Par Fadwa EL GHAZI – MAP
Qui n'a pas été tenté, après la fin du confinement, de se faire chouchouter dans les mille et un centres voués à la détente et au bien-être qui ont rouvert leurs portes au grand bonheur de leurs clients .
La culture du bien-être s'est faufilée longtemps, mais sûrement dans les habitudes des Marocains, mondialement connus, pour leur rituel ancestral du hammam. Ces espaces qui ont refermé leurs portes depuis peu.
Pour la majorité de la clientèle des instituts de détente, l'attente a été longue afin de pouvoir bénéficier d'une séance de yoga, de réflexologie plantaire, de soins de visage, d'une manucure ou encore d'un hammam.
Plusieurs établissements n'ont pas pu rouvrir normalement, explique la gérante d'un des centres de bien-être que compte la capitale. Elle ajoute qu'elle a dû brader les prix afin de pouvoir continuer à accueillir les clients qui se font de plus en plus rares par peur de cette pandémie du Covid-19 alors que tout est désinfecté après chaque passage et le personnel a été réduit à la moitié afin de diminuer le risque de contamination, a-t-elle confié à la MAP.
D'autres centres de bien-être n'ont pas vraiment souffert de la fermeture puisque la majorité de leurs clients et clientes sont des abonnés annuels, par contre le personnel qui y travaille en a souffert puisqu'il n'a été tout simplement pas payé ou s'est vu réduire son salaire.
Pour Bouchra, il est inadmissible de ne pas payer le personnel. Inscrite depuis des années dans un centre de bien-être, Bouchra relève que son abonnement annuel n'a été prolongé que de trois mois alors qu'elle n'en a bénéficié que deux mois.
Autre son de cloche chez Sanae. Avant la pandémie de la Covid-19, dit-elle, « j'avais l'habitude de fréquenter les centres de beauté pour me faire belle et me sentir épanouie, mais depuis la propagation du coronavirus au Maroc, j'ai arrêté d'y aller, et ce, par peur de contracter le virus ».
Selon elle, ce qui la décourage le plus, ce sont « les personnes qui ne respectent pas les mesures de prévention préconisées telles que le port de masque et la distanciation physique ».
Dans la même veine, Mariame raconte qu'elle a arrêté de fréquenter les salons de beauté et de coiffure alors même qu'elle continue d'aller faire du sport parce que, pour elle, « c'est essentiel ».
« Je n'imagine pas ma vie sans sport, d'ailleurs, c'est vraiment la seule chose qui m'a vraiment manqué », renchérit-elle, ajoutant que pour son grand bonheur, sa salle de sport dispose de soins de bien-être et Spa. Donc elle en bénéficie de temps à autre sans y être accro, précise-t-elle.
Le personnel exerçant dans ces centres a été unanime à partager la joie de revoir les clientes revenir après des mois d'arrêt. Pour les employées de ces espaces, ce n'est pas évident de travailler en ces temps de covid-19.
Pour Amal, qui travaille dans un institut de détente et beauté de l'Agdal, la peur était et est omniprésente, mais elle continue d'assurer ses tâches quotidiennes tout en gardant son masque même si elle a développé une allergie aux différents types de masque.
« A vrai dire, aujourd'hui j'ai moins peur, mais reste ce masque et l'acné qui s'est déclenchée à cause de lui. Je le garde tout de même pour me protéger et protéger ma famille », confie Amal.
La crise sanitaire du coronavirus continue d'affecter d'une manière significative l'économie notamment le secteur de la beauté et du bien-être. Plusieurs établissements du secteur ont du mal à s'adapter aux différentes exigences sanitaires et aux fermetures. L'impact de cette pandémie sur ce secteur « vital » n'est pas encore quantifiable et cela prendra encore du temps pour que les habitués au bien-être reprennent le chemin du bonheur sans masque et surtout sans peur !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.