Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Le roi Mohammed VI a reçu un message du président Erdogan    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Covid-19 : les vaccins à ARN messager semblent efficaces contre le variant indien    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De graves violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2021

L'ambassadeur Représentant permanent du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a alerté le Secrétaire général de l'ONU et le Conseil de Sécurité au sujet des violations massives et systématiques des droits de l'Homme et du droit humanitaire international dans les camps de Tindouf en Algérie.
« La renonciation par le «polisario» au cessez-le-feu, le 13 novembre 2020, s'est accompagnée d'une dégradation grave d'une situation des droits de l'Homme déjà précaire, marquée par une exacerbation de la répression de la population séquestrée dans les camps de Tindouf et la propagation d'un discours d'incitation à la haine et à la violence de la part des dirigeants du «polisario» », a déploré M. Hilale dans une lettre adressée à M. Antonio Guterres, Secrétaire général de l'ONU et aux 15 membres du Conseil de Sécurité.
Dans ce cadre, l'ambassadeur Hilale a énuméré les manifestations des violations gravissimes des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf, notamment « la multiplication des meetings oratoires incitant la population des camps à l'assassinat des opposants à la direction du « polisario » et des populations sahraouies unionistes dans les villes du sud du Maroc, le renforcement de l'état de siège imposé par l'armée algérienne autour des camps de Tindouf et le déploiement d'éléments des services de sécurité algériens à l'intérieur de ces camps ».
Il a, également, attiré l'attention sur « l'interdiction aux populations de quitter les camps de Tindouf, y compris pour s'enquérir de leurs cheptels en pâturage dans le désert, la convocation des blogueurs pour les sommer de s'abstenir de toute publication critique à l'égard de la direction du « polisario » et de se contenter de relayer le discours et les communiqués mensongers des dirigeants séparatistes sous peine d'être poursuivis et la mobilisation de combattants évoluant dans la zone Sahélo-saharienne et leur installation dans les camps de Tindouf à partir desquels ils ont lancé des appels à leurs affidés appartenant à différents groupuscules armés à combattre auprès des milices du « polisario » ».
Alger : une opposition systématique au recensement !
M. Hilale a, en outre, dénoncé l'opposition de l'Algérie à l'enregistrement et au recensement des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, qui constitue une violation caractérisée du droit humanitaire international, le détournement continu de l'aide humanitaire destinée aux populations des camps de Tindouf et la militarisation de ces camps. De même, il a recensé les multiples et gravissimes violations auxquelles les populations séquestrées dans les camps de Tindouf sont assujetties au quotidien, y compris les détentions arbitraires, la torture, les disparitions forcées et les violations des droits à la vie, à l'éducation et à la liberté d'opinion, d'expression, de manifestations et de mouvement, ainsi que la pratique de l'esclavagisme.
A cet égard, l'ambassadeur du Maroc a précisé que « la démission par l'Algérie de ses responsabilités étatiques sur une partie de son territoire, et leur délégation, contrairement aux règles les plus élémentaires du droit international, à un groupe armé séparatiste, le « polisario », créent l'absence d'un cadre juridique défini régissant les droits et les obligations des personnes se trouvant sur cette partie du territoire algérien et son corollaire, l'impunité la plus totale, pour les violations massives de leurs droits et libertés fondamentales ». « Cette situation exceptionnelle est inacceptable et viole le droit international. En effet, il ne peut y avoir de délégation de souveraineté, et donc de responsabilité, de la part d'un Etat, sur son territoire, à un acteur non étatique armé », a martelé M. Hilale.
Enrôlement obligatoire des enfants des camps
Par ailleurs, le diplomate marocain a condamné le recours par le «polisario» à l'enrôlement obligatoire des enfants des camps de Tindouf et leur envoi dans des centres d'instruction militaire au nord de l'Algérie, faisant remarquer que « cette pratique hideuse et condamnable constitue l'une des pires violations des droits de l'Homme, car elle prive ces enfants, âgés de 12 et 13 ans, et même moins, de leur innocence et leurs droits élémentaires, notamment à l'éducation et à la vie de famille ». Pour étayer ces propos, M. Hilale a transmis au Secrétaire général et aux membres du Conseil des photos et vidéos témoignant de l'ampleur grandissante et préoccupante de ce phénomène dans les camps de Tindouf.
Enfin, l'ambassadeur Hilale a souligné que « l'Algérie, pays hôte des camps de Tindouf, assume la pleine responsabilité du sort de ces enfants et de l'ensemble des violations des droits de l'Homme et du droit humanitaire qui se déroulent sur son territoire, et pour lesquelles elle doit rendre compte, au même titre que le « polisario », devant la Communauté internationale ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.