Plusieurs ambassadeurs accrédités au Maroc visitent le siège du BCIJ    Coupe du Trône: Faouzi Benzarti écope de 6 matchs de suspension et d'une amende de 50.000 DH    Comme aujourd'hui dans l'Histoire... Le 5 août    La mosquée oui, mais...    Quel intérêt pour le Maroc ?    370 millions de dollars promis par la communauté internationale    Liban : les négociations pour former un nouveau gouvernement progressent lentement (PM)    Le CSPJ et les associations professionnelles arrêtent une charte déontologique    Fouzi Lekjaâ défend le projet FIFA : « Une coupe du monde tous les deux ans »    Leo Messi ne jouera plus au FC Barcelone    Nouveau record de cas de Covid-19 à Tokyo    Ouverture d'une enquête judiciaire contre trois individus    Vaccination anti-Covid-19 : le Maroc passe à une vitesse supérieure    Covid-19 : en Algérie, la spéculation sur les prix de l'oxygène aggrave la crise sanitaire    France/Covid-19 : Une 3e dose "pour les plus âgés et les plus fragiles" en septembre (E. Macron)    La Commission d'accréditation donne son aval à 15 instances supplémentaires    Du 5 au 7 août 1907, le bombardement colonial de Casablanca    Partenariat entre la FNM et le ministère de la Justice    Le 9ème Festival international cinéma et immigration    Agriculture : 104 milliards de DH investis entre 2008 et 2018    Covid-19: La vaccination ouverte aux allergiques, allaitantes et enceintes à partir du 4ème mois    Samir Goudar nommé directeur général de la campagne électorale du PAM    Laâyoune-Boujdour : Emigration clandestine    Nouaceur : Inauguration du premier smart vaccinodrome    Azemmour : La broderie, patrimoine national menacé !    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 5 août 2021 à 16H00    Motifs impérieux : les parents de bacheliers mineurs des lycées français dans le désarroi    Baratelli : Les accusateurs du Maroc n'ont fourni aucune preuve    SPECIAL MRE. Banques: concurrence acharnée sur le segment MRE    JO 2020. Abdellatif Sadiki éliminé en demi-finale du 1 500 m    Radhi Jaidi nouvel entraïneur de l'Espérance de Tunis    Migrants : nouveau record quotidien de traversées de la Manche    Asif lance son nouveau single «Balbala»    Généralisation de la couverture médicale : L'UE accompagne le Maroc    MHE : «Nous sommes le premier producteur automobile du continent africain»    Voici la date et l'heure du match Raja-AS Rome    [ Interview avec Aziz El Fekkaki, président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle ] L'application du NMD tributaire des mentalités des responsables    Corruption : Extradition des Emirats Arabes Unis vers l'Algérie d'un ancien PDG de Sonatrach    BAM : Le patrimoine financier des ménages s'apprécie de 43 MMDH en 2020    Europa Oil & Gas : "de ressources potentielles et non de réserves prouvées" tempère ONHYM    Maroc-Algérie : l'eurodéputé Andrea Cozzolino prend fait et cause pour le discours d'apaisement du roi Mohammed VI    HCP. Radioscopie de l'emploi au second trimestre 2021    La France promet 100 millions d'euros d'aide en faveur du Liban    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'AMREC, la première ONG amazighe au Maroc opère son retour
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2021

Première ONG amazighe au Maroc, l'Association marocaine de recherche et d'échange culturel (AMREC) est une organisation qui s'est distinguée, de longues années durant, dans la promotion d'une identité nationale fondée sur le pluralisme.
C'est en novembre 1968 que l'AMREC avait vu le jour grâce à l'initiative d'un ténor du mouvement culturel amazigh marocain, feu Brahim Akhiate. A l'époque, cette structure avait réussi à fédérer des jeunes qui allaient devenir, quelques années plus tard, de véritables figures de proue de la promotion des droits linguistiques et culturels amazighs au Royaume. Parmi ceux-là, figurent l'actuel recteur de l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukous, l'historien feu Ali Sadki Azaykou, et le linguiste Abdellah Bounfour.
Dans une déclaration à la MAP, l'actuel président de l'AMREC, Imad Meniari, indique que cette association amazighe pionnière avait contribué aux efforts visant à déplacer le débat portant sur l'identité nationale d'une « certaine vision traditionnelle » vers une autre moderne reposant sur le pluralisme et se conformant au principe « unité dans le cadre de la diversité ».
« Le discours porté par l'Association marocaine de recherche et d'échange culturel mettait l'accent sur l'unité nationale, tout en soulignant que cette unité devait reposer sur la diversité et le pluralisme, impératifs sans lesquels aucun progrès ne peut être envisagé », relève M. Meniari.
« L'AMREC mettait en avant le fait que l'amazigh est la propriété de tous les Marocains, qu'ils soient amazighophones ou pas », note-t-il.
Portée par cette philosophie, l'association s'activait sur plusieurs fronts, comme la collecte de la tradition orale amazighe et sa transcription et l'incitation à la création littéraire en langue amazighe, notamment en poésie.
Côté musique, l'AMREC a été l'initiatrice de l'une des expériences les plus remarquables de la musique amazighe moderne, à savoir le groupe Ousmane (« Eclairs » en amazigh), qui a vu le jour en 1974 grâce à l'engagement de feu Brahim Akhiate. Celui-ci était parvenu à constituer cette troupe musicale à Rabat autour de six jeunes musiciens du Souss (feus Ammouri Mbarek et Said Boutroufine, Belaïd El Akkaf, Said Bijaad, Lyazid Korfi et Tarek Maaroufi).
S'inspirant de textes rédigés par des poètes de l'AMREC, Ousmane allait réaliser des chansons à succès comme « Takendaout », « Ddounit » et « Tabratt » et même se produire à l'Olympia à Paris, en 1977.
L'arrivée de l'AMREC a ainsi contribué à poser les jalons de la promotion de la diversité culturelle au Maroc, balisant la voie à l'apparition, dès les années 1970, d'autres associations œuvrant en matière de défense des droits culturels et linguistiques amazighs. Parmi ces ONG, figurent, entre autres, l'Association nouvelle pour la culture et les arts populaires (ANCAP), fondée à Rabat en 1978 et devenue « Tamaynut » en 1996, et l'Association culturelle amazighe (ACA), créée en 1979 par Mohamed Chafik et Ali Sadki Azayko.
Néanmoins, l'AMREC a connu une traversée du désert dans les dernières années, où son absence s'est fait ressentir. Imad Meniari impute cette absence à plusieurs contraintes d'ordre organisationnel dont a pâti l'association depuis que son président fondateur, feu Brahim Akhiate, a été pris d'un malaise de santé qui l'a contraint de se retirer de la scène depuis 2010.
Malgré les difficultés rencontrées à la suite de cet événement fâcheux, l'AMREC « a su maintenir sa présence lors des rendez-vous importants pour le mouvement amazigh, notamment à la faveur de l'implication de plusieurs de ses cadres », tempère-t-il, tout en ajoutant que plusieurs sections nationales de l'association ont continué à exercer leurs activités afin de réaliser les objectifs fondamentaux fixés.
Par ailleurs, l'AMREC a récemment renouvelé ses structure dirigeantes. M. Meniari fait valoir qu'un nouveau bureau national a été élu en octobre 2020 à Rabat, réunissant dans ses rangs de jeunes cadres mais aussi certaines des figures emblématiques de l'association.
S'agissant des axes stratégiques définis par l'actuel bureau national, l'acteur associatif relève que l'AMREC se focalise sur le plaidoyer pour une meilleure mise en œuvre par les départements gouvernementaux et établissements publics des dispositions de la loi organique n° 26-16 fixant les étapes de la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et les modalités de son intégration dans l'enseignement et les différents secteurs prioritaires de la vie publique.
En outre, le siège de l'AMREC à Rabat a initié une programmation culturelle prodiguant, entre autres, des cours de langue amazighe standard destinés aux enfants et adultes, fait savoir M. Meniari, ajoutant que les sections nationales de l'association mènent différentes activités dans le cadre de la promotion de la langue et de la culture amazighes et la préservation de la diversité linguistique et culturelle au Royaume.
En guise d'illustration de son discours mettant l'accent sur la cohésion nationale, l'AMREC a, en outre, organisé, le 26 décembre 2020, une visite symbolique au poste-frontière d'El Guerguerat sous le slogan : « L'amazigh au service de l'intégrité territoriale et l'unité nationale ».
Dans un communiqué rendu public à l'occasion, l'AMREC avait notamment appelé à faire face à toutes les manœuvres menées par les ennemis de l'intégrité territoriale du Maroc, tout en plaidant pour qu'un intérêt particulier soit accordé à la dimension amazighe que recèle le patrimoine des provinces du Sud du Royaume.
« L'onomastique relative aux tribus, régions et coutumes témoigne, entre autres éléments culturels, de la présence permanente de la culture amazighe dans ces provinces », lit-on dans le communiqué.
L'AMREC a donc su maintenir le cap contre vents et marées, faisant preuve d'une flexibilité à toute épreuve et confirmant, au fil des années, son statut d'acteur incontournable et influent sur la scène culturelle amazighe au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.