Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux fait réagir Afriquia    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    Discrimination juridique envers les enfants nés hors mariage    Checkinfo: «Les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés»    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    Poutine appelle ses rivaux étrangers à ne pas "franchir de ligne rouge "    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielles Nigériennes : Un passage de relais très démocratique
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2021

La République du Niger peut, à juste titre, s'enorgueillir d'avoir remporté deux victoires au même moment. En effet, la première a trait au fait que le président Mahamadou Issoufou, à la tête du pays depuis 2011, a tenu parole en ne transgressant pas, comme bon nombre de ses homologues africains, la Constitution qui limite à deux le nombre des mandats présidentiels en passant démocratiquement le témoin à son successeur ; ce qui constitue une grande victoire et une importante avancée sur le chemin de la démocratie – et la seconde a été concrétisée par le fait qu'en dépit de l'insécurité que les jihadistes du Boko Haram font planer sur le pays, les nigériens ne se sont pas fait prier pour prendre la direction des bureaux de vote lors des deux tours de l'élection présidentielle les 27 décembre et 21 février derniers afin de conférer à ce scrutin un taux de participation de 62,91%.
En ne participant pas à cette élection, le président Mahamadou Issoufou a laissé sa place à son ancien ministre de l'Intérieur. Candidat du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS) – le parti au pouvoir – Mohamed Bazoum a recueilli 39,33 % des suffrages au premier tour et 55,75% des voix ce dimanche, se plaçant bien loin devant Mahamane Ousmane, le candidat de l'opposition, qui n'a recueilli, quant à lui, que 44,25% des suffrages.
Mais si ces chiffres restent provisoires tant qu'ils n'ont pas été validés par la Cour Constitutionnelle et que ceci ne sera pas fait avant plusieurs semaines, la mission d'observation de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) a « exhorté tous les candidats en lice à respecter les résultats issus des urnes et à recourir aux procédures et aux voies légales pour le règlement de tout contentieux ».
Or, bien que la CEN-SAD avait reconnu que le scrutin s'était déroulé dans « des conditions satisfaisantes » la tension est montée d'un cran lorsqu'à Niamey, à l'annonce des résultats, plusieurs partisans de l'opposition étaient descendus dans la rue et que le deuxième tour de cette élection a été endeuillé par la mort de 8 agents électoraux – 7 dans la région de Tillabéri et 1 dans la région de Diffa – après l'explosion d'une mine ; un « acte barbare » dont l'objectif est d'instaurer une « dictature moyen-âgeuse » aux dires du ministre de l'Intérieur, Alkache Alhada, qui a promis que le pays ne cèdera pas « aux menaces terroristes » d'autan plus que ce scrutin marque la première transition pacifique entre deux chefs d'Etat démocratiquement élus au Niger ; ce qui fut une promesse de l'ancien chef de l'Etat Mahamadou Issoufou qui s'est dit « fier d'être le premier président démocratiquement élu de l'histoire du Niger à pouvoir passer le relais à un autre président démocratiquement élu ». « C'est une victoire pour la démocratie nigérienne » dira un ministre contacté par « Jeune Afrique »
Raison pour laquelle, lors de leur visite à la présidence de la République, les représentants des missions d'observation électorale de la CEDEAO et de l'Union africaine notamment ont félicité le président Mahamadou Issoufou car, en ne se présentant pas à cette élection, il a donné une leçon à tous ses homologues africains.
Ces derniers vont-ils suivre ses pas et arrêter leurs malheureuses « présidences à vie » pour le bien de l'Afrique et des africains ? Peu probable au vu de la détermination de bon nombre d'entre eux à s'accrocher au pouvoir au point de ne le quitter que les pieds devant mais attendons pour voir...
Nabil EL BOUSAADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.