Covid-19 : Le Canada recevra 8 millions de vaccins Pfizer supplémentaires mais moins de Moderna    Déficit budgétaire de 6,7 MMDH à fin mars    Fès: des citoyens accomplissent les « tarawih » sur la voie publique (PHOTO)    Portrait de la semaine: Le Maestro Abdelmajid Dolmy, artiste du football marocain    Coupe du Roi: revivez le 31ème sacre du Barça (VIDEO)    Arrestation de cinq manifestants à Alger lors du 113e vendredi du Hirak    Tennis: Coupe Davis : Pleins feux sur Madrid, Turin et Innsbruck    La directrice du FMI a félicité le Maroc    Au menu du Conseil de gouvernement prévu mardi prochain    Coupe d'Angleterre: Ziyech envoie Chelsea en finale ! (VIDEO)    JO de Tokyo: tirage au sort des tournois de football le 21 avril (FIFA)    Bundesliga: Le Bayern bat Wolfsburg (3-2)    La famille royale britannique rend un ultime hommage au prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Regards vers le futur: L'institut CDG fait le bilan de 2020 (VIDEO)    Taounate: Trois morts suite à une agression perpétrée par un individu souffrant de troubles mentaux    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 avril 2021 à 16H00    Covid-19/FORPEL : Première réunion de la commission spéciale pour le recouvrement de la pandémie    Un énième préparatif pour le sommet Rabat-Madrid    Botola Pro : Le Raja et la RSB assurent l'essentiel    Marrakech: un frère et une sœur placés en garde à vue    AstraZeneca: 9 nouveaux cas de thromboses et 4 décès en France    Pêche: Un début d'année marqué par la hausse de la valeur des produits    MAT-RCA (2-3) : Les Rajaouis roulent au super, les Tétouanais à l'ordinaire !    Maroc: Secousse tellurique de 4,3 degrés dans la province de Driouch    Naufrage d'une embarcation de migrants subsahariens au large de la Tunisie : 41 morts, 3 secourus    Le nombre de nouveaux cas hebdomadaires dans le monde a doublé les deux derniers mois    Souad Jamaï "Le Serment du dernier messager" : Un conte du futur pour comprendre le présent    Culture : Lahcen Zinoun signe à Casablanca son autobiographie "Le rêve interdit"    L'ADII lance son plan stratégique 2020-2023    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    L'ONU appelle à accélérer l'investissement dans les infrastructures vertes dans les villes    Conso. Ramadan: Voilà à quoi il faut faire attention    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    Dar Bouazza : découvrez Vert Marine 3 (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires destinées aux forces armées et au peuple libanais    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce samedi 17 avril    Miloudi Moukharik: L'UMT va participer activement au chantier de la généralisation de la protection sociale (vidéo)    Affaire Omar Radi : les autorités marocaines déplorent que des ONG tentent d'influencer le cours de la justice    PDES, ONG Suisse : La généralisation de la protection sociale, une consécration de la dimension du développement humain    Indianapolis: l'auteur de la fusillade identifié    La résolution de la crise du barrage de la Renaissance permettra de renforcer l'intégration économique régionale    Qui est Frank Grillo, le nouveau monsieur muscles de Hollywood ?    Nucléaire : l'Iran a commencé à produire de l'uranium à 60 %    Ramadan 2021 : 2M s'accapare 45% de l'audience télévisuelle en prime time    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Classe prolétaire
Publié dans Albayane le 28 - 02 - 2021

Le concept «prolétariat» qu'on avait si fièrement usé dans une certaine littérature idéologique, est, de nos jours, une terminologie relevant de la nostalgie. Les ouvriers et les paysans ou encore prolétaires tout court, étaient la raison d'être dans un certain combat farouche contre l'exploitation et l'impression.
En face, le patronat qui monopolise les revenus de la production, arborait la tyrannie, en connivence avec l'oligarchie et la dépravation administrative. Le conflit des classes génère souvent des rapports de force en déséquilibre, tant que les institutions sont précaires.
Mais, la lutte ouvrière pour l'instauration des droits légitimes ne baisse jamais les bras, aussi longtemps que cette complicité ignoble continue à bafouer les intérêts des salariés et marcher sans scrupule sur leur dignité. Les prolétaires des entreprises agricoles, tant marocaines qu'étrangères, se rebiffent, à chaque fois que la tension monte d'un cran, dans plusieurs points du territoire national, connue pour l'abondance de l'activité agricole. En effet, depuis déjà des lustres, des centaines de manifestants se mobilisent, à l'appel des structures syndicales pour crier, haut et fort, leurs malheurs.
Ces unités de production sèment chaque jour la violation des droits les plus élémentaires, sans que les décideurs locaux ne réagissent pour rétablir cet état de fait condamnable. Fort indignés devant l'irresponsabilité et l'indifférence de leur employeur, les ouvriers, hommes et femmes, protestent énergiquement pour la régularisation de leur situation et la concrétisation de leurs cahiers revendicatifs conformément aux règles en vigueur.
Toujours en colère, les manifestants s'époumonent à tue-tête sans provoquer de casse et se donnent rendez-vous pour de longs sit-in car l'administration demeure impassible en face de leurs droits légaux. Ces manifestations, qui s'insèrent dans la multitude de démarches ouvrières, connaissent en général, un engouement dans les milieux des travailleurs qui n'en peuvent plus devant les pressions de la direction des fabriques, mais également des autorités locales et des services extérieurs concernés, notamment l'inspection du travail.
Cette situation devient de plus en plus alarmante si l'on sait que les entreprises agricoles ne cessent de mener la vie dure aux ouvriers devant le mutisme total des responsables. Il serait alors consciencieux et humain de prêter attention aux doléances de cette classe ouvrière, dans le cadre des lois de travail en vigueur, d'autant plus que la conjoncture sociale de ces travailleurs nécessite un intérêt tout particulier.
Des régions agricoles prisées sont considérées comme un bastion de l'agriculture de l'export dont les ouvriers jouent constamment un rôle prépondérant sans que ces derniers profitent de leur effort colossal dans le développement de la productivité qui se hisse au plus haut degré en termes de qualité et de traçabilité. Il est donc temps de régulariser cette situation critique dans l'équité et la justice sociale, au lieu de laisser les patrons s'enrichir aux dépens de la sueur des travailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.