Guergarate : Fanfaronnades algéro-polisariennes, saison II    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Baromètre des risques 2021 pour les entreprises : La Covid-19 en tête de liste    De nouvelles normes marocaines d'application obligatoire à partir de mars    Meilleurs employeurs au Maroc 2021 : Les inscriptions sont ouvertes    Confinement en France. Les patrons se rebiffent    Air Arabia : La ligne Casablanca-Guelmim lancée    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dialogue interlibyen : La Ligue arabe salue les nouvelles avancées réalisées au Maroc    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Le Maroc au Chan : vaincre et convaincre    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions    L'UNESCO pour le Maghreb célèbre l'éducation    Maroc: la campagne de vaccination peut (enfin) démarrer    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Officiel : Biden soutient la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Deux points de perdus et piètre prestation de l'EN face aux modestes Rwandais    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Le Real reprend confiance    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chtouka Ait Baha : le combat ouvrier : L'exploitation vorace bat son plein
Publié dans Albayane le 30 - 03 - 2012

La lutte ouvrière pour l'instauration des droits légitimes ne baisse jamais les bras, aussi longtemps que le patronat continue à bafouer les intérêts des salariés et marcher sans scrupule sur leur dignité. Les ouvrières et les ouvriers des sociétés du Souss à la province de Chtouka Ait Baha, tant marocaines qu'étrangères, se sont manifestés, à chaque fois que la tension monte d'un cran, dans plusieurs points de cette zone, connue pour l'abondance de l'activité agricole. En effet, depuis déjà des lustres, des centaines de manifestants relient les communes de Khmiss Ait Amira et autres et la ville de Biougra, chef lieu de la province en question, pour crier leurs malheurs.
Ces patelins connaissent, chaque jour, une véritable violation des droits les plus élémentaires, sans que les décideurs locaux ne réagissent pour rétablir cet état de fait condamnable. Fort indignés devant l'irresponsabilité et l'indifférence de leur employeur, les ouvriers ont énergiquement protesté pour la régularisation de leur situation et la concrétisation de leurs cahiers revendicatifs au sein des sociétés sises à la région. Toujours en colère, les manifestants s'époumonent à tue-tête sans provoquer de casse et se donnent rendez-vous pour de longs sit-in car l'administration demeure impassible en face de leurs droits légaux.
Dans le même sillage, il est à signaler que les manifestants de ces unités agricoles de production se donnent continuellement rendez-vous devant le siège de la province de Chtouka Ait Baha pour récupérer leurs droits légitimes aux responsables administratifs. Ces manifestations qui s'insèrent dans la multitude de démarches ouvrières connaissent en général, un engouement dans les milieux des travailleurs qui n'en peuvent plus devant les pressions de la direction des fabriques, mais également des autorités locales et les services extérieurs concernés, notamment l'inspection du travail.
Cette situation devient de plus en plus alarmante si l'on sait que les entreprises agricoles aussi bien marocaines qu'étrangères ne cessent de mener la vie dure aux ouvriers devant le mutisme total des responsables.
Il serait alors consciencieux et humain de prêter attention aux doléances de cette classe ouvrière, dans le cadre des lois de travail en vigueur, d'autant plus que la conjoncture sociale de ces travailleurs nécessite un intérêt tout particulier.
La région de Chtouka Ait Baha est considérée comme un bastion de l'agriculture de l'export dont les ouvriers jouent constamment un rôle prépondérant sans que ces derniers profitent de leur effort colossal dans le développement de la productivité qui se hisse au plus haut degré en termes de qualité et de traçabilité. Il est donc temps de régulariser cette situation critique dans l'équité et la justice sociale, au lieu de laisser les patrons s'enrichir aux dépens de la sueur des travailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.