"Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux fait réagir Afriquia    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    Discrimination juridique envers les enfants nés hors mariage    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Checkinfo: «Les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés»    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cambodge : Sam Rainsy condamné à 25 ans de prison
Publié dans Albayane le 04 - 03 - 2021

«Ce verdict ridicule montre la peur de Hun Sen qui veut m'éliminer de la scène politique cambodgienne parce qu'il sait que si les élections étaient libres et démocratiques, son régime dictatorial ne ferait pas long feu». C'est ce qu'a déclaré, sur son compte Facebook, Sam Rainsy, après que le tribunal de Phnom Penh, qu'il accuse de collusion avec le pouvoir, l'ait condamné, par contumace ce lundi, à vingt-cinq années d'emprisonnement.
Ancien dirigeant du Parti du Sauvetage National du Cambodge (PSNC), dissous en 2018, quelques mois à peine avant les élections du mois de Juillet de la même année à la suite d'accusations selon lesquelles ses dirigeants auraient voulu renverser le pouvoir du Premier ministre alors qu'il était devenue la principale formation politique d'opposition au Parti du Peuple Cambodgien (PPC) du Premier ministre Hun Sen, Sam Rainsy s'était exilé en France pour éviter d'être emprisonné pour diverses autres condamnations qui, selon lui, seraient motivées par des raisons politiques. A cette peine d'emprisonnement, s'est ajoutée la privation du droit de vote aussi bien en tant qu'électeur qu'en tant que candidat mais également la « déchéance de nationalité » dès lors que Sam Rainsy avait la double-nationalité cambodgienne et française.
Huit autres anciens dirigeants du PSNC ont, également, été condamnés, ce 1er mars 2021, à des peines allant de 20 à 22 années d'emprisonnement pour atteintes aux « institutions du royaume du Cambodge et à l'intégrité du territoire national ». Parmi ceux-ci, la vice-présidente du parti, Mu Sochua, une américano-cambodgienne, qui a écopé de 22 ans de prison.
Pour rappel, en remportant 55 sièges aux élections législatives de 2013, soit à peine 13 de moins que le PPC du Premier ministre qui domine la vie politique cambodgienne depuis 1979, le PSNC avait fait vaciller le pouvoir de Hun Sen.
Au cours de ce procès de masse qui a été dénoncé par un grand nombre d'organisations de défense des droits humains car « politiquement motivé », ce sont 150 opposants au régime, majoritairement liés au PSNC, qui ont été jugés alors même qu'un grand nombre d'entre eux sont poursuivis pour le seul fait d'avoir partagé, sur les réseaux sociaux, des messages appelant au retour de Sam Rainsy au Cambodge.
Il y a lieu de signaler, également, qu'outre Sam Rainsy, plusieurs autres figures politiques ont fui le pays par crainte d'être arrêtés. C'est le cas, notamment, de Kem Sokha, l'autre co-fondateur du PSNC, qui est visé par une procédure pour « trahison » après avoir été accusé d'avoir voulu renverser le gouvernement mais dont le procès est sans cesse reporté depuis mars 2020.
Interrogé par RFI, après la condamnation dont il a fait l'objet ce lundi, Sam Rainsy, qui estime que la décision prise par le tribunal de Phnom Penh « est un aveu de faiblesse de Hun Sen », a tenu à préciser : « Je suis habitué. J'ai accumulé des condamnations qui se montent à des dizaines d'années, presque cent ans de prison. On m'accuse de sédition, de vouloir renverser le gouvernement, de menaces à l'ordre public et à la sécurité du pays (...) juste pour m'écarter de la scène politique au Cambodge et pour que je ne puisse pas me présenter aux prochaines élections parce que mon parti, mes collègues et moi-même nous représentons un danger pour le régime de M. Hun Sen. »
Au vu de tout cela, est-il permis de croire que Sam Rainsy retournera, un jour, au Cambodge comme le réclament ses partisans et comme le souhaitent de nombreuses organisations de défense des droits humains à travers le monde alors que le Premier ministre cambodgien a déclaré, haut et fort, qu'il considèrerait son retour au pays comme étant une « tentative de coup d'Etat » ? Très peu probable tant que Hun Sen est au pouvoir, sauf imprévu, mais attendons pour voir...
Nabil EL BOUSAADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.