Crise de Sebta: le Maroc rappelle son ambassadrice en Espagne    Réunion du Conseil de gouvernement: ce qui est prévu    Aménagement de 250 centres pour accueillir les mineurs migrants en Espagne    Bab Sebta: les autorités espagnoles utilisent des grenades lacrymogènes pour disperser les migrants (VIDEO)    Déficit budgétaire de 21,4 MMDH à fin avril    Collectivités territoriales: le Maroc obtient un prêt du Japon    Hausse de 3,3% des primes émises à fin mars    FinanceCom devient O Capital Group    Solidarité totale avec le peuple palestinien pour la défense de ses droits légitimes    Un ouvrage sur l'histoire architecturale de la ville sainte    France : Karim Benzema dans la sélection de Deschamps pour l'Euro    Le Real Madrid a trouvé un successeur pour Zidane    Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar se classe 3ème    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce mardi 18 mai (Maroc/Covid-19)    Alerte météo: il va faire très chaud dans ces régions du Maroc    Direction des prisons: bonne nouvelle pour les familles des détenus    Création de 342 salles d'enseignement préscolaire au titre de 2020-2021    MAScIR conçoit un dispositif pour le dépistage en temps réel et sans réactifs    Le Festival du Cinéma Méditerranéen de Tétouan en format digital    Lancement du concours d'art vidéo «Eye on the Street»    L'œuvre de Michel Ocelot à l'honneur    Au Maroc, près de 96% des ménages disposent d'au moins deux sources de revenu    Clientélisme, surenchère idéologique et démagogie : la recette d'El Habib Choubani pour les législatives de 2021    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 18 mai    Deux migrants blessés à la frontière entre le Maroc et Sebta hospitalisés à Tétouan    Le sang des Palestiniens continue de couler    Le département d'Etat américain publie la déclaration tripartite Maroc-Etats-Unis-Israël sur son site    Le président du MAK, Ferhat Mehenni, placé en garde à vue (sources kabyles)    Dégradation de l'état de santé de Brahim Ghali, selon des sources séparatistes    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Younès Belhanda rejoint le championnat saoudien    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Dessalement : le marocain Hyrenco propose une technologie à faible coût    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    La Légation américaine de Tanger fête ses 200 ans    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nora Iffa, une voyageuse engagée
Publié dans Albayane le 11 - 04 - 2021


Par Mohamed El Omary
Dans un temps où le Coronavirus cours les rues, une jeune femme à fait le choix de battre le Bitume. Dans un temps où les femmes luttent toujours et inlassablement pour leur droits, une femme les revendique en pédalant. Dans un temps où l'humanité est malmenée par la pandémie, une femme sème un peu de bonheur, d'amour et d'espoir sur sa route…
Chez nous, quand l'asphalte parle, il raconte des histoires d'hommes, des histoires de barbus, des histoires de moustachus, des histoires de durs… Mais il faut croire que les temps ont changé ou du moins sont en train de changer…Depuis quelques années, une douce brise féminine souffle sur les routes et annonce l'ère des cantatrices chevelues (et non pas chauves de Eugène Ionesco). Les protagonistes de ces histoires sont des femmes, oui des femmes.
Dans ce papier, nous allons vous narrer l'histoire de Nora Iffa. Nora la «rebelle», comme elle se plaît à se définir. A l'image de Dihya, connue surtout sous le nom de Kahina, reine des amazighs, Nora revendique ce respect jadis synonyme de la femme amazigh… Par ses actions sportives, culturelles et professionnelles, elle veut combattre les préjugés qui pèsent sur la condition de la femme marocaine. Une condition qui laisse à désirer.
Et rouler en vélo en est un exemple de ce combat. Pour Nora rouler en vélo et même voyager en vélo est un droit. Oui Nora a fait le choix de pédaler malgré les préjugés, malgré les moqueries, malgré les découragements des uns et des autres. Depuis qu'elle a attrapé le virus du vélo, Nora a inscrit sa vie dans cette triptyque qui résume sa vision du monde: Liberté, égalité, vélocité.
Comme il y a deux siècles, en Europe et aux Etats-uniens, pour les femmes « se battre pour le droit de pédaler était surtout défendre le droit de sortir de chez soi, d'être mobile », aujourd'hui, dans le pays Haha, Nora rend hommage à Susan Brownell Anthony ( militante des droits des femmes américaines ) en disant à haute voix que :« La bicyclette a fait plus pour l'émancipation des femmes que n'importe quelle chose au monde ».
Comme ces femmes avides de liberté, Nora a entrepris un voyage de 1911 km dans le sud marocain en solo. Oui une femme seule sur la route en vélo. Non, elle ne se rend pas au souk d'à côté. Elle va parcourir la majorité des villes du sud marocain, ce sud bien peint par Mohamed Khaireddine, écrivain emblématique de ces régions symbole de la beauté arride, de la générosité sans limite, de la bonté inconditionnelle… toutes ces qualités sudistes, Nora les a ressenti, vu et vécu au long de son périple. Un ppériple qui s'inscrit dans la célébration de la journée de la femme au Maroc de cette année 2021. Le kilométrage parcouru n'est pas anodin. Non. Nora a parcouru 1911 kms, un chiffre qui révèle la première année de la célébration de la journée de la femme de par le monde.
Par ce périple, Nora Iffa, en assumant sa féminité, donne l'exemple de la femme marocaine combattante, engagée et responsable. Par les actes et aussi par les paroles, elle affirme sa détermination à donner l'exemple à suivre à celles qui chérissent le vélo et celles qui aspirent à la découverte des autres cieux sans crainte ni peur.
Nora Iffa revendique sa féminité, non pas comme une fatalité mais plutôt comme un avantage, comme une bénédiction divine. Il est à noter que ce n'est pas le premier voyage en vélo que Nora entreprend. L'année dernière, ses mollets ont travaillé du côté de l'Egypte, du Soudan et de l'Etiopie avant d'être arrêté par la pandémie le confinement mondial. Malgré, cette calamité mondiale, Nora, ne s'est pas laissé abattre. Elle a repris la route de l'aventure, de la revendication et de l'engagement en sillonnant le grand sur marocain. Son périple n'est pas passé inaperçu.
Il suffit de jeter un coup d'œil sur sa page Instagram et sur sa chaîne YouTube, pour se rendre compte de son influence sur les jeunes et les femmes qui ne tarissent pas d'éloges et d'encouragements à son égard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.