Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés du Terminal 2 au Terminal 1 (ONDA)    En Algérie, le complotisme du régime politico-militaire comme réponse à la grave crise sociale    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 360 nouveaux cas, 513.016 au total, jeudi 6 mai 2021 à 16 heures    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Sahara: la Zambie toujours aux côtés du Maroc    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    Maroc: bientôt une nouvelle loi sur le micro-crédit    La coopération Maroc-Serbie prendra une nouvelle dimension dans un proche avenir (ministre serbe des AE)    Affaires Radi-Raissouni : Bouayach se positionne dans le gris    Le PAM, le PI et le PPS réclament «une bonne préparation des échéances électorales»    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Le Maroc rappelle son ambassadeur à Berlin    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Décélération du rythme d' accroissement du crédit bancaire en mars    Mounir Satouri : Ghali-gate, rien ne saurait justifier l'impunité    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue gabonais    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Relance : l'ONMT mise sur les régions    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    Bill Gates, légende de l'informatique devenu milliardaire philanthrope    La France a profité du cannabis marocain    Temara: Un accord trouvé entre les éboueurs grévistes et le Conseil communal    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Covid: La France ouvre la vaccination aux mineurs de 16 et 17 ans atteints de certaines maladies graves    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux
Publié dans Albayane le 13 - 04 - 2021

Moscou et Téhéran ont semblé faire front commun mardi face à Washington et aux Européens sur fond de discussions à Vienne pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.
« Nous tablons sur le fait qu'on pourra sauvegarder l'accord et que Washington reviendra enfin à (sa) mise en oeuvre pleine et entière », a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, lors d'un point de presse avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, à Téhéran.
« Toutes les sanctions unilatérales prises à Washington en violation directe de l'accord doivent être annulées », a ajouté M. Lavrov dans une référence aux mesures punitives adoptées par les Etats-Unis contre Téhéran depuis leur sortie de l'accord décidée en 2018 sous la présidence de Donald Trump.
Alors que les relations entre son pays et l'Occident traversent une nouvelle phase de tensions, notamment autour de l'Ukraine, M. Lavrov s'en est pris avec virulence à l'UE et à sa décision annoncée lundi de sanctionner huit responsables iraniens pour leur rôle dans la répression violente d'une vague de contestation en novembre 2019.
« Si cette décision a été prise de manière volontaire en pleine négociations à Vienne (…), alors ce n'est plus malheureux, c'est une erreur qui serait pire qu'un crime », a-t-il lâché, exhortant les Européens à prendre « des mesures pour empêcher un échec des négociations ».
En riposte à la décision de l'UE, qui coordonne les discussions de Vienne, Téhéran a annoncé lundi soir suspendre « tout dialogue sur les droits humains » avec les Vingt-Sept, de même que sa coopération avec l'Europe en matière de « terrorisme, (de lutte contre le trafic de) drogue, et des réfugiés ».
L'Europe, « par son incapacité à honorer ses engagements aux termes (de l'accord de Vienne), et en pliant sous la pression américaine, a montré que son utilité sur la scène internationale est progressivement en train de disparaître », a déclaré mardi M. Zarif, déniant aux Vingt-Sept une quelconque « supériorité morale ».
« Nous n'avons aucun problème à revenir à nos engagements (…) mais les Américains doivent savoir que ni les sanctions ni des actes de sabotage ne leur procureront un instrument de négociation et que ces actions ne feront que compliquer encore la situation pour eux », a-t-il ajouté.
La République islamique a accusé Israël d'avoir saboté dimanche son usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, dans le centre l'Iran, et a promis une « vengeance » en temps et en heure.
Selon Téhéran, une « petite explosion » a entraîné une panne de courant et des dégâts « rapidement » réparables.
Washington a nié toute implication.
Le New York Times, selon qui l'opération a été menée par les Israéliens, écrit mardi, de Jérusalem, en citant « un responsable des renseignements », qu' »un engin explosif a été introduit clandestinement dans l'usine de Natanz, qu'il a été mis à feu à distance et qu'il a fait sauter le circuit électrique principal ainsi que celui de secours ».
« Ce qu'ils ont fait à Natanz, ils ont pensé que cela serait au désavantage de l'Iran (…), je vous assure que dans un avenir proche, Natanz va passer à des centrifugeuses plus perfectionnées » qui rendront l'usine encore plus « puissante », a déclaré M. Zarif.
« Les Israéliens, s'ils pensaient qu'ils pouvaient stopper les efforts de l'Iran pour faire lever les sanctions contre le peuple iranien, ont fait un très mauvais pari », a-t-il ajouté.
Les discussions de Vienne réunissent les Etats encore parties à l'accord sur le nucléaire iranien (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Iran et Russie), sous l'égide de l'Union européenne. Washington y est associé mais sans contact direct avec les Iraniens.
Une nouvelle réunion doit avoir lieu mercredi à Vienne. Selon la télévision d'Etat iranienne, le vice-ministre des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, a quitté Téhéran mardi pour s'y rendre.
En riposte au retrait américain de l'accord et au rétablissement par Washington de sanctions à son encontre, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clés limitant ses activités nucléaires qu'il avait pris à Vienne.
Joe Biden, qui a succédé à M. Trump en janvier, a signalé son intention de réintégrer l'accord.
Mais jusqu'à présent, Téhéran et Washington exigent mutuellement de l'autre qu'il fasse le premier pas avant de revenir aux engagements auxquels chacun avait souscrit.
« Nous voulons (…) que toutes les parties à (l'accord) mettent en oeuvre leurs promesse et leur parole et que tout ce qui a été conclu (en 2015) soit accepté », a déclaré le président iranien Hassan Rohani en recevant M. Lavrov, selon un communiqué de ses services.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.