Maroc – Mali : Les Lionnes de l'Atlas de nouveau victorieuses face aux Aigles    Marhaba 2021: tarifs adaptés et liaison maritime annoncée avec le Portugal    «Mon histoire avec les médicaments»,une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 14]    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : Le WAC atomise le HUSA    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Le Conseil de gouvernement se tient jeudi: ce qui est prévu    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Nouveau modèle de développement : les défis du marché des capitaux    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Société d'aménagement Zenata et Lydec : un partenariat novateur a été scellé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 14 juin    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Espionnage d'élus : Nancy Pelosi veut entendre des procureurs généraux de Trump    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Euro 2020 : Le programme de ce lundi    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Chebbi après la défaite du Raja: « J'ai commis une erreur »    Décevant encore, Vahid peut remercier d    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Voici les bienfaits de cette plante pourtant pointée du doigt    Météo au Maroc: temps assez chaud ce lundi    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bras de fer entre les professionnels du cinéma et le CCM !
Publié dans Albayane le 10 - 05 - 2021

Rien ne va entre les professionnels du cinéma et de l'audiovisuel et le Centre Cinématographique Marocain (CCM). Ces derniers ont exprimé dans une lettre ouverte leur colère et inquiétude à propos de la situation que vit le secteur.
«Nous, professionnels de l'industrie cinématographique au Maroc, ulcérés et fortement inquiets de la situation périlleuse que vit notre industrie, tirons le signal d'alarme. Nous demandons et exhortons le gouvernement à réagir d'urgence pour sauver de la décrépitude le cinéma national, fer de lance de la culture marocaine. Valorisant la civilisation millénaire du pays, le septième art est l'art le plus populaire, il valorise à la fois la culture ancestrale et la modernité de notre société. », peut-on lire dans la lettre ouverte.
Cette industrie crée des opportunités de travail et fait profiter l'économie nationale de centaines de millions de dirhams en devises, en plus du rayonnement international de l'image du royaume, explique la même source.
Le Centre Cinématographique Marocain (CCM), créé en 1944, est un établissement public à caractère administratif chargé d'œuvrer pour la promotion de l'industrie, d'accompagner les productions dans la recherche de financements, d'organiser les commissions du Fonds d'Aide à la Production, d'encourager et promouvoir la production cinématographique locale et étrangère qui crée des opportunités de travail au Maroc et enrichit l'économie, ont fait savoir les professionnels en colère.
« Le CCM opérant avec l'argent public, nous décidons donc de porter cette affaire auprès du public afin de partager ce que nous attendons de cet organisme. Partout dans le monde, les institutions équivalentes au CCM s'évertuent et s'activent pour mettre en œuvre des solutions pour sauvegarder leurs industries cinématographiques et les nombreux emplois qui en découlent directement et indirectement. », souligne la même lettre.
Et d'ajouter : « tandis que le CCM se mobilise pour pénaliser les projets ayant été à l'arrêt pendant la période de la Covid, refuser le cas de force majeure pour une dérogation de délai avant tournage, imposer des délais de tournage irréels en temps de pandémie, abuser de son pouvoir en retirant les tranches de l'Avance Sur Recette restantes à des films déjà remis sans se justifier, imposer des remboursements de l'Avance Sur Recette avant paiement de la part producteur par les salles de cinéma, intervenir auprès de certains membres de la commission d'avances sur recettes pour imposer des choix de films et l'exclusion de certains cinéastes, combattre les cinéastes et le cinéma national en supprimant sans raison des cessions de l'avance sur recettes, privant ainsi la production nationale d'une dizaine de films, compliquer l'octroi des autorisations de tournage, jusqu'à l'absurde, écourter la validité des cartes professionnelles. Nous choisissons de nous indigner de ce que le CCM représente aujourd'hui et exigeons de voir une vraie institution proche de celles et ceux qu'elle a pour mission d'accompagner et de soutenir. Une institution forte de son savoir-faire, de son écoute, de sa détermination à améliorer son fonctionnement en œuvrant pour le cinéma national. »
Les signataires dont Lamia Chraibi (Productrice),Hicham Lasri (Réalisateur) , Mohcine Besri
(auteur et réalisateur), Talal Selhami (auteur et réalisateur), Simone Bitton (réalisatrice), Ali Cherkaoui, Latif Lahlou (Président de la chambre des Producteurs, et réalisateur), Hamid Bennani (auteur, réalisateur et Producteur), Driss Roukhe (acteur, réalisateur), Nour-Eddine Lakhmari (auteur, réalisateur), Narjiss Nejjar, (auteur, Réalisatrice), Ayoub Eliyassi (réalisateur), Othman Naciri (réalisateur), Hicham Haidar (Réalisateur) , Maati Kandil (Président Chambre Techniciens), Krimou Derkaoui (auteur, réalisateur et producteur) et bien d'autres ont dénoncer les ''dysfonctionnement bureaucratique inerte'' freinant l'avancement du cinéma marocain.
«Nous voulons faire avancer une industrie en danger de disparition par dysfonctionnement bureaucratique inerte (sauf quand il s'agit de punir), à des années-lumière de ce que pourrait signifier l'aide à la création, la production créative, la coproduction internationale, le soutien aux techniciens et aux techniciennes qui se sont vus pendant tout le confinement sans travail. Nous ne voulons plus d'une administration obsolète où les jeunes cinéastes se trouvent confrontés à une série de blocages dissuasifs. », ont-ils expliqué.
Et d'ajouter : «Après plusieurs tentatives de dialogues sans succès, cette lettre ouverte est un appel au secours pour proposer une refonte d'une Institution qui ne semble plus savoir quoi faire et qui pourtant agit à contre-courant de l'orientation des plus hautes autorités de l'Etat. Notre demande s'inscrit dans la nécessité de pérenniser notre production nationale de manière à transposer notre histoire et civilisation afin d'exprimer notre identité culturelle riche, multiple et ouverte. Nous ne voulons pas rester au stade de l'indignation et nous exigeons d'être force de proposition pour une meilleure industrie, et pour ça il va bien falloir nous écouter et travailler avec nous plutôt que contre nous.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.