Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Le Maroc premier dans la région MENA    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Explosion de gaz en Chine: au moins trois morts    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Y a-t-il des limites à la recherche scientifique sur les dérivés du cannabis?»
Publié dans Albayane le 23 - 05 - 2021

Congrès à Tanger sur l'histoire, le potentiel et les perspectives de la culture du cannabis au Maroc
Le 1er Congrès marocain sur l'utilisation des dérivés du cannabis, qui se tient du 21 au 23 mai à Tanger, examine la nécessité de lier la recherche scientifique avec l'industrie pharmaceutique dans ce domaine.
Cette rencontre, organisée par l'Association marocaine consultative d'utilisation du cannabis, constitue une occasion pour aborder l'histoire de la culture du cannabis au Maroc, les caractéristiques de la plante du cannabis marocain, le potentiel et les perspectives de la recherche scientifique dans ce domaine et l'impact socio-économique de la légalisation de la culture du cannabis pour des fins médicales, pharmaceutiques et industrielles.
Le président de l'association organisatrice et professeur à l'Université Mohammed VI des sciences de la santé, Pr. Rabii Redouane, a souligné que ce Congrès, organisé en partenariat avec le ministère de la Santé, vise à lier la recherche scientifique sur le cannabis avec les industries pharmaceutique, cosmétiques et paramédicales, notant que pour tirer profit des opportunités disponibles, il faut procéder à la légalisation de la culture du cannabis parallèlement à la valorisation de ses produits.
Il a ainsi présenté les résultats d'une enquête menée, par l'association sur les usages médicaux du cannabis, auprès de 309 personnes, qui a montré que 86,4% des personnes interrogées sont favorables à l'usage médical du cannabis, et 62,1% pensent que le Maroc dispose de la capacité industrielle pour valoriser la plante de cannabis, alors que 87,4% estiment que les agriculteurs bénéficieront des potentiels de développement économique et social résultant de la légalisation de cette culture.
Pour sa part, la directrice des médicaments et de la pharmacie au ministère de la Santé, Pr. Bouchra Meddah, a affirmé que le cannabis et ses dérivés sont l'un des sujets de santé publique au Maroc, passant en revue les textes juridiques régissant la recherche scientifique dans le domaine de valorisation du cannabis, qui seront renforcées par le projet de loi n° 13.21 relatif à l'usage licite du cannabis, qui est en cours d'approbation.
De son côté, le professeur à la Faculté des sciences de l'Université d'Abdelmalek Essaâdi, El Marzouki Abderrahman, a présenté un exposé sur l'histoire de la recherche scientifique sur les usages médicaux du cannabis à l'université, qui a été lancée il y a environ 30 ans, relevant que cette conférence constitue l'occasion de faire le point sur les caractéristiques de la plante et comment utiliser ses dérivés d'une manière scientifique correcte, de manière à permettre au Maroc d'accompagner les progrès réalisés par plusieurs pays dans le domaine de valorisation des dérivés du cannabis.
Dans ce contexte, le président de l'Université Abdelmalek Esaâdi, Bouchta El Moumni, a noté que l'université lancera des appels à propositions de recherche sur le cannabis, pour enrichir les connaissances sur les avantages de cette plante et les utilisations possibles de ses composants, soulignant l'importance de se baser sur l'économie du savoir et de l'innovation pour parvenir au développement des territoires concernés par la culture du cannabis.
Quant au président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Adil Rais, il s'est arrêté sur les opportunités d'investissement disponibles et les emplois potentiels, grâce à la légalisation des usages médicaux et industriels du cannabis au Maroc, appelant à la nécessité de créer une nouvelle industrie manufacturière pour valoriser le cannabis et ne pas se contenter de la culture et de l'exportation des matières premières.
Après avoir rappelé que le Maroc dispose de grandes quantités du cannabis brut, mais n'a pas une industrie manufacturière forte, M. Rais a souligné la nécessité de se préparer à avoir une forte présence sur le marché international des dérivés licites du cannabis, qui connaît une croissance rapide et devrait atteindre 200 milliards de dollars à l'horizon 2028. «Nous ne pouvons pas rater cette opportunité. Nous devons plutôt être au cœur de ce marché pour en profiter au maximum», a-t-il insisté.
Cette rencontre, placée sous le thème «Y a-t-il des limites à la recherche scientifique sur les dérivés du cannabis?», a été ponctuée par des exposés sur «l'histoire du cannabis au Maroc et à travers le monde», «les caractéristiques de la plante du cannabis marocain», «le potentiel et les perspectives de la recherche scientifique sur les dérivés du cannabis au Maroc» et «l'impact socio-économique de la culture du cannabis au Maroc».
***
Chambre des représentants
Le projet de loi sur l'usage licite du cannabis adopté en Commission de l'Intérieur
Le projet de loi N°13.21 relatif à l'usage licite du cannabis a été adopté à la majorité, vendredi, par la Commission de l'Intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, en présence du ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit.
Ce projet de loi, qui vise à améliorer la situation socio-économique de la population de la région, a été adopté par 20 voix contre 3.
S'exprimant à cette occasion, le président de la Commission, Hicham El Mhajri, a indiqué qu'au bout de sept heures de débat acharné autour de ce projet de loi, le gouvernement a pris en considération certains amendements qui sont à même d'apporter une plus-value et d'avoir un impact positif sur la population de la région.
Ceci, a-t-il expliqué dans une déclaration à la MAP, permettra surtout aux jeunes de la région de développer leurs compétences et, au même titre que les grandes sociétés, de trouver des partenaires pour valoriser leur production, à condition que les activités liées à cette production (culture, collecte, industrialisation, commercialisation…) ne soient pas dominées par une seule entité afin d'en garantir la traçabilité.
Ce projet de loi, élaboré en harmonie avec les engagements internationaux du Royaume, avait été adopté par le Conseil de gouvernement en mars dernier. Il vise à soumettre toutes les activités liées à la culture, à la production, à la transformation, au transport, à la commercialisation, à l'exportation et à l'importation du cannabis et de ses produits à un système de licence.
Dans le même sillage, le ministère de l'Intérieur avait élaboré des études scientifiques exhaustives portant essentiellement sur la faisabilité du projet, son potentiel socio-économique et environnemental, ainsi que sur les atouts et les défis que le Maroc se doit de relever pour réussir ce chantier de grande envergure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.