Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'inflation atteint un niveau record de 36%
Publié dans Albayane le 03 - 01 - 2022

L'inflation a atteint 36,08% sur un an en décembre en Turquie, un record depuis septembre 2002 dû à la dégringolade de la livre turque qui place le président Recep Tayyip Erdogan en position inconfortable, à dix-huit mois de la prochaine élection présidentielle.
Cette hausse des prix à la consommation, plus de sept fois supérieure à l'objectif initial du gouvernement, s'explique par la chute de près de 45% de la livre turque face au dollar sur un an, malgré des mesures d'urgence annoncées par le chef de l'Etat mi-décembre.
L'inflation est devenue un sujet brûlant en Turquie: l'opposition et une partie de la population accusent l'Office national des statistiques (Tüik) de sous-estimer sciemment et largement la hausse des prix, alimentée par la politique monétaire du président Erdogan qui a poussé la banque centrale turque à abaisser systématiquement ses taux d'intérêt ces derniers mois.
A rebours des théories économiques classiques, le chef de l'Etat estime que les taux d'intérêts élevés favorisent l'inflation, mais sa politique monétaire – et le manque d'indépendance de la banque centrale, dont M. Erdogan a limogé trois gouverneurs depuis 2019 – n'ont fait qu'entraîner la monnaie nationale dans sa chute.
Au pouvoir depuis 2003, M. Erdogan refuse toute inflexion dans sa politique économique sur laquelle a longtemps reposé son succès. Régulièrement réélu, M. Erdogan semble faire le pari de la croissance à tout prix, qui a atteint 7,4% sur un an au troisième trimestre, portée notamment par les exportations rendues moins coûteuses.
Mais pour les Turcs, l'effondrement de la monnaie se traduit par une envolée des prix devenue difficilement soutenable, le pays étant très dépendant des importations, notamment pour les matières premières et l'énergie.
L'inflation saute ainsi aux yeux dans les supermarchés, où les étiquettes ne cessent d'être réimprimées: les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 43,8% sur un an malgré les menaces du gouvernement qui a exhorté les grandes chaînes de supermarché à revoir leurs prix à la baisse ces dernières semaines.
Selon les chiffres officiels, la farine et la viande de poulet ont vu leurs prix augmenter de 86% en un an, l'huile de tournesol de 76% et le pain de 54%. D'interminables files d'attente sont ainsi apparues ces dernières semaines devant des kiosques à pain gérées par les municipalités d'opposition à Istanbul et Ankara, où le pain est vendu deux fois moins cher que dans la plupart des boulangeries.
Dans ce contexte politiquement explosif, le président Erdogan a relevé le salaire minimum au 1er janvier de 2.825,90 à 4.253,40 livres (environ 275 euros), soit une hausse de 50% en grande partie effacée par la conjoncture.
« Je crains que toutes les hausses de salaires n'aient fondu en deux mois », a réagi lundi sur Twitter Gizem Öztok Altinsaç, économiste en chef de l'organisation patronale turque Tüsiad.
Après plusieurs semaines de pertes historiques, la livre turque s'était pourtant redressée mi-décembre à la suite des mesures d'urgence annoncées par le président Erdogan et à des ventes massives de réserves en dollars, mais la monnaie voit de nouveau sa valeur fondre depuis une semaine face au billet vert.
Un dollar s'échangeait contre 13,66 livres turques lundi en fin de matinée (8H30 GMT). Un dollar valait 7,4 livres début janvier 2021; puis 8,3 livres début septembre et 9,6 livres début novembre.
Fin décembre, la crise monétaire a viré au règlement de comptes politique en Turquie, avec un appel du nouveau ministre des Finances à déposer plainte contre les économistes et les journalistes qui ont commenté l'effondrement de la monnaie nationale.
Outre les gouverneurs de la banque centrale, le chef de l'Etat a également remplacé à trois reprises depuis 2018 son ministre des Finances, dont le dernier, le 2 décembre, en pleine débâcle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.