Electricité: la production locale augmente de 4,1% au 1er trimestre 2022    En route pour Qatar 2022 : Argentine – Maroc en septembre ?    Virus "tueur de cancer" : un essai clinique en test sur un patient    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Monkeypox : Les 3 cas suspects négatifs    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid : Des séances d'exorcisme tournent au viol    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie
Publié dans Albayane le 24 - 01 - 2022

Les rebelles au Yémen ont tiré lundi coup sur coup des missiles balistiques contre les Emirats arabes unis qui les ont interceptés et l'Arabie saoudite où deux personnes ont été blessées, franchissant un nouveau palier dans les attaques contre leurs deux adversaires.
L'Arabie saoudite et les Emirats font partie d'une coalition qui intervient depuis 2015 au Yémen en guerre pour soutenir militairement le pouvoir face aux Houthis qui contrôlent la majeure partie du nord du pays et la capitale Sanaa.
Les trois pays se trouvent dans la péninsule arabique. Le Yémen est frontalier de l'Arabie saoudite et la capitale des Emirats Abou Dhabi est située à quelque 1.500 kilomètres de Sanaa.
Les nouveaux tirs contre les Emirats et l'Arabie saoudite surviennent après une frappe aérienne attribuée à la coalition militaire contre une prison tenue par les rebelles dans le nord du Yémen qui a fait au moins 70 morts vendredi.
La multiplication des attaques des rebelles Houthis contre les Emirats, richissime pays du Golfe qui tient à sa réputation d'oasis de paix au Moyen-Orient, ouvrent une nouvelle page dans la guerre du Yémen déclenchée en 2014.
Après avoir revendiqué les attaques contre les Emirats et le royaume saoudien, les rebelles yéménites ont menacé lundi d' »intensifier » leurs opérations.
« Nous sommes prêts à répondre à l'escalade par l'escalade », a affirmé le porte-parole militaire des rebelles Yahya Saree dans une déclaration télévisée.
« Les défenses anti-aériennes des Emirats ont intercepté et détruit deux missiles balistiques lancés par le groupe terroriste Houthis » tôt le matin, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué à Abou Dhabi.
« L'attaque n'a pas fait de victimes, et les débris des missiles détruits sont tombés autour d'Abou Dhabi », a-t-il ajouté. Les Emirats « prennent toutes les mesures pour protéger le pays de toutes les attaques ».
Quelques heures plus tôt, en pleine nuit, les autorités saoudiennes ont annoncé que deux personnes avaient été blessées par un missile balistique tiré par les Houthis contre la ville de Jazan (sud). Un autre missile balistique tiré vers Dhahran Al-Janoub (sud) a été intercepté.
En réaction, la coalition militaire commandée par l'Arabie saoudite a indiqué avoir détruit une « plateforme de lancement de missiles balistiques dans la région d'Al-Jawf » dans le nord du Yémen.
Le 17 janvier, les rebelles yéménites ont revendiqué une attaque de drones et de missiles contre des installations pétrolières et l'aéroport d'Abou Dhabi, qui ont fait trois morts.
Ils ont ensuite menacé de lancer de nouvelles attaques contre les Emirats en appelant les civils et les compagnies étrangères à éviter les « sites vitaux » dans ce pays.
Les Emirats menacent de riposter
Les Houthis ont mené ces dernières années de multiples opérations contre l'Arabie saoudite mais l'attaque du 17 janvier était la première reconnue par les Emirats arabes unis à l'intérieur de leurs frontières.
Il s'agissait également de la première attaque meurtrière des Houthis aux Emirats.
Elle a été suivie par une série de frappes aériennes de la coalition notamment contre Sanaa et par des offensives au sol des forces gouvernementales yéménites.
Un des raids aériens a fait 14 morts à Sanaa, et au moins trois enfants ont été tués dans une attaque contre Hodeida (ouest), par où transite la majeure partie de l'aide internationale destinée au pays, le plus pauvre de la péninsule arabique.
La coalition a en revanche nié toute responsabilité dans une frappe contre une prison lancée vendredi avant l'aube à Saada, le fief des rebelles dans le nord du Yémen. Les ONG internationales et les rebelles ont accusé la coalition, maître de l'espace aérien du Yémen.
En plus de sept ans de guerre, toutes les parties au conflit au Yémen ont été accusées de « crimes de guerre » par des experts de l'ONU. Mise en cause pour de multiples « bavures », la coalition a reconnu des « erreurs » et accuse les rebelles d'utiliser les civils comme boucliers humains.
L'ONU tente en vain depuis plusieurs années de mettre fin à ce conflit dévastateur qui a fait, selon elle, 377.000 morts et poussé une population de 30 millions d'habitants au bord d'une famine à grande échelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.