Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait : Aïcha Ech-Channa, One million Dollar Baby !
Publié dans Albayane le 27 - 07 - 2010

Aïcha Ech-Chenna n'est plus à présenter. Depuis 1985, cette femme de cœur a fait de l'intégration de la mère célibataire, dans une société aussi conservatrice que la nôtre, son cheval de bataille. Pour ce, elle crée «Solidarité Féminine». Aïcha Ech-Channa est née en 1941dans la nouvelle médina de Casablanca, elle a grandi à Marrakech pour revenir à Casablanca en 1953 où elle poursuit ses études à l'Ecole française Foch et Lycée Joffre. En 1960, elle rejoint l'Ecole d'Etat d'infirmière où elle obtient un diplôme d'Etat. De 1962 à 1980 elle occupe le poste d'animatrice d'Education sanitaire et sociale à la préfecture médicale de Casablanca.
Aicha Ech-Channa est la femme marocaine par excellence, avec ses soucis, ses peines, sa conscience et son espoir éternel. Ce qui anime son action et fait de la solidarité une notion centrale dans sa vision des choses n'est pas le féminisme, c'est le fait qu'elle a été elle-même, depuis sa tendre enfance, touchée par la solidarité de son entourage.
Dès l'âge de 16 ans, elle est « contaminée par le virus de l'associatif», comme elle se plaît à préciser. C'est donc en 1959 qu'Aïcha Ech-Chenna s'engage dans sa première action de bénévolat en s'inscrivant dans la ligue de protection de l'enfance. L'action associative de cette militante ciblera en premier les enfants, notamment les abandonnés. Le contact quotidien avec ces derniers conduira cette assistante sociale vers leurs mamans.
Elle ne cesse de prendre à son cœur des problèmes sociaux qu'elle s'est tracée comme objectif à résoudre surtout en faveur de la femme. En 1985 elle fonde L'association Solidarité féminine pour aider les mères seules, démunies et chargées d'enfants en bas âge à se prendre en charge par leur propre effort. En1995, l'association Reçoit le prix des droits de l'Homme de la république française à Paris.
Rien ne peut l'arrêter, Aîcha Ech-Chenna s'est donné pour mission de s'occuper des mères célibataires… au risque de choquer les mentalités ! En créant «Solidarité féminine», elle a d'ailleurs dû faire face à bien des résistances et autant de menaces ! «J'ai été taxée dès le départ d'être une femme qui encourage la prostitution», dit-elle. Mais rien ne la découragera. Projet après l'autre, elle créera des sources de revenus inépuisables pour celles en faveur de qui elle milite.
La dernière réalisation en date concerne la construction, en septembre 2005, d'un hammam dont les recettes iront entièrement aux femmes célibataires. Aïcha Ech-Chenna a été décorée du prestigieux prix «Elisabeth Norgall 2005» de l'International Women's Club of Frankfurt.
En 2009, à la grande joie de tout le monde, l'« Opus Prize », ce prix de 1 million de dollars est décerné par la Fondation Opus au profit de la meilleure action associative dans le monde. C'est un peu l'équivalent du Prix Nobel.
Pour sensibiliser l'opinion, Aïcha Ech-Channa écrit « Miseria », un livre émouvant qui raconte une vingtaine d'histoires de victimes (petites bonnes ou enfants abandonnés) qui a marqué l'opinion marocaine. Aïcha Ech-Channa demeure, par son labeur infatigable en faveur des déshérités au Maroc, un symbole du travail social et une icône incontournable pour toute femme délaissée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.