Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Covid-19: le Maroc enregistre un 40ème décès    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Adieu Si Fadel    Dette : Quel geste politique demandé au Maroc ?    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Balance commerciale : Le déficit s'aggrave à 2%    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Des sans-abris hébergés par des ONG de Tanger    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mme Aicha Ech-Chenna à l'honneur à l'ENCG de Settat
Publié dans MAP le 24 - 02 - 2011

Mme Aicha Ech-Chenna, présidente de l'association Solidarité féminine, était à l'honneur mercredi à l'Ecole nationale de Commerce et de Gestion (ENCG) de Settat, le temps d'une rencontre avec les étudiants de l'école, venus très nombreux lui rendre un vibrant hommage tant mérité par cette militante en faveur de la cause de la femme et de l'enfant.
Par Mostafa Nazih
Entourée des étudiants de l'Ecole, initiateurs de cette cérémonie d'hommage, Aicha Ech-Chenna s'est félicitée de l'initiative. Et pour cause : de telles rencontres avec les jeunes des universités, qui auront des responsabilités dans les secteurs privé et public, devait-elle préciser dès le début de la rencontre, auront " à porter le flambeau de l'action sociale ". C'est eux la relève, dit-elle.
Figure de proue de l'action associative et de la société civile au Maroc, Aicha Ech-Chenna a été récompensée pour cette action en novembre 2009 à Minneapolis (Etats-Unis) du "Prix Opus", un prix d'un million de dollars.
Et c'est par cette distinction à l'International, qu'est l'Opus Prize, sorte de prix Nobel de l'humanitaire qui couronne les œuvres sociales, les plus marquantes dans le monde, que les étudiants ont ouvert le bal du débat avec Mme Ech-Chenna qui, avec son franc-parler habituel, a informé avec tant de détails sur l'utilisation des dons que reçoit l'association Solidarité féminine.
Précisant que son association, au service des femmes célibataires, avait commencé, lors de sa fondation en 1985, par "un petit capital de 1000 DH ", Mme Ech-Chenna s'est réjouie qu'à présent l'association " se porte bien ", elle est plus agissante et a gagné le " pari économique ", pivot de l'action sociale, en investissant dans des projets socio-économiques confiés à ces femmes célibataires.
Lors de cette rencontre riche, à laquelle ont pris également part, l'avocate, assistante juridique de l'association, Mme Naima Ame, et le Pr. Raja Aghzadi, présidente de l'association " Cœur de Femme ", l'itinéraire d'Aicha Ech-Chenna s'est invité dans le débat.
C'est ainsi que les étudiants, en particulier, ont interpellé leur hôte sur son parcours, à commencer par son enfance entre Casablanca et Marrakech, en passant par ses débuts dans le bénévolat en adhérant à l'éducation sanitaire au sein de la Ligue de Protection de l'Enfance et ses activités au sein de la Ligue de Lutte contre la Tuberculose.
Ils ont aussi évoqué ses actions en faveur du planning familial et son adhésion à l'Union nationale des Femmes marocaines à Casablanca, avant de créer l'association Solidarité féminine dont la vocation est d'aider les mères célibataires à se prendre en charge par leur propre effort.
Grâce au travail social inlassable en faveur des femmes célibataires, son association devait recevoir, en 1995 à Paris, le prix des Droits de l'Homme de la République française.
Aïcha Ech-Channa est née en 1941 dans la médina de Casablanca. Elle a passé son enfance à Marrakech pour revenir à Casablanca en 1953 où elle devait poursuivre ses études à l'Ecole française Foch et au Lycée Joffre, avant de rejoindre, en 1960, l'Ecole d'Etat d'Infirmière où elle obtient un diplôme d'Etat.
Quand Aïcha Ech-Channa évoque des "Histoires de Femmes", toujours avec le même franc-parler, tirées de son livre "Miseria" (1996, 208 p) ou partagées avec des femmes qu'elle a côtoyées durant plus de 30 ans, c'est toujours un moment émouvant. Lors de cette rencontre avec étudiantes et étudiants de l'ENCG, c'était le cas.
Avant de leur livrer conseils, elle devait souligner que, durant son enfance et son adolescence, elle a eu "la chance" de bénéficier de la solidarité et c'est cet élan de solidarité qui l'a incité, par la suite, raconte-t-elle, à s'investir dans le domaine social.
S'adressant aux jeunes notamment, elle les a incités donc à adhérer aux actions sociales, à agir pour la solidarité sociale et à aider les autres " surtout sans jugement de valeur ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.