Le Parlement adopte deux projets de loi sur le domaine maritime marocain    Le HCP appelle à l'élaboration d'un modèle de développement adapté aux nouvelles évolutions nationales et internationales    SM le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Présidence de la CGEM: Alj et Tazi l'emportent avec une grande majorité    Vahid veut jouer contre les grandes sélections du continent Africain    Walid Regragui quitte le FUS pour rejoindre Al-Duhail    Le CESE présente son rapport sur le foncier au Maroc    Tanger Med : solutions dématérialisées pour l'export agroalimentaire    Système statistique national: Le sujet de la réforme enfin sur la table    Le coronavirus de Wuhan : Panique sur toute la ligne    Le PPS rend hommage au militant et à l'intellectuel engagé    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Le Groupe dresse son bilan 2019 : Renault Maroc performe à nouveau avec près de 400.000 véhicules produits    Procès en destitution de Trump: Mardi glacial au Capitole    Botola Pro D1 : Le Wydad de Casablanca nouveau leader    CAN-2020 de futsal : Objectif, conserver le titre    L'opposition russe en désarroi après la réforme éclair de Poutine    La Grèce sur le point d'être présidée pour la première fois par une femme    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    "Mon corps, ma liberté", un mouvement sur les pas de "El Violador eres tu!    Italie: Les «sardines» défient Salvini…    La Caravane «Maroc-Innov» fait escale à Chichaoua au profit des jeunes porteurs de projets    Taroudant : Un couple soupçonné d'agression sur sa fille    Sommet UK-Afrique : Le Maroc en force à Londres    Perspectives prometteuses pour l'économie nationale : La DEPF table sur un taux de croissance de 3,7% en 2020    Burkina Faso : 48 heures de deuil national après une nouvelle attaque terroriste    Retraites : la CGT a mis à l'arrêt la plus grande usine hydro-électrique de France    L'enfant terrible de la mode Jean-Paul Gaultier raccroche au sommet de la gloire    Lamia Tazi nommée PDG du laboratoire pharmaceutique Sothema    Edito : Nouvelle victoire    Classement Rekrute: Qui sont les 25 employeurs les plus attractifs?    Arrestation à Meknès d'une vagabonde pour enlèvement présumé d'un nourrisson    Le sommeil contrecarre le larcin planifié par un Marocain dans un complexe commercial en Italie    Le directeur sportif du FC Séville”Monchi”: Youssef En Nesyri a un énorme potentiel    Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Session de formation sur l'arbitrage en sports collectifs    Les drones pourraient bientôt voler comme des oiseaux    Insolite : Le chat fugueur    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Vers un deuxième acte de l'affaire Tiazi    Jean-Paul Carteron : Dakhla sera la future Floride du Maroc    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    Colloque sur le financement de l'économie nationale à la Chambre des représentants    La Chambre des conseillers s'ouvre aux ONG    Le caftan marocain brille de mille feux à Paris    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    Forum national des créations de l'enfant à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mario Vargas Llosa, prix Nobel 2010 : Une figure d'exception... et de paradoxe
Publié dans Albayane le 28 - 10 - 2010

Figure de proue des lettres latino-américaines, Mario Vargas Llosa est un écrivain monumental qui jouit d'une imposante renommée internationale. Il est lauréat du prix Nobel de la littérature pour l'année 2010. À la fois romancier, essayiste, critique et auteur de théâtre, la carrière littéraire de l'écrivain a dû cohabiter avec les ambitions politiques de l'homme. En effet, en 1990, Vargas Llosa briguait sans succès la présidence de son pays natal, le Pérou. Sa défaite eut néanmoins l'avantage de lui redonner du temps...
Tout débute le 28 mars 1936, à Arequipa, au Pérou. Les jeunes années du petit Mario se déroulent aux côtés de sa mère ; il ne connaîtra son père qu'au tournant de ses dix ans, lorsque celui-ci reviendra habiter avec la famille à la suite de tentatives commerciales infructueuses. À l'adolescence, Mario Vargas Llosa est inscrit à l'Académie militaire de Lima. Son séjour lui laisse d'horribles souvenirs qui, cependant, lui inspireront son premier roman. Il poursuit ensuite ses études en lettres et en droit, et s'initie à l'écriture journalistique.
En 1955, Mario Vargas Llosa soulève un tollé en épousant sa tante par alliance, Julia Urquidi, qui s'adonne à être aussi considérablement plus âgée que lui. Cet événement ne fut pas sans créer de remous et allait, encore une fois, alimenter la trame narrative d'un de ses romans les plus connus, Tante Julia et le scribouillard (1977). Mais à l'aube des années 60, une bourse d'étude en poche, Vargas Llosa quitte pour Madrid afin d'y poursuivre son doctorat. Il s'installe ensuite à Paris, où il enseigne l'espagnol, travaille comme journaliste et découvre l'existence d'une «Amérique latine» auprès de ses compatriotes en exil.
C'est en 1963 que la carrière de Vargas Llosa prend véritablement son envol, avec la publication de La ville et les chiens, son tout premier roman. Le livre, qualifié de chef d'œuvre dès sa sortie, obtient un énorme succès et se voit rapidement traduit en une vingtaine de langues. Mario Vargas Llosa gagne de fait ses lettres de noblesse... C'est le coup d'envoi d'une grande aventure, qui mènera l'écrivain autour du globe : Londres, Paris, Barcelone, Lima... Vargas Llosa a la bougeotte et enseigne un peu partout mais, dès qu'il arrive quelque part, il se remet à travailler. «C'est ma seule continuité», ajoute-t-il.
Depuis ses débuts fracassants en littérature, le prolifique Vargas Llosa a écrit une quinzaine de romans, trois livres de contes, cinq pièces de théâtre, une quinzaine d'essais et ses mémoires, sans compter les centaines d'articles publiés dans les revues et les journaux, dont des chroniques d'humeur qui paraissent dans le quotidien espagnol El País. Il mentionne d'ailleurs en entrevue qu'il faut «assumer sa passion pour la littérature comme une destin qui deviendra une servitude, voire un esclavage».
Si l'écrivain - qui alimente ses fictions aux sources de l'autobiographie - est reconnu comme un être d'un rare talent, il est aussi décrit comme un être de contradictions. À ce sujet, son magistral corpus romanesque partage le destin parfois amer du peuple latino-américain, ses espoirs et ses faiblesses, pendant que son discours politique encense Margaret Thatcher et le libéralisme économique, comme il dénigre les défenseurs de la clause d'exception culturelle. Ainsi, cet homme, qui n'est pas sans nous rappeler la figure mythique d'un Janus, explique-t-il cette posture paradoxale : l'écriture est œuvre d'instinct et de passion, cependant que la politique est œuvre de raison.
Glissons donc quelques mots sur son aventure politique... En 1987, le gouvernement péruvien tente d'étatiser l'ensemble du système bancaire et financier, ce à quoi s'oppose Vargas Llosa. Un mouvement de protestation s'organise autour de l'écrivain qui, fondant le Mouvement des libertés, s'alliera à une coalition de droite en vue des élections de 1990. Une chose en entraînant une autre, il brigue la présidence péruvienne, qui lui échappe au deuxième tour, au profit d'Alberto Fujimori. À la suite de cet épisode, il rentre à Londres écrire ses mémoires.
Peu importe les orientations politiques de l'homme, l'œuvre d'un des plus grands écrivains du XXe siècle séduit des lecteurs de partout, comme en fait foi la pluie de distinctions littéraires et de doctorats honorifiques s'abattant sur l'auteur, dont le prestigieux Prix Cervantès. Comme quoi Mario Vargas Llosa avait vraiment vu juste le jour où «il a choisi d'être romancier parce qu'il ne pouvait pas être aventurier».
http://www.contacttv.net/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.