Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mario Vargas Llosa, prix Nobel 2010 : Une figure d'exception... et de paradoxe
Publié dans Albayane le 28 - 10 - 2010

Figure de proue des lettres latino-américaines, Mario Vargas Llosa est un écrivain monumental qui jouit d'une imposante renommée internationale. Il est lauréat du prix Nobel de la littérature pour l'année 2010. À la fois romancier, essayiste, critique et auteur de théâtre, la carrière littéraire de l'écrivain a dû cohabiter avec les ambitions politiques de l'homme. En effet, en 1990, Vargas Llosa briguait sans succès la présidence de son pays natal, le Pérou. Sa défaite eut néanmoins l'avantage de lui redonner du temps...
Tout débute le 28 mars 1936, à Arequipa, au Pérou. Les jeunes années du petit Mario se déroulent aux côtés de sa mère ; il ne connaîtra son père qu'au tournant de ses dix ans, lorsque celui-ci reviendra habiter avec la famille à la suite de tentatives commerciales infructueuses. À l'adolescence, Mario Vargas Llosa est inscrit à l'Académie militaire de Lima. Son séjour lui laisse d'horribles souvenirs qui, cependant, lui inspireront son premier roman. Il poursuit ensuite ses études en lettres et en droit, et s'initie à l'écriture journalistique.
En 1955, Mario Vargas Llosa soulève un tollé en épousant sa tante par alliance, Julia Urquidi, qui s'adonne à être aussi considérablement plus âgée que lui. Cet événement ne fut pas sans créer de remous et allait, encore une fois, alimenter la trame narrative d'un de ses romans les plus connus, Tante Julia et le scribouillard (1977). Mais à l'aube des années 60, une bourse d'étude en poche, Vargas Llosa quitte pour Madrid afin d'y poursuivre son doctorat. Il s'installe ensuite à Paris, où il enseigne l'espagnol, travaille comme journaliste et découvre l'existence d'une «Amérique latine» auprès de ses compatriotes en exil.
C'est en 1963 que la carrière de Vargas Llosa prend véritablement son envol, avec la publication de La ville et les chiens, son tout premier roman. Le livre, qualifié de chef d'œuvre dès sa sortie, obtient un énorme succès et se voit rapidement traduit en une vingtaine de langues. Mario Vargas Llosa gagne de fait ses lettres de noblesse... C'est le coup d'envoi d'une grande aventure, qui mènera l'écrivain autour du globe : Londres, Paris, Barcelone, Lima... Vargas Llosa a la bougeotte et enseigne un peu partout mais, dès qu'il arrive quelque part, il se remet à travailler. «C'est ma seule continuité», ajoute-t-il.
Depuis ses débuts fracassants en littérature, le prolifique Vargas Llosa a écrit une quinzaine de romans, trois livres de contes, cinq pièces de théâtre, une quinzaine d'essais et ses mémoires, sans compter les centaines d'articles publiés dans les revues et les journaux, dont des chroniques d'humeur qui paraissent dans le quotidien espagnol El País. Il mentionne d'ailleurs en entrevue qu'il faut «assumer sa passion pour la littérature comme une destin qui deviendra une servitude, voire un esclavage».
Si l'écrivain - qui alimente ses fictions aux sources de l'autobiographie - est reconnu comme un être d'un rare talent, il est aussi décrit comme un être de contradictions. À ce sujet, son magistral corpus romanesque partage le destin parfois amer du peuple latino-américain, ses espoirs et ses faiblesses, pendant que son discours politique encense Margaret Thatcher et le libéralisme économique, comme il dénigre les défenseurs de la clause d'exception culturelle. Ainsi, cet homme, qui n'est pas sans nous rappeler la figure mythique d'un Janus, explique-t-il cette posture paradoxale : l'écriture est œuvre d'instinct et de passion, cependant que la politique est œuvre de raison.
Glissons donc quelques mots sur son aventure politique... En 1987, le gouvernement péruvien tente d'étatiser l'ensemble du système bancaire et financier, ce à quoi s'oppose Vargas Llosa. Un mouvement de protestation s'organise autour de l'écrivain qui, fondant le Mouvement des libertés, s'alliera à une coalition de droite en vue des élections de 1990. Une chose en entraînant une autre, il brigue la présidence péruvienne, qui lui échappe au deuxième tour, au profit d'Alberto Fujimori. À la suite de cet épisode, il rentre à Londres écrire ses mémoires.
Peu importe les orientations politiques de l'homme, l'œuvre d'un des plus grands écrivains du XXe siècle séduit des lecteurs de partout, comme en fait foi la pluie de distinctions littéraires et de doctorats honorifiques s'abattant sur l'auteur, dont le prestigieux Prix Cervantès. Comme quoi Mario Vargas Llosa avait vraiment vu juste le jour où «il a choisi d'être romancier parce qu'il ne pouvait pas être aventurier».
http://www.contacttv.net/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.