Utilisation des Big Data et de l'Intelligence Artificielle dans le combat contre le Coronavirus [Analyse]    L'intervention remarquée de Benchaâboun devant les membres du conseil d'administration de la CGEM [Vidéo]    Coronavirus : le guide sanitaire du ministère du Commerce [Document]    CGEM: Les pertes des industries culturelles et créatives estimées à 2 milliards de dirhams    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Coronavirus : 15 gymnases mobilisés à Rabat pour le Bac 2020    Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    Marché pour l'acquisition de 2 millions de tests Covid-19 : Le Ministère de la Santé réagit    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCP profite de l'export au premier trimestre    Bientôt un café. Expresso SVP !    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Cure d'austérité chez Renault avec 15.000 suppressions d'emploi dans le monde    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Le chef du gouvernement entame ses concertations avec les partis politiques représentés au Parlement    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international du film de Dubaï : Mohamed Mouftakir et Jilali Ferhati primés
Publié dans Albayane le 21 - 12 - 2010

Le film libanais «Balle perdue», de Georges Hachem, a obtenu dimanche le Muhr (étalon) d'or du Festival international du film de Dubaï, tandis que deux films marocains «Pégase» de Mohamed Mouftakir et «Dès l'aube» de Jilali Ferhati ont été primés pour la qualité du scénario et de la photographie. Sur fond de début de guerre civile, «Balle perdue» relate l'histoire d'une jeune femme tiraillée entre un prétendant qui lui est imposé par sa famille et un vieil amour perdu.
Georges Hachem, dont c'est la première œuvre, a reçu le prix dimanche soir des mains de l'actrice française Isabelle Huppert, venue à Dubaï présenter son film «Copacabana».
Le Maroc qui n'est pas rentré bredouilles de cette compétition s'est vu attribuer deux distinctions.
«Pégase» de Mohamed Mouftakir et «Dès l'aube» de Jiali Ferhati ont été récompensés lors de cette 7è édition du festival de Dubai, le premier pour la photographie tandis que le second a décroché le prix du meilleur scénario.
Avec un casting réunissant, entre autres, Driss Roukh, Saadia Ladib, Majdouline Idrissi et Anas El Baz, «Pégase», première œuvre son réalisateur, relate l'histoire d'une jeune fille, choquée, retrouvée par les agents de la police, prétendant avoir été violée par un démon.
«Pégase», présenté en avant première lors de la dernière édition du festival national du film de Tanger, a raflé la mise avec six prix.
Le long métrage, le premier du réalisateur, a envoûté à l'unanimité et sans conteste tout le public y compris les critiques du cinéma. C'est l'histoire d'une enfance violée dans une société patriarche, otage des clichés et des stéréotypes.
Pour le traitement de ce thème, le réalisateur a su déployer à merveille autant la mythologie grecque que l'héritage culturel ancestral. Une expérience réussie tant au niveau de la structure narrative qu'esthétique. Ce n'est pas pour rien
Quant à «Dès l'aube», écrit et réalisé par Jiali Ferhati, il met en scène Keltoum et Omar, mari et femme, des comédiens pas très sollicités qui vivent dans un village à la montagne et ont un rêve des plus tenaces: monter un spectacle qui leur tient à cœur depuis fort longtemps...
Autre prétendant marocain lors de cette compétition, «Majid» de Nassim Abassi qui parle de la vie d'un enfant orphelin de 10 ans appelé qui vend les livres et cire les chaussures à Mohammedia, tandis que son frère ainé «Idriss» rêve voyager en Europe.
«Courte vie» d'Adil Fadili (grand prix du festival national du court-métrage) représentait également le Maroc dans la catégorie des courts. Le long-métrage jordanien «Transit» de Mohammad al-Hushki, qui a obtenu la mention spéciale du jury, raconte, quant à lui, l'histoire d'une femme qui revient à Amman après des années d'exil et un divorce aux Etats-Unis, et qui a du mal à s'intégrer dans la société.
Parmi les films primés figure également «Six, Sept, Huit» de Mohammad Diab, qui aborde le problème du harcèlement sexuel en Egypte et dont l'actrice principale, Bouchra, a reçu le prix de la meilleure actrice.
Le film de la réalisatrice émiratie Nayla al-Khaja, «Malal» (ennui), dresse un portrait sans concession des relations au sein d'un mariage arrangé, a obtenu le prix du meilleur film émirati.
Le festival a également décerné dimanche soir un prix spécial pour l'ensemble de son œuvre au réalisateur malien Soumymane Cissé. Douze longs métrages étaient en compétition pour le Muhr du meilleur film arabe, dont des films d'Egypte, du Liban, de Syrie, d'Irak et du Maroc.
Au total, 157 films de 57 pays ont été présentés au cours de cette semaine pour la 7e édition du festival.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.