La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international du film de Dubaï : Mohamed Mouftakir et Jilali Ferhati primés
Publié dans Albayane le 21 - 12 - 2010

Le film libanais «Balle perdue», de Georges Hachem, a obtenu dimanche le Muhr (étalon) d'or du Festival international du film de Dubaï, tandis que deux films marocains «Pégase» de Mohamed Mouftakir et «Dès l'aube» de Jilali Ferhati ont été primés pour la qualité du scénario et de la photographie. Sur fond de début de guerre civile, «Balle perdue» relate l'histoire d'une jeune femme tiraillée entre un prétendant qui lui est imposé par sa famille et un vieil amour perdu.
Georges Hachem, dont c'est la première œuvre, a reçu le prix dimanche soir des mains de l'actrice française Isabelle Huppert, venue à Dubaï présenter son film «Copacabana».
Le Maroc qui n'est pas rentré bredouilles de cette compétition s'est vu attribuer deux distinctions.
«Pégase» de Mohamed Mouftakir et «Dès l'aube» de Jiali Ferhati ont été récompensés lors de cette 7è édition du festival de Dubai, le premier pour la photographie tandis que le second a décroché le prix du meilleur scénario.
Avec un casting réunissant, entre autres, Driss Roukh, Saadia Ladib, Majdouline Idrissi et Anas El Baz, «Pégase», première œuvre son réalisateur, relate l'histoire d'une jeune fille, choquée, retrouvée par les agents de la police, prétendant avoir été violée par un démon.
«Pégase», présenté en avant première lors de la dernière édition du festival national du film de Tanger, a raflé la mise avec six prix.
Le long métrage, le premier du réalisateur, a envoûté à l'unanimité et sans conteste tout le public y compris les critiques du cinéma. C'est l'histoire d'une enfance violée dans une société patriarche, otage des clichés et des stéréotypes.
Pour le traitement de ce thème, le réalisateur a su déployer à merveille autant la mythologie grecque que l'héritage culturel ancestral. Une expérience réussie tant au niveau de la structure narrative qu'esthétique. Ce n'est pas pour rien
Quant à «Dès l'aube», écrit et réalisé par Jiali Ferhati, il met en scène Keltoum et Omar, mari et femme, des comédiens pas très sollicités qui vivent dans un village à la montagne et ont un rêve des plus tenaces: monter un spectacle qui leur tient à cœur depuis fort longtemps...
Autre prétendant marocain lors de cette compétition, «Majid» de Nassim Abassi qui parle de la vie d'un enfant orphelin de 10 ans appelé qui vend les livres et cire les chaussures à Mohammedia, tandis que son frère ainé «Idriss» rêve voyager en Europe.
«Courte vie» d'Adil Fadili (grand prix du festival national du court-métrage) représentait également le Maroc dans la catégorie des courts. Le long-métrage jordanien «Transit» de Mohammad al-Hushki, qui a obtenu la mention spéciale du jury, raconte, quant à lui, l'histoire d'une femme qui revient à Amman après des années d'exil et un divorce aux Etats-Unis, et qui a du mal à s'intégrer dans la société.
Parmi les films primés figure également «Six, Sept, Huit» de Mohammad Diab, qui aborde le problème du harcèlement sexuel en Egypte et dont l'actrice principale, Bouchra, a reçu le prix de la meilleure actrice.
Le film de la réalisatrice émiratie Nayla al-Khaja, «Malal» (ennui), dresse un portrait sans concession des relations au sein d'un mariage arrangé, a obtenu le prix du meilleur film émirati.
Le festival a également décerné dimanche soir un prix spécial pour l'ensemble de son œuvre au réalisateur malien Soumymane Cissé. Douze longs métrages étaient en compétition pour le Muhr du meilleur film arabe, dont des films d'Egypte, du Liban, de Syrie, d'Irak et du Maroc.
Au total, 157 films de 57 pays ont été présentés au cours de cette semaine pour la 7e édition du festival.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.