Programme des principales rencontres du samedi 18 janvier    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Liban: L'impasse politique se poursuit    Maroc/Turquie: Importations massives: Halte aux abus!    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Brèves Internationales    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Le Sévillan Youssef En-Nesyri débutera par un choc face au Real    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS réalise un pas en avant vers le carré d'Or    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Arrestation d'un individu pour viol sur mineurs à El Jadida    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Sidi Slimane: Le gestionnaire délégué de la collecte des déchets ménagers se dote d'une convention collective    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alain Bourcier, physiothérapeute et spécialiste en rééducation pelvipérinéale : Quand le périnée se relâche…
Publié dans Albayane le 31 - 05 - 2010

Dans le cadre des relations Franco-Marocaines et des échanges du savoir et des compétences dans le domaine de la médecine, la clinique Badr a organisé en collaboration avec l'hôpital Tenon de Paris une conférence portant sur un aspect très important mais souvent hélas marginalisé qui touche plusieurs femmes après l'accouchement ou les femmes ménopausées. Il s'agit des fuites urinaires.
Cette conférence a eu pour cadre la chambre du commerce et de l'industrie a Casablanca Le Conférencier Lucien Bourcier est un physiothérapeute, spécialiste en rééducation pelvipérinéale, connu a l'échelon mondial, il est responsable de l'unité de rééducation pelvipérinéale, service d'urologie, hôpital Tenon, Paris Responsable du Centre d'Explorations et de Rééducation Périnéale, CERP -De Vinci, Paris. Chargé d'enseignement au Diplôme Universitaire d'Urodynamique, Paris VII. Membre du Bureau du Centre Européen de Formation et d'Information des Professions de Santé. Membre des comités de International Consultation on Incontinence de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : «Conservative Treatment of Urinary Incontinence», «Pathophysiology of Pelvic Organ Prolapse». Membre de «Advisory Conservative Treatment Reseacrh Group» International Continence Society (ICS).
L'incontinence urinaire est définie comme une perte involontaire d'urine nécessitant ou non le port de protections. L'incontinence urinaire féminine est une pathologie encore un peu tabou et les patientes mettent quelquefois plusieurs mois voire années avant d'oser en parler à leur médecin traitant. Dans le cas de l'incontinence urinaire secondaire a un accouchement par voie basse, la femme peut si elle est prise en charge correctement retrouver toutes ses capacités pour maîtriser sa vessie et uriner quand elle le désire. Le point avec Lucien Bourcier.
A qui s'adresse la rééducation périnéale ?
Quasiment. Pour les femmes qui accouchent par voie basse, c'est même une nécessité. Jusqu'à l'accouchement, on ne sait pas dans quel état se trouve son périnée. Il peut avoir souffert, c'est pourquoi chaque femme qui vient d'accoucher doit le faire vérifier, et même pratiquer quelques séances de rééducation.
Y a-t-il des complications ?
Le nombre d'accouchements et l'âge peuvent encourager le prolapsus, c'est-à-dire la descente d'organes. Les fuites urinaires également. Et je constate surtout un manque d'information des femmes sur ce problème. Certaines deviennent incontinentes avec l'âge et se disent que ce n'est pas trop grave, alors qu'elles auraient pu réduire ce risque si elles avaient eu recours à des séances de musculation de leur périnée.
Est-ce douloureux ?
Absolument pas ! J'irai même plus loin : elle se révèle utile, nécessaire et indispensable. Ces séances sont en plus totalement indolores et les jeunes mamans ont tellement à y gagner ! Il est important qu'une relation de confiance s'instaure entre le thérapeute et la patiente pour que les séances se passent dans des conditions optimales
A qui s'adresse cette rééducation ?
Au moment de l'accouchement, le passage du bébé va distendre les muscles de manière importante. Il est donc fortement recommandé à toutes les jeunes mamans de suivre une rééducation spéciale, afin que le périnée retrouve une bonne élasticité et sa capacité de maintien. Si la femme souffre de légères fuites urinaires lors d'un effort, d'un éternuement, d'une quinte de toux… ou d'un simple éclat de rire, c'est que son périnée est fatigué ! Il faut donc réagir car si rien n'est fait, cela ne s'arrangera pas avec le temps. Près de 20 % des femmes sont victimes de cette gêne juste après leur accouchement ou quelques semaines plus tard. Ce désagrément est donc très courant, et il y a des cas où cette rééducation est indispensable, notamment si ce n'est pas votre première grossesse ; si le bébé pèse plus de 3,7 kg à la naissance ; si son périmètre crânien dépasse 35 cm ; ou si lors de l'accouchement la femme a eu recours à un forceps , ou si vous avez eu une épisiotomie.
Pour les femmes qui ne souffrent d'aucun trouble : la consigne sera qu'il vaut mieux prévenir que guérir.
Que conseillez- vous ?
Pour celles qui hésitent quant à la nécessité ou non de faire ces séances, il est bon de rappeler en quoi le périnée est important. Le périnée est l'ensemble des muscles, des ligaments, de la peau et des différentes muqueuses qui composent, en quelque sorte, le «plancher» de votre bassin. Malgré sa petite taille, le périnée permet de maintenir le poids des organes, mais aussi de retenir les selles, gaz et urines. C'est lui encore qui permet de contracter le vagin, et d'optimiser les rapports sexuels. D'où l'importance d'un périnée tonique et donc, bien musclé.
Pour finir ,il est important de savoir que la rééducation périnéale doit être pratiquée par des professionnels qualifiés dans les 3 mois qui suivent l'accouchement ou un peu plus tard pour les femmes qui sont encore en période d'allaitement.
Elle peut être réalisée soit par un kinésithérapeute ayant suivi une formation spécifique, soit par une sage-femme.
Et pour plus de tranquillité et de sécurité adressez-vous à votre gynécologue qui saura vous recommander une personne sérieuse et compétente.
Le point de côté, si présent, si méconnu…
Il apparaît sans prévenir, généralement en début d'effort, et il nous force à l'arrêt. Très fréquent, le point de côté reste curieusement méconnu des scientifiques. A quoi correspond-il ? Comment le prévenir ou le « faire passer » ? Tentatives de réponses avec le Dr Bruno Sesbouë (CHU de Caen), membre de la Société française de
médecine du sport (SFMS).
De quoi s'agit-il ? Véritable «coup de poignard» porté dans la région «sous hépatique» (à gauche ou à droite), le point de côté «correspond vraisemblablement à une crampe du diaphragme», explique-t-il. Quant à ses causes, elles demeurent mystérieuses. «Un défaut d'oxygénation des tissus est sans doute impliqué», avance-t-il… un peu timidement.
Comment le prévenir ? «D'une manière générale, un bon échauffement doit empêcher la survenue du point de côté», ajoute-t-il. «En plus de préserver des douleurs musculaires, il va entraîner une meilleure vascularisation du diaphragme. Dans tous les cas, l'effort doit être progressif».
Et pour le faire passer. Porter un caillou, une pièce de 5 francs dans la main opposée à la douleur… « en matière de remèdes, nous entendons à peu près tout et n'importe quoi ! Ce qui est sûr, c'est que le point de côté gêne vraiment la respiration. Nous sommes donc contraints de nous arrêter… et c'est ainsi qu'il passe ». D'autres techniques suggèrent aussi de se pencher en expirant lentement et profondément, tout en comprimant la zone douloureuse. A chacun son astuce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.