Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc (ministère)    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    Les enjeux de la visite annoncée de Yaïr Lapid au Maroc    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Vague de chaleur attendue vendredi et samedi au Maroc    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Marocains de confession juive.. L'histoire d'un affluent de l'identité nationale
Publié dans Aldar le 24 - 12 - 2020

Sous l'arbre Maroc, tous ses enfants ont leur place. Qu'importe leur croyance, leur religion, leur histoire. Ils contribuent tous -musulmans, chrétiens et juifs- à un héritage issu d'une histoire plurielle, qui a conjugué les cultures, les terroirs, les langues et les religions.
Au fil des siècles, le Maroc, un pays dont les racines ont été irriguées par les ruisseaux du multiculturalisme, a forgé son propre modèle où chacun s'y trouve. Une singularité inscrite dans la Loi fondamentale du Royaume et surtout intégrée dans la conscience collective de la société marocaine.
Rares sont les pays qui peuvent se targuer d'une identité nationale une et indivisible, une unité, forgée par la convergence de composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie et qui s'est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.
Tandis que sous d'autres cieux, la religion est instrumentalisée pour diviser et rejeter. Au Maroc, elle a toujours été un facteur de paix. Une approche qui plus est basée sur un socle solide. Celui de l'institution de la Commanderie des Croyants « Imarat Al-Mouminine »', incarnée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
L'histoire rappelle aux plus jeunes que le judaïsme au Maroc est vieil de deux millénaires, que le Sultan Mohammed V a refusé de signer les décrets imposant le port de l'étoile juive lors du régime de Vichy (1940-44), que feu SM Hassan II a été un promoteur de première heure de la paix et du dialogue entre les religions monothéistes, reconnu et respecté par tous les croyants. Aujourd'hui, le prolongement de ces positions se vit tous les jours avec SM le Roi Mohammed VI, qui a consacré la composante hébraïque en tant que l'un des affluents constitutifs de l'identité marocaine et partie intégrante de la nation.
A voir, partout dans le monde, l'amour que vouent les Marocains de confession juive à leur pays d'origine, l'on constate, si besoin en était, que le judaïsme n'a jamais été étranger au Maroc.
Ce n'est que sur cette terre que la communauté juive du Maroc offre des perspectives originales d'interprétation de la vie juive en terre d'Islam, contrairement à d'autres pays aussi bien dans notre environnement immédiat que lointain.
Point de littérature. L'histoire, les traditions, le dialecte, la gastronomie, la musique, les rues et les murs à Fès, Meknès, Esaouira, Casablanca ou Tinghir témoignent d'une présence qui traverse le temps.
Du plus haut niveau de l'Etat, aux petites gens, en traversant les différentes strates de la société, la composante juive a toujours eu sa place dans la maison Maroc.
Aujourd'hui, les juifs marocains, dont une bonne partie réside à Casablanca, continuent de disposer en toute liberté et sécurité de tous les services nécessaires à la pratique de leur religion (tribunaux, code personnel, synagogues, abattoirs pour la viande kacher...). La transmission de leurs traditions et l'éducation religieuse sont préservées ainsi que le droit de rassemblement dans des centres culturels.
»Je suis particulièrement touché par cette visite à un pays qui a vu naître mon père et ses frères, ainsi que des milliers de juifs d'origine marocaine ». c'est en ces mots que s'est exprimé le Conseiller à la sécurité nationale de l'Etat d'Israël, M. Meir Ben-Shabbat, mardi, lors du point de presse tenu à l'issue de la signature, devant le Souverain, d'une Déclaration Conjointe entre le Royaume du Maroc, les Etats-Unis d'Amérique et l'Etat d'Israël. Dans un arabe dialectal à l'accent spécifique aux Marocains de confession juive, le responsable a assuré que les us et coutumes des juifs marocains « se perpétuent » en Israël à travers les générations actuelles.
Parmi les traditions qui distinguent les Juifs du Maroc sont la vénération des saints, le pèlerinage à leurs sanctuaires et le recours à leur protection. Plus de 650 saints avec leurs sanctuaires ont été identifiés partout dans le royaume, dont la majeure partie se concentre autour des montagnes de l'Atlas. Si chaque communauté juive a son propre saint patron, certaines tombes de saints attirent des adeptes de différents pays du monde comme celles de Rabbi David u-Moshe près de Agouim dans le Haut-Atlas occidental, de Rabbi Amram Ben Diwan près de Wazzan, de Moulai Irhi et de Rabbi Daniel Hashomer Ashkenazi et de Rabbi David Halevi Dra près de Demnat. Des fêtes marocaines illustrent l'osmose particulière de la culture marocaine juive dans l'histoire et l'identité du pays. Il s'agit notamment de la Mimouna, qui a été transposée dans tous les pays de la diaspora juive. De plus, des commémorations juives annuelles se déroulent à travers le pays et des pèlerins juifs visitent régulièrement des sites sacrés. Chaque année, ce sont entre 50.000 et 70.000 juifs d'origine marocaine établis en Israël qui se rendent au Maroc pour le tourisme, mais surtout pour le pèlerinage et les fêtes religieuses. A Essaouira, qui compte une importante communauté juive, se célèbre chaque année la Hiloula du Saint Rabbi Haïm Pinto, personnalité emblématique du judaïsme marocain ayant marqué l'histoire de la ville, qui rassemble chaque année entre 2.000 et 3.000 personnes. A Fès aussi, la communauté juive tient à chaque fête nationale à partager la joie de tous les Marocains. Le centre Maimonide – au nom du philosophe juif Ibn Maimoune qui a étudié et enseigné à l'université Al-Qaraouyine de Fès et publié un ouvrage en langue arabe intitulé « le guide des égarés », les célébrations n'ont jamais cessé.
Comme dans le Royaume, les Marocains de confession juive du monde restent attachés à leurs traditions et à la terre de leurs ancêtres. Preuve en est les manifestations de joie suite à l'annonce du rétablissement des relations entre Israël et le Maroc. Cet enthousiasme et cet attachement indéfectible de la communauté juive marocaine à son pays d'origine devra désormais participer à jeter des ponts, ressusciter un pan de l'identité nationale et œuvrer à la paix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.