Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une diplomatie trop «Personnalisée»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 03 - 2002

La diplomatie marocaine a souvent été critiquée, parfois écorchée, notamment en ce qui concerne les affaires qui touchent les Marocains directement. Or, à y regarder de près, on s'aperçoit qu'il s'agit d'une diplomatie active.
Dès la déclaration gouvernementale du 17 avril 1998, le gouvernement s'était dit « résolu à mettre en œuvre une politique étrangère dynamique et constructive». En prononçant son discours devant la Chambre des Représentants, M. Abderrahmane Youssoufi a souligné que l'action gouvernementale aurait une double vocation : politique et économique. Une politique également basée sur les directives royales, lesquelles sont fondées sur le respect de la légalité et du droit international et sur la résolution des différends par la voie pacifique et le dialogue.
En tête des préoccupations de l'équipe Youssoufi, le renforcement des relations du Maroc avec les autres pays du Maghreb. L'Union du Maghreb Arabe est pour nous, avait dit M. Youssoufi, « une option stratégique irréversible ». On sait ce qu'il en est advenu. Car, si avec les autres pays maghrébins, cela fonctionne plutôt bien, la position de l'Algérie concernant la question du Sahara marocain a constitué un frein au décollage de l'UMA. Et maintenant plus jamais, Alger ne faisant plus de mystère sur ses véritables intentions et de ses efforts diplomatiques pour contrecarrer le parachèvement de l'intégrité territoriale du royaume. Ce qui implique davantage d'efforts de la part du Maroc pour expliquer et faire adhérer nombre d'Etats à la justesse de sa cause.
A cet égard, les efforts déployés par Abderrahmane Youssoufi, notamment en Afrique, mais également en Amérique latine se sont avérés payants. Sa personnalité et sa crédibilité, outre le fait qu'il appartienne à nombre d'instances régionales et internationales, notamment l'Internationale Socialiste, dont il est vice-président, ne sont pas étrangers aux succès enregistrés, essentiellement en ce qui concerne les retraits de nombreux pays de leur reconnaissance à la « RASD».
Sur le plan arabe et islamique, le Maroc a toujours été préoccupé par la situation au Moyen-Orient et par le droit du peule palestinien à un Etat indépendant avec Al-Qods pour capitale. Et c'est tout naturellement que le Premier ministre a réaffirmé que « la réalisation de la paix, de la stabilité et de la coopération économique dans la région est subordonnée au succès du processus de paix par l'application des résolutions du Conseil de sécurité, du principe de « la terre contre la paix ».
Une action et un rôle d'autant plus actifs que SM le Roi Mohammed VI est le président du Comité Al-Qods. Un rôle et une dynamique imprimés par feu SM Hassan II, dont les initiatives étaient appréciées à leur juste valeur. De même que les avis et conseils du défunt souverain concernant la question étaient très écoutés par les parties prenantes ainsi que par les grandes puissances. Au volet africain, le gouvernement avait fait part de son intention d'agir dans le sens de l'amélioration des relations bilatérales avec les différents pays africains et du renforcement de la coopération économique, pour « faire face aux grands problèmes auxquels est confronté notre continent, et qui mettent en danger sa stabilité, les chances de développement et de progrès de ses peuples».
Paradoxalement, le Maroc, qui a quitté l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) en 1984, n'a jamais été aussi en bons termes avec ses pairs africains. Cela est la preuve d'une diplomatie basée sur le bilatéral. Et qui a fait ses preuves. En témoignent les visites effectuées par le Souverain dès son intronisation dans de nombreux pays subsahariens.
Des visites qui ont raffermi les relations et auxquelles il faut ajouter les tournées effectuées par M. Youssoufi, notamment en Afrique de l'Ouest. Et, plus près de nous, la récente rencontre de réconciliation à Rabat des présidents guinéen, libérien et sierra-léonais a été inscrite à l'actif de la diplomatie marocaine. Avec l'Union Européenne (UE), à laquelle il est lié par un accord d'association, le Maroc entretient les meilleures relations, même s'il lui arrive d'avoir des brouilles passagères avec l'un des Etat membres, comme c'est le cas actuellement avec l'Espagne. En somme, une diplomatie qui s'inscrit dans la continuité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.