Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saïd El Harrak: «Je ne crois pas que Pacquiao pourra battre Mayweather»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 05 - 2015

ALM : Vous prenez part, dans un combat d'encadrement, à la soirée qui connaîtra le plus grand combat de l'histoire de la boxe. Que représente pour vous cette participation ?

Saïd El Harrak : C'est un honneur et un privilège de faire partie des boxeurs qui figureront dans cette soirée du 2 mai au MGM Grand à Las Vegas. Depuis mes débuts dans la boxe, j'avais toujours ce sentiment qu'un jour je prendrai part à un événement grandiose. C'est une nuit qui marquera les esprits des fans de la boxe, du sport et des centaines de millions de personnes autour de la planète. Ce n'est pas un rêve mais juste un pressentiment qui se concrétise. Cela prouve que les bonnes choses finissent par arriver quand on travaille dur et sans relâche en vivant sa passion.
Vous vous êtes entraîné avec Manny Pacquiao. Quelles sont ses chances de remporter le combat du siècle?
Je me rappelle avoir croisé les gants avec Manny Pacquiao, la première fois lorsqu'il préparait son combat revanche contre le Mexicain Eric «El Terrible» Morales. Ce fut une expérience exceptionnelle et extrêmement enrichissante. Il frappait très fort. Sa puissance est ce que je me rappelle le mieux de ce sparring. J'ai été ébahi de voir une personne de cette taille générer autant de force dans ses coups. Sinon, je ne crois pas qu'il pourra battre Floyd Mayweather dans le combat du siècle ce samedi. Mayweather est très intelligent, rapide et il excelle dans les contres. C'est le meilleur tout simplement. Il sait comment gérer ses adversaires et les faire adhérer à son jeu. Je pense que Floyd va gérer les premiers rounds jusqu'au cinquième, après il sortira le grand jeu.
Vous concernant, vous affrontez le pugiliste Christopher Pearson. Parlez-nous un peu de votre adversaire…
Tout ce que je peux dire sur mon adversaire, c'est que c'est un bon technicien. Il compte à son actif un impressionnant palmarès amateur. Mais cela ne veut rien dire puisque le style amateur est différent du professionnel. Autrement, je le trouve un peu arrogant et prétentieux dans son jeu. En revanche, ma première crainte dans ce combat sont les juges. Vous en conviendrez, la boxe est un sport politique avant tout. On vous fait gagner parfois parce que vous êtes l'enfant du pays.
Un combat se gagne aussi mentalement. Avez- vous recours à l'aide d'un spécialiste pour cette partie spécifique ?
Il n'y a pas de secrets ou de méthodes exceptionnelles pour préparer mes combats. Je travaille dur et je crois en moi-même pour toujours aller de l'avant. Je fixe des objectifs et je m'oblige à les atteindre. C'est de la self-motivation. Je ne me permettrais pas de décevoir ma famille, mes amis, mes fans et mon pays. Pour moi, perdre, c'est les trahir. Je vois les choses ainsi.
Sur les 1.421 boxeurs de la catégorie super-welter (entre 66 et 69kg), vous occupez la 104ème place. Comment comptez-vous améliorer davantage cette honorable place ?
Le travail, la rage de vaincre et le sacrifice. Je crois en mes capacités et mon habilité pour améliorer mon classement et figurer parmi les meilleurs de ma catégorie.
On voit que vous êtes une icône de la boxe aux Etats-Unis mais vous ne semblez pas être aussi bien connu du public marocain. Quelle en est la cause à votre avis ?
Honnêtement je n'ai jamais cherché ni à promouvoir ni à faire parler de moi, même dans les réseaux sociaux. Ce qui me laisse penser de cette manière c'est parce que je crois en une chose : le travail et l'abnégation pousseront les gens à s'intéresser à toi. Malgré tout, j'ai toujours été et suis fier de mes racines et mon héritage. Je tâcherai toujours de représenter dignement le Maroc, avec honneur et respect.
Que comptez-vous faire à l'avenir ? Retourner au bercail et promouvoir la boxe marocaine serait-il envisageable ?
J'aimerais bien boxer un jour au Maroc et contribuer à la promotion de ce sport dans mon pays. Je sens que ce sera une bonne expérience et çela va inspirer beaucoup de gens. Autrement, j'essaie de visiter le Maroc une fois chaque année, à Marrakech, Tanger et Larache, pour rendre visite à ma famille et mes amis là-bas.
La date : 2 mai 2015
Le lieu : MGM Grand à Las Vegas.
L'événement: «Le combat du siècle» entre les boxeurs Floyd Mayweather et Manny Pacquiao. Dans le passé, à force de promettre le «combat du siècle» et de régulièrement décevoir, la boxe a vu son étoile pâlir, mais le choc de ce samedi lui redonne un éclat presque inespéré. Les chiffres à eux seuls sont très éloquents.
Le «combat du siècle» pourrait générer 400 millions de dollars. A l'issue du combat, l'Américain Mayweather pourrait toucher 150 millions de dollars au moment où le philippin Pacquiao en toucherait 100. Dans cette soirée aux chiffres titanesques, un boxeur marocain sera présent sur le ring. Il s'agit de Saïd El Harrak. Ce jeune pugiliste maroco-britannique de 28 ans, devenu pro depuis 2008, compte à son actif 12 victoires, 2 défaites et 2 nuls. En côtoyant plusieurs boxeurs de renom tels que Pacquiao, Marcos Maidana, Ricky Hatton ou encore Laïla Ali, El Harrak s'est frayé une place de choix dans le ring des grands. Dans un combat d'encadrement, il affronte Christopher Pearson. Dans cet entretien exclusif, le boxeur marocain parle de son combat, des chances respectives de Mayweather et Pacquiao et de son attachement au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.