Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    De nouvelles annonces sur le renforcement du partenariat stratégique Maroc/Etats-Unis    Ahmed Dgharni tire sa révérence    Sahara: l'Alliance du Pacifique réitère son appui à l'initiative marocaine d'autonomie    La rentrée décisive    Droits de l'Homme : La CRDH de Guelmim-Oued Noun tient sa première réunion ordinaire    Nouveau consul espagnol à Rabat    Investissements publics : une enveloppe globale de 230 milliards de DH en 2021    PLF 2021, l'autre facette : Coupe budgétaire, annulation de crédits ouverts, emprunt extérieur…    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    PLF 2021: plus de 20.000 postes budgétaires prévus    L'ONMT reprend les Fam Trips    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    Le HCP compte réaliser une nouvelle enquête nationale sur la famille    Smartphones : realme remporte 5 prix internationaux de design    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    La FIFA lance son programme exécutif de lutte contre le dopage    La RSB qualifiée pour sa deuxième finale consécutive    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    L'Atletico Madrid privé de Diego Costa face au Bayern Munich    Un premier centre de campagne privé au quartier Derb Sultan à Casablanca    El Otmani: les mesures prises ont démontré leur efficacité    Agriculture sans glyphosate : Les Domaines agricoles avant-gardistes    Le fructose peut causer le trouble bipolaire    Coronavirus : des conseils pour passer le test PCR sans danger    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Dakhla : Mise en échec d'une tentative d'émigration illégale    Alerte météo : Fortes rafales de vent mardi dans plusieurs régions    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Coronavirus : Badr Hari testé positif    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hors-jeu : Déroute des sports collectifs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 09 - 2003

Nous sommes à l'aube d'une nouvelle saison sportive. Si le football est la discipline la plus populaire du pays, la plus pratiquée aussi, il n'en demeure pas moins que les autres sports collectifs méritent autant d'attention. Pour un pays de plus de trente millions de personnes, dont la jeunesse constitue la grande majorité, c'est une grande lacune que le handball, le basket-ball ou le volley-ball marocains soient d'un niveau bas par rapport à d'autres pays arabes et africains, comme l'Egypte et l'Algérie ou encore la Tunisie.
Nous sommes à l'aube d'une nouvelle saison sportive. Si le football est la discipline la plus populaire du pays, la plus pratiquée aussi, il n'en demeure pas moins que les autres sports collectifs méritent autant d'attention. Pour un pays de plus de trente millions de personnes, dont la jeunesse constitue la grande majorité, c'est une grande lacune que le handball, le basket-ball ou le volley-ball marocains soient d'un niveau bas par rapport à d'autres pays arabes et africains, comme l'Egypte et l'Algérie ou encore la Tunisie. C'est une réalité aussi invraisemblable que cela puisse paraître. Il est vrai que notre sélection nationale a participé cinq fois d'affilée à la Coupe du monde de handball sans pour autant prendre compte de la prestation en deçà des espérances du public. Le bureau fédéral a décidé de ne pas participer au championnat africain pour les qualifications aux Jeux Olympiques d'Athènes en 2004. Notre sélection se contentera de prendre part aux Jeux Panarabes prévus en Algérie pour le mois en cours. Quant au basket-ball, il y a lieu de s'interroger sur les raisons d'avoir uniquement six clubs, ceux qui disputent les play-off, capables de se targuer d'être à la hauteur de leurs congénères au niveau régional. Avec les innombrables compétitions scolaires et universitaires, il devrait bien y avoir un pourcentage satisfaisant de jeunes talents qui n'ont besoin que d'encadrement. La même chose en ce qui concerne le volley-ball, un autre sport très prisé par la jeunesse. Le problème ne réside donc pas du côté des ressources humaines. Encore, et toujours cette éternelle problématique de manque d'infrastructures et de moyens. Les sponsors sont aux abonnés absents, les instances de tutelle ne disposent pas de budgets pour contourner tous les problèmes tandis que les pratiquants restent frustrés, si motivés qu'ils soient, souffrant de cette impossibilité de se mesurer aux meilleurs. Il faut reconnaître que les championnats nationaux de ces trois disciplines ne démarrent que péniblement, et souvent avec un retard de quelques mois. Tout est disponible sauf le plus important ; l'argent. Une atteinte à l'ambition des jeunes pratiquants qui aspirent au même niveau de la compétition que ce qu'ils voient à la télé. Beaucoup de clubs sont au bord du dépôt de bilan, uniquement à cause du déficit matériel. La preuve que le problème est très lié au manque de moyens, c'est que les jeunes Marocains qui évoluent à l'étranger s'accommodent vite à la compétition professionnelle et imposent leur talent inné. Et c'est justement grâce à certains de ces éléments que la sélection nationale de handball a fait bonne impression lors du Mondial du Portugal. Il serait injuste d'imputer la responsabilité aux fédérations de tutelle. Que peut faire une instance, si compétente qu'elle soit ? Mettre sur pied des programmes chargés ? Sans moyens, toute initiative ne dépasserait pas le stade théorique. Il va sans dire que nous parlons de ces disciplines côté hommes. Car en ce qui concerne les femmes, la situation est encore plus désastreuse.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.