Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Younes Reggab : Une passion nommée cinéma
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 11 - 2008

Younes Reggab est âgé de 33 ans. Il a réalisé son premier cour-métrage «Khouya» en 2003 sur un sujet peu tabou au Maroc : l'euthanasie. «Je ne voulais pas aborder n'importe quel sujet pour mon premier court-métrage». Younes évoque aussi dans ce film l'handicap. Selon lui, l'euthanasie existe au Maroc mais indirectement. «Des amis m'ont raconté l'histoire de gens qui leur sont proches et qui ont arrêté de prendre leurs médicaments sans raison pour mourir», confie-t-il. Le film «Khouya» (Mon frère) raconte l'histoire d'un handicapé atteint d'une maladie cardiaque et qui refuse de suivre son traitement alors son frère faisait tout ce qui est en son pouvoir pour le sauver. Ce film autoproduit et où participent avec lui ses amis, acteurs amateurs bénévoles, a reçu le prix de la meilleur interprétation masculine au Festival de l'école IGA de Rabat. Younes tourne en 2005 son deuxième court-métrage qui s'intitule «Destin de famille». La qualité de cet opus est cette fois d'un niveau professionnel. Etaient à l'affiche du film des acteurs confirmés notamment Mohamed Khouyi, Fatima Ouatili et Walid Majd le fils de Mohamed Majd. Ce film reçoit le grand prix de la 32ème édition du festival film indépendant de Bruxelles en 2005 et dont le jury était présidé alors par Noureddine Sail. Ce film a reçu également le grand Prix du Festival de Martil entre autres récompenses dans d'autres manifestations.
La thématique de «Destin de famille» est elle aussi autant forte que celle du premier court-métrage. Il y est question de pédophilie dans ce film. Le tout récent film est aussi un court-métrage. Il date de 2008 et s'intitule «Minuit». Ce film qui a obtenu le grand Prix du festival de l'école «IGA» est quant à lui, en compétition officielle au Festival du cinéma national de Tanger et qui se déroulera du 13 au 20 décembre. Ce film met en scène un schizophrène, un homme qui change de personnalité à partir de minuit. Mais pour le jeune Younes Reggab, tourner un film n'est jamais une tâche facile. «Je ne sais pas quand je vais réaliser un long métrage. Mais c'est un projet avec lequel je vie au quotidien», dit Younes qui par ailleurs réalise à chaque fois des films personnels et qui a aussi déjà eu l'occasion de tourner un téléfilm en 2006 produit notamment par Ali'N production et qui s'intitule «Fanida». Selon lui toute son expérience constitue des acquis qui l'aident dans son rêve de toujours : la réalisation d'un long-métrage. «Je m'inspire pour mes films de la société marocaine, une société qui regorge de sujets et de problèmes. Ainsi, le cinéma est pour moi un moyen de faire passer des messages», explique-t-il. La phrase de Mohamed Bakrim selon laquelle : «Un film qui plaît est un film qui fait que notre vie ne sera plus la même après l'avoir vu», constitue pour Younes Reggab l'exigence qu'il s'impose. Avant de se lancer dans la réalisation, Younes faisait du montage et ce de 1997 à 2000. Il a également été cameraman jusqu'en 2003. Il est diplômé en audiovisuel, camera montage et son. Il a assisté à un premier plateau de tournage alors qu'il était âgé de 7 ans. C'était pour le tournage du film «Halak derb el Fokara» (Le coiffeur du quartier des pauvres) et dont le réalisateur n'est autre que son père feu Mohamed Reggab, l'un des vétérans du cinéma national. Est célébrée 16 octobre date commémorant la disparition de ce dernier, la Journée nationale du cinéma. Journée qui a été rétablie cette année par le ministère de la Communication lors des dernières Assises du cinéma en octobre 2008. Younes avait quinze ans quand son père s'est éteint.
«Je n'ai pas trop bénéficié de l'expérience de mon père et je n'ai pas eu l'occasion de recevoir de ses mains son savoir-faire cinématographique ou encore sa profonde culture», déclare-il. Mais la passion du cinéma semble héréditaire chez la famille Reggab. Par ailleurs Younes avoue que sa génération a profité de l'expérience de ces anciens cinéastes et des avantages qu'ils ont permis au cinéma marocain, un cinéma riche et diversifié, d'acquérir. Parmi ces acquis, il note la création du CCM, le fonds d'aide au cinéma, la multiplication des festivals et des chaînes… «C'est grâce à cette génération qui s'est sacrifiée pour sa passion et les jeunes que travaillent actuellement dans des conditions plus décentes», conclut-il


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.