Tunisie: Nabil Karoui recouvre la liberté    Ikea France condamné pour avoir espionné ses salariés    Al Ahly : Badr Banoun déja sur le départ ?    Retour des MRE: scènes de joie à l'aéroport de Casablanca (VIDEO)    Usage légal du cannabis: le projet de loi définitivement adopté    L'ASMEX prépare un Plan stratégique pour réussir le défi de la croissance économique régionale    Message Royal de félicitations au nouveau Premier ministre israélien    Affaire Raissouni : selon le parquet, l'accusé retarde l'échéance de son procès    « African Lion 2021 »: Une opération de décontamination au port militaire d'Agadir pour évaluer la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Nouveau modèle de développement : le rapport de Benmoussa présenté à des diplomates à Rabat    « African Lion 2021 »: une opération de décontamination au port militaire d'Agadir    Algérie : le FLN remporte les législatives, le Hirak craint le retour de «la prétention dictatoriale»    Le nouveau gouvernement israélien compte quatre ministres d'origine marocaine    À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne    Maroc-Espagne: Une "gestion calamiteuse" et une crise qui demeure    Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc    Hilale: le développement socio-économique est un droit inaliénable au Sahara marocain    RAM : forte affluence des MRE sur les agences [Vidéos]    Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria    Evolution du coronavirus au Maroc : 476 nouveaux cas, 524.475 au total, mardi 15 juin 2021 à 16 heures    Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d'un café    Environ 14 tonnes de drogue incinérées à Dakhla    M'Art Studio démarre ses activités avec Marie Bugnon & Jennifer Sormani    Festival universitaire de musique de l'ENCG Kénitra : Une troisième édition pour aiguiser l'art de l'écoute    Le théâtre du Studio des arts vivants reprend ses activités    [ Interview Anas El Filali ] La première production en 3D, 100% marocaine, prête en septembre    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    Entretien entre Erdogan et Biden    La gifle américaine !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 15 juin    L'Inter Milan prend une décision au sujet de Hakimi    France : vers la levée de l'obligation du masque en extérieur    Les Lionnes de l'Atlas s'offrent le Mali    1,1 milliard d'euros de pertes pour les clubs de Premier League    Retour à la maison pour Buffon ?    La Bourse de Casablanca ouvre dans le vert    «JOY» : 11 artistes livrent leur perception de la joie    Flo Arnold dans ses œuvres    Le nostalgique et l'artistique    Le Maroc réélu au comité des Nations unies sur les disparitions forcées    BKGR: BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé    Nomination : Salima Amira, nouvelle DG Maroc chez Microsoft    Euro 2020 : La Suède neutralise l'Espagne    Relance économique : OBG et l'AMDIE préparent un nouveau rapport    La Hongrie soutient le plan d'autonomie au Sahara marocain    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Esthétique : Attention aux normes d'hygiène
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 11 - 2010

Les pratiques à but esthétique sont devenues une nécessité pour se mettre au diapason des critères de notre époque, d'où la naissance de plusieurs centres de beauté qui attirent les femmes. Le culte de la beauté gagne du terrain donnant ainsi une grande expansion aux métiers et établissements spécialisés dans le domaine. Cependant, les règles d'hygiène ne sont pas souvent appliquées et les clients peuvent courir des dangers énormes. En effet, l'entretien des matériels utilisés au sein des instituts de beauté exige une vigilance constante. D'autant plus qu'il est nécessaire de se plier à des mesures d'hygiène draconiennes afin d'assurer un service de qualité. Un service où la propreté doit être le mot d'ordre. «Je travaille dans le secteur de l'esthétique depuis bientôt une dizaine d'années et il est obligatoire d'assurer un service de qualité où l'hygiène est nécessaire. Cette hygiène doit être assurée dans les moindres détails à commencer par l'établissement, les cabines et tables de massage, ainsi que les différents matériels utilisés», assure Nadia, esthéticienne. «Certes, l'hygiène est exigée mais elle est souvent mal appliquée ou carrément faite sans grand professionnalisme», souligne-t-elle.
«Soigner son corps et son image est devenu une obligation. Et j'ai toujours eu l'habitude de fréquenter des centres de beauté pour des raisons différentes soit pour des séances d'épilation, un gommage, une manucure ou pédicure. Toutefois, j'accorde une importance primordiale à l'hygiène et c'est pour cela que je pose souvent des questions quant aux produits utilisés», explique Sanae. En effet, plusieurs mesures doivent être prises et exigées aussi bien au sein des établissements de beauté que par les clients. Ce qui n'est pas souvent le cas. «Il est primordial d'exiger un maximum de propreté au sein des centres de beauté. Les cabines et tables de massage doivent être désinfectés tous les soirs. De même pour tous les matériels utilisés qui doivent être stérilisés après chaque utilisation. Les cotons et tous autres produits doivent être à l'abri dans des pots fermés jamais à même la poussière. L'esthéticienne doit également se laver les mains et être propre», explique Nadia. Cependant, ces mesures ne sont pas toujours appliquées. «La question de l'hygiène a toujours eu une grande importance pour moi et afin d'être sûre de ne pas courir de danger, je me suis équipée d'une petite trousse personnelle qui contient, entre autres, une pince personnelle. Lors de chaque séance d'esthétique, je prends ma trousse avec moi pour limiter les risques au maximum. De même je m'assure que le matériel utilisé est désinfecté», assure Sanae. Certes, plusieurs clientes ne sont pas averties des risques qu'elles peuvent courir. «J'avais l'habitude de faire des séances d'épilation et de gommage de la peau dans un centre de beauté. Mon voyage dans une autre ville m'avait obligé à avoir recours à un autre centre et j'en garde une grande amertume et colère. Comment aurai-je pu savoir qu'une simple séance de beauté pouvait tourner au drame», souligne Wahiba. «Je me préparais pour participer à une fête de mariage et comme à l'accoutumée j'avais opté pour une séance de gommage et soins de peau et à peine j'ai regagné la maison, mon visage a commencé à enfler. Des taches de rougeur faisaient leurs apparitions sur mes joues, front et menton et je sentais une grande brûlure sur le visage. Il était sûr que le produit utilisé par l'esthéticienne n'était pas de bonne qualité ou carrément périmé. J'avais raté la fête de mariage et ce n'est qu'après un traitement prescrit par un dermatologue que j'ai pu me débarrasser de ces traces de rougeur», souligne Wahiba avec amertume.
En effet, la prise de connaissance et le respect des règles d'hygiène et d'asepsie et des matériels et des locaux sont indispensables. Les objets de coiffure, manucure et autres doivent être entretenus et utilisés de manière à éliminer tous risques de transmission d'affections dangereuses.
Quant aux instruments (rasoirs, tondeuses, ciseaux, etc.), ils doivent être stérilisés et désinfectés après chaque cliente. De même pour les activités d'esthétique corporelle. Les instituts de beauté doivent être munis, de préférence, de matériel à usage unique. Un linge propre (serviettes, peignoirs, etc.) doit être utilisé pour chaque cliente. «Toutes les prestations qui sont effectuées dans les établissements d'esthétique doivent se plier aux normes d'hygiène et de salubrité. Ces centres sont appelés à entretenir leurs locaux et stériliser le matériel. Les clientes doivent fréquenter des instituts où l'hygiène est de rigueur et où les professionnels appliquent rigoureusement toutes les normes adoptées afin de limiter tous les risques allergiques ou infectieux», souligne Nadia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.