Changement de modèle ?    Le HCP appelle les entreprises à s'adapter à la situation    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc lance une radio interne    «La situation épidémiologique est maîtrisée pour le moment mais deux semaines cruciales nous attendent»    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Les sept consignes de Benchaâboun    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Campagne d'hébergement des SDF à Khénifra    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





À son amant, Khadija offre la vie de son mari (8)
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 07 - 2011

Khadija s'est réfugiée dans sa chambre à coucher. Ses deux enfants, Abdeslam et Mohamed, l'ont rejoint. Elle les a manqués. Ils avaient besoin de son amour, sa tendresse et son affection. Mohamed, le benjamin, s'est approché d'elle. Elle s'est contentée de l'embrasser sans le mettre entre ses deux bras. Quant à Abdeslam, l'aîné, il s'est planté devant elle avec un sourire enfantin aux lèvres. Un beau sourire qui n'a rien touché du sentiment de sa maternité. Son mari, Ismaël, l'a remarquée. En fait, il s'est rendu compte, depuis quelques jours, du changement radical de ses comportements envers lui et leurs enfants. Mais, il n'a pas réagi. «Peut-être qu'elle avait ses règles», aurait-il pensé. Il savait que l'état psychique de la femme durant la période de la menstruation est au plus bas niveau. Mais loin de là, Khadija n'avait pas ses règles. Ismaël s'est approché de ses deux enfants, les a embrassés, les a pris entre ses bras, les a consolés…Il leur a raconté des blagues, des plaisanteries et des histoires. Ils rigolaient. Ils étaient très heureux. Leur mère Khadija n'a même pas regardé une seule fois à leur direction. Elle était allongée au lit, les yeux ouverts. Elle n'a même pas pensé leur préparer le dîner. C'était le papa qui l'a préparé. Khadija n'est plus dans ce monde. Un tas de questions se bousculaient dans sa tête qui bouillonnait : Pourquoi son bien- aimé, Hamid, n'a pas répondu à ses appels téléphoniques ? Ne l'aime-t-il plus ? Il l'a oubliée parce que sa femme est plus belle et plus charmante qu'elle ? Aime-t-il sa femme ? Qu'est-ce qu'il a dit à son ami, Fettah ? Pourquoi Fettah s'est-il abstenu de lui parler par téléphone et de le rencontrer ? Khadija n'avait pas de réponse.
Tout d'un coup, son mari l'a rejoint au lit. Il l'a touchée. Elle a fait semblant d'être endormie. Ismaël ne lui a pas demandé pourquoi. Il a gardé son calme. Et il s'est plongé dans un profond sommeil. Et Khadija ? Ses prunelles étaient encore ouvertes. Il était 6 h du matin. Ismaël et ses deux enfants se sont réveillés. Quant à Khadija, elle est déjà réveillée. Rapidement, elle a préparé le petit déjeuner. Ismaël est parti pour son boulot. Vers 10 h, Khadija a mis sa djellaba. Elle a conduit ses deux enfants chez sa voisine du quartier. Elle a emprunté son chemin à destination de chez Fettah. Au n° 41 de la rue 3 à Jamila I, elle a frappé à la porte. C'est une femme qui lui a ouvert la porte.
«C'est là que demeure Fettah ?», lui a demandé Khadija sur un ton hésitant.
«Oui, je suis sa femme… Qui le demande ?».
Perturbée, Khadija n'a su quoi répondre. Elle a écarquillé ses yeux. «Ne t'inquiètes pas… Je crois que tu es Khadija».
«Oui, Khadija…Fettah t'a parlé de moi ?».
«Oui, il m'a parlé de toi…Rentres, soyez la bienvenue…Fettah va arriver… Je suis sa femme, Fatima».
Fatima était à son vingtième printemps. Elle n'a jamais vu Khadija. Mais, son mari lui a tout raconté. C'est pourquoi elle l'a accueillie chaleureusement. Autour des verres de thé à la menthe et de gâteaux, les deux femmes ont engagé une conversation interminable. Elles ont parlé de tout et de rien. Elle était 13h. Fettah n'est pas encore rentré. Fatima a servi la table. Avec Khadija, elle a pris le déjeuner. Les deux femmes se sont familiarisées. Une heure plus tard, Fettah est arrivé. Khadija s'est tenue debout. Fettah qui l'a saluée l'a sollicitée de se reposer. Lui a-t-il apporté de bonnes nouvelles ou de mauvaises ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.