Programme Spark : Huawei veut développer l'excellence des startups marocaines    Belgique : Emeutes à Bruxelles après le match contre le Maroc    Mondial-2022 : La Croatie s'impose face au Canada (4 buts à 1)    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pétrole : L'Etat rappelé à l'ordre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 06 - 2002

Le démantèlement des droits de douane sur les produits pétroliers devrait en principe entrer en vigueur dans 15 jours. Si les sociétés de distribution demandent à l'Etat d'assumer ses engagements, La Samir cherche, elle, à retarder cette échéance.
A la veille de la libéralisation du secteur pétrolier, les réactions des opérateurs se multiplient. Les sociétés de distribution veulent ainsi tirer la sonnette d'alarme et rappeler à l'Etat ses engagements dans ce domaine stratégique pour l'économie marocaine. On relève dans leurs propos un sentiment d'inquiétudes concernant la volonté de l'Etat d'assumer ses responsabilités de libéraliser le secteur dans la mesure où jusqu'à J-15, le silence est toujours de mise auprès du gouvernement sur l'application de la libéralisation des produits pétroliers. On retient juste la dernière déclaration de Mustapha Mansouri, ministre de l'Energie, selon laquelle l'Etat ne reviendra pas sur ses engagements. Faut-il pour autant prendre ses propos pour argent comptant ? Pas sûr. Ces propos ne convaint guère les sociétés de distribution. Tout porte à croire que celles-ci manquent aujourd'hui de visibilité, alors qu'en principe, la baisse des droits de douane sur les produits pétroliers devra entrer en vigueur à partir du 1er juillet 2002, à raison de 10% annuellement. Ce démantèlement douanier figure également dans les clauses du contrat de la libéralisation de La Samir. Il semble qu'aujourd'hui, le raffineur cherche toujours à bénéficier de l'état de grâce accordé par les pouvoirs publics. Elle demande tout simplement le report de l'entrée en vigueur de la libéralisation des produits pétroliers. Une requête officielle a été même adressée dans ce sens. Que faut-il conclure de la démarche entreprise de La Samir : La libéralisation du secteur n'arrangerait en rien les affaires du raffineur qui vient de mettre un pas dans le secteur de la distribution en s'associant avec le groupe Somepi (une alliance qui a fait couler beaucoup d'encre…). Du moins pour le moment dans la mesure où le raffineur n'a pas engagé sa mise à niveau. Rappelons que celui-ci avait bénéficié d'une période de cinq ans depuis son acquisition par le groupe CORRAL. Mais le programme d'investissement visant cette mise à niveau a été toujours recalé pour des raisons incompréhensibles.
Face à cette situation, le Groupement des pétroliers du Maroc fait du lobbying auprès des autorités sans pour autant entrer en conflit avec le raffineur. L'association veut tout simplement que l'Etat assume ses engagements. D'autant plus que les distributeurs se sont engagés durant les dernières années dans un vaste mouvement de modernisation aussi bien au niveau des stations de service, du transport, du stockage et des centres emplisseurs.
En attendant, les yeux sont rivés sur la commission gouvernementale chargée du dossier. Elle devra trancher dans les jours qui viennent. Quelle que soit la nature de la décision prise, ses enjeux seront de taille pour le développement de ce secteur qui souffre des produits de la contrebande et du monopole de la SAMIR.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.