Une ONG condamne l'appel du Polisario à commettre des attentats terroristes au Maroc    Moment historique pour Yassine Bounou, gagnant du Trophée Zamora    Une réflexion de la presse italienne sur le nouveau contrat Mbappé    Une délégation marocaine à Prague    Plainte de LaLiga contre le PSG : Javier Tebas contre le renouvellement du contrat Mbappé    Travaux du Busway : Perturbation de la circulation à Casablanca    Guerre en Ukraine : Moscou annonce la destruction d'armes occidentales    USA-Liban : Nouvelle charrette de sanctions US    Sebta et Mellilia : La DGI annonce la fin des activités de contrebande    Marrakech / Systèmes de paiement et e-gov :15ème édition de l'Africa Pay & ID Expo    Casablanca : 16 MDH pour une cure de jouvence de la Trémie Zerktouni- Hassan II    Chine / Covid-19 : Des milliers de Pékinois placés de force en quarantaine    Casablanca : Lancement de la 15ème édition du Festival international Théâtre et Cultures    Marhaba 2022: consulat mobile au profit des ressortissants marocains de Saint-Etienne    Premier league: Manchester city championne d'Angleterre après un scénario fou    Mbappé: « La déception du Real est à la hauteur de mes hésitations »    Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime    Monkeypox: Quel plan de riposte pour le MSPS?    Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires    Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie    Covid-19 au Maroc : 98 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Espagne : Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants entre Ceuta et Cadix    Football / Match amical Etats Unis-Maroc : Le sélectionneur américain dévoile sa liste de joueurs    UPA: Le président du parlement émirati salue le rôle du Roi Mohammed VI dans le soutien des Maqdissis    Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin    Au camp de Boujdour, à Tindouf, un événement «international» devant des chaises vides    COVID-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 mai 2022    Situation médicale préoccupante d'un détenu à Fès : l'administration pénitentiaire fait le point    Usage de l'arme en dehors du service par un policier à Béni Mellal : enquête ouverte    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane    Blé: la menace de pénurie guette les pays importateurs    Moudhaffar Al Nawab, voix du peuple irakien, n'est plus    Tornade à Michigan: deux morts et 23 blessés    Le président du Conseil national des EAU salue le rôle pionnier de SM le Roi dans le soutien des Maqdissis    Migrations: aux portes des Etats-Unis, des drames et des enfers    USA: Joe Biden qualifie les cas de Monkeypox dans le monde de "préoccupants"    Québec réduit les frais de scolarité pour les étudiants étrangers en région    Amélioration de l'école publique : un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc participe à la foire internationale de l'agriculture de Novi en Serbie    Canada/Intempéries: Quatre morts et 900.000 foyers privés d'électricité    Interview avec Neila Tazi : « Nous ne quittons pas Essaouira, elle est la capitale de la tagnaouite »    Festival : Jazzablanca, le fond et la forme    Météo au Maroc: les prévisions du dimanche 22 mai    Diaspo #240 : Youssef Anegay, guitariste à Strasbourg indissociable de Lazywall    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La guerre du pétrole aura lieu
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 07 - 2002

En validant l'entrée en vigueur, au 1er juillet 2002, du démantèlement des droits de douane sur l'importation des produits pétroliers raffinés, le gouvernement joue le jeu de la libéralisation. Une approche compatible avec les contraintes de la mondialisation du secteur et qui incite les opérateurs à une véritable mise à niveau de leurs performances et de la qualité de leurs produits. Le consommateur devrait y trouver son compte.
Le gouvernement a tenu ses engagements en décrétant la libéralisation progressive du marché pétrolier au Maroc à partir du lundi 1er juillet 2002. Très attendue non seulement par les professionnels du secteur mais aussi par l'ensemble des opérateurs économiques, cette décision fut prise le jour même en fin d'après-midi, à l'occasion de la réunion, sous les auspices du Premier ministre, de la commission ministérielle chargée du dossier. “ L'État ne pouvait pas revenir sur ses engagements au risque de se déjuger“. C'est en ces termes que le ministre de l'Énergie et des Mines, Mustapha Mansouri, nous a commenté les enjeux de cette affaire stratégique pour le pays.
Ainsi, La Samir n'aura pas réussi à infléchir la volonté des pouvoirs publics dans le sens qui arrange ses propres intérêts. À savoir repousser le délai de la protection douanière dont a bénéficié le raffineur pendant une période de 5 ans au-delà de la date du 1er juillet 2002 prévue dans le cahier des charges relatif à la privatisation de la Samir. Arrivé à échéance, ce délai va ouvrir maintenant la voie au démantèlement linéaire des taux et droits de douane sur une période de 7 ans. Cédée en 1997 au groupe suédo-saoudien Corral, cette société bénéficiera en outre d'un avantage majeur : une formule d'indexation assez intéressante basée sur les prix de Rotterdam arrivée elle aussi à échéance le 1er juillet 2002. Cette marge confortable sera également revue à la baisse.
L'État a rempli donc sa part du contrat. Pas La Samir qui en échange de ces privilèges s'est engagé dans le même cahier des charges à mettre en œuvre un plan de développement pour la mise à niveau de son outil de production. Un investissement global de quelque 400 millions de Dollars. Or, ce programme ambitieux ne sera jamais réalisé, La samir se contentant chaque année de le présenter sur le papier au ministère de tutelle et à la presse. Mieux, le raffineur a même désinvesti au fil du temps en cédant certains de ses biens immobiliers et nombre d'actifs qu'il possédait dans le gaz…
Abderrahmane Saaïdi, directeur général de la Samir depuis juillet 2001, aura tout tenté pour que les pouvoirs publics lui accordent un moratoire et prolonger le monopole de fait octroyé à l'entreprise. Argument avancé : si l'État s'en tient à l'échéancier initial (1er juillet 2002), La Samir au pire sera condamnée, au mieux ravalée au rang de structure de stockage. En termes clairs, l'ex-ministre des privatisations ne demandait rien que moins que le gouvernement continue pendant quelques années encore à entourer la Samir d'une bienveillance protectionniste et que le vent du libéralisme qui a touché nombre de secteurs s'arrête à la filière pétrolière!
Drôle de conception de l'économie moderne. Pour un ministre qui avait la charge de privatiser les entreprises publiques dont La Samir, un tel raisonnement a quelque chose d'anachronique. Se sachant acculé et poussé dans ses derniers retranchements, conscient qu'il menait un combat d'arrière-garde, M. Saâïdi perdra même son sang froid. N'a-t-il pas qualifié dans la presse les distributeurs de “lapins qui seront bouffés“ par les “lions“ (les multinationales). Un fournisseur qui s'en prend de cette façon à ses clients… Monopole, quand tu nous tiens… Comment va se traduire pour La Samir le début de la fin de l'État de grâce ? Concernant la formule d'indexation basée sur le prix de Rotterdam ou ce que l'on appelle le “coefficient d'adéquation“, la filiale de Corral appartenant au Saoudien Mohamed Hussein Al Amoudi va désormais voir cette marge, qui était de 6,5%, passer à 2,5. Cela signifie concrètement que les fonds propres de l'entreprise vont enfin être ramenés raisonnablement à hauteur de 11% au lieu de 20 actuellement. Jugé honnête, ce taux correspond à peu près aux standards pratiqués dans d'autres pays. Pour les distributeurs, leur structure n'a connu en revanche qu'un simple réaménagement de certaines rubriques. Sans incidence significative sur la rentabilité. Aussi l'écart de rémunération des fonds propres entre le raffineur et le distributeur demeure-il important. Pour le moment, les distributeurs, convaincus de la justesse de leur cause, ont gagné le premier round d'une bataille cruciale. Celle du démantèlement progressif des tarifs douaniers sur les produits pétroliers raffinés.
Actuellement de 17,5%, ceux-ci seront réduits à 15% en 2003, à 12,5% en 2005 et finir à 10% en 2006. Cette baisse permettra aux sociétés de distribution de s'approvisionner elles-mêmes sur le marché international à partir de 2006. La guerre du pétrole aura bel et bien lieu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.