Une ONG condamne l'appel du Polisario à commettre des attentats terroristes au Maroc    Moment historique pour Yassine Bounou, gagnant du Trophée Zamora    Une réflexion de la presse italienne sur le nouveau contrat Mbappé    Une délégation marocaine à Prague    Plainte de LaLiga contre le PSG : Javier Tebas contre le renouvellement du contrat Mbappé    Travaux du Busway : Perturbation de la circulation à Casablanca    Guerre en Ukraine : Moscou annonce la destruction d'armes occidentales    USA-Liban : Nouvelle charrette de sanctions US    Sebta et Mellilia : La DGI annonce la fin des activités de contrebande    Marrakech / Systèmes de paiement et e-gov :15ème édition de l'Africa Pay & ID Expo    Casablanca : 16 MDH pour une cure de jouvence de la Trémie Zerktouni- Hassan II    Chine / Covid-19 : Des milliers de Pékinois placés de force en quarantaine    Casablanca : Lancement de la 15ème édition du Festival international Théâtre et Cultures    Marhaba 2022: consulat mobile au profit des ressortissants marocains de Saint-Etienne    Premier league: Manchester city championne d'Angleterre après un scénario fou    Mbappé: « La déception du Real est à la hauteur de mes hésitations »    Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime    Monkeypox: Quel plan de riposte pour le MSPS?    Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires    Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie    Covid-19 au Maroc : 98 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Espagne : Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants entre Ceuta et Cadix    Football / Match amical Etats Unis-Maroc : Le sélectionneur américain dévoile sa liste de joueurs    UPA: Le président du parlement émirati salue le rôle du Roi Mohammed VI dans le soutien des Maqdissis    Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin    Au camp de Boujdour, à Tindouf, un événement «international» devant des chaises vides    COVID-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 mai 2022    Situation médicale préoccupante d'un détenu à Fès : l'administration pénitentiaire fait le point    Usage de l'arme en dehors du service par un policier à Béni Mellal : enquête ouverte    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane    Blé: la menace de pénurie guette les pays importateurs    Moudhaffar Al Nawab, voix du peuple irakien, n'est plus    Tornade à Michigan: deux morts et 23 blessés    Le président du Conseil national des EAU salue le rôle pionnier de SM le Roi dans le soutien des Maqdissis    Migrations: aux portes des Etats-Unis, des drames et des enfers    USA: Joe Biden qualifie les cas de Monkeypox dans le monde de "préoccupants"    Québec réduit les frais de scolarité pour les étudiants étrangers en région    Amélioration de l'école publique : un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc participe à la foire internationale de l'agriculture de Novi en Serbie    Canada/Intempéries: Quatre morts et 900.000 foyers privés d'électricité    Interview avec Neila Tazi : « Nous ne quittons pas Essaouira, elle est la capitale de la tagnaouite »    Festival : Jazzablanca, le fond et la forme    Météo au Maroc: les prévisions du dimanche 22 mai    Diaspo #240 : Youssef Anegay, guitariste à Strasbourg indissociable de Lazywall    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pétrole : Les sens d'une stratégie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 06 - 05 - 2004

Lors d'une séance de travail, mardi 4 mai au cabinet Royal à Rabat, S.M le Roi Mohammed VI a procédé à l'examen de la stratégie pétrolière nationale en présence de hauts responsables dont le Premier ministre, Driss Jettou, et le ministre de tutelle, Mohamed Boutaleb. Cette nouvelle stratégie s'articule autour de trois recommandations essentielles : diversification des points d'entrée des produits pétroliers, respect des normes de sécurité et de qualité et réalisation de nouvelles raffineries. La libéralisation a repris le dessus sur le monopole.
Le Maroc a entamé une véritable libéralisation du secteur pétrolier. Les spécialistes considèrent la séance de travail consacrée à la stratégie pétrolière et tenue par SM le Roi Mohammed VI, mardi dernier à Rabat, comme un tournant décisif. Et pour cause, les sociétés de distribution des produits pétroliers vont désormais pouvoir importer librement les produits pétroliers à hauteur du déficit de la raffinerie Samir. Les quantités exactes à importer seront fixées par le comité national des approvisionnements.
Ont assisté à cette séance de travail, Driss Jettou, Premier ministre, Abdelaziz Meziane Belfkih, Conseiller de SM le Roi, Al Mostafa Sahel, ministre de l'Intérieur, Mohamed El Yazghi, ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Eau et de l'Environnement, Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, Mohamed Boutaleb, ministre de l'Energie et des Mines, Fouad Ali El Himma, ministre délégué à l'Intérieur et Amina Benkhadra, directeur général de l'Office national des hydrocarbures et des Mines (ONHYM).
A noter qu'avant cette séance de travail, le secteur sombrait dans un flou quasi-total. Selon un spécialiste, trois possibilités étaient à la portée du gouvernement. Premièrement, maintenir le statu quo et partant éviter de rétablir les droits de douane. Deuxièmement, fixer un quota d'importation, de l'ordre de 20% à 25%, au profit des compagnies de distribution. Et enfin, importer uniquement le déficit de la Samir.
Aujourd'hui, le choix a été fait sur une quatrième option, qui semble synthétiser les deux dernières. En effet, le déficit de la Samir ne dépasse guère les 15% à 20% de la consommation nationale de pétrole qui est de l'ordre de 6 millions de tonnes par an.
La bras de fer juridico-politique entre la Samir et les compagnies de pétrole a commencé à la suite de l'incendie de la raffinerie de la Samir à Mohammédia en novembre 2002 et septembre 2003. SM Mohammed VI avait immédiatement donné ses instructions pour que la sécurité de l'approvisionnement en pétrole soit considérée comme une priorité.
Le gouvernement a donc décidé de supprimer les droits de douane à l'importation du pétrole. Au grand dam des compagnies de distributions, comme Shell, Total, Afriquia ou Mobil. Ces sociétés n'étaient plus obligées de s'approvisionner chez la Samir, mais directement sur les marchés internationaux. Ce système a fonctionné pendant plusieurs mois d'une manière satisfaissante. En fait, la Samir a déploré le fait que son monopole soit brisé, du jour au lendemain. Mais sa position était difficilement défendable. Les investissements qu'elle avait promis de réaliser n'ont jamais vu le jour. Ce qui explique les incendies à répétition que sa raffinerie a connus.
Autres mécontents: les compagnies de distributions. Ces dernières ont demandé à l'Etat de prévoir, dans la structure du prix, un coefficient, une sorte de marge, qui servirait à assurer une sécurité de l'approvisionnement par le stockage. En termes clairs, les compagnies de distributions voulaient profiter d'une subvention étatique qui servira à construire des réservoirs de stockage de produit pétroliers raffinés. La réponse de l'Etat a été catégorique: un niet sans appel. Toutefois, le gouvernement est resté sensible aux doléances des compagnies de distribution quant au risque d'un rétablissement des droits de douane et au manque de visibilité qui en découle.
A noter, aussi, que la Samir jouira d'un monopole de fait. En effet, les capacités d'importation des ports marocains sont limitées. Les ports de Jorf Lasfar, d'Agadir et à moindre mesure celui de Nador sont incapables de concurrencer le potentiel de la Samir. Le port de Jorf Lasfar ne peut accueillir un bateau dont la capacité dépasse les 30.000 tonnes. A Agadir, ce plafond est de l'ordre de 10.000 tonnes.
Certes, il est théoriquement possible de construire de nouvelles unités de raffinage. Mais dans un pays comme le Maroc, cette entreprise serait déficitaire, compte tenu du volume de la consommation nationale: 6 millions de tonnes. En tout cas, Boutaleb estime que toutes les études montrent que le site idéal pour l'installation d'une nouvelle raffinerie se situe à Jorf Lasfar. En somme, lors de la séance de travail du mardi dernier, il a été décidé de renforcer les capacités de réception dans les différents ports du pays.
Par ailleurs, SM le Roi s'est enquis de la situation de l'exploration pétrolière, qui connaît une dynamique particulière suite à la mise en place d'une stratégie rénovée. En effet, aujourd'hui, plus de 17 compagnies pétrolières internationales interviennent dans différentes zones du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.