Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Le retour au débat politique    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition : «20 ans d'œuvres» de Najia Mahadji à l'Atelier 21
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 03 - 2015

Najia Mahadji est une artiste contemporaine qui, de par sa biographie et ses œuvres, synthétise l'Orient et l'Occident. Cette artiste franco-marocaine offre des œuvres lumineuses. Elles se situent entre le dessin et la peinture, l'intuition et la réflexion, la perception et la mémoire. Dans ce sens, les travaux de cette artiste sont dévoilés à travers une exposition rétrospective intitulée «20 ans d'œuvres», prévue jusqu'au 22 avril à la galerie d'art l'Atelier 21.
En effet, «20 ans d'œuvres» retrace plusieurs périodes de l'artiste. Elle donne à voir ses anciennes séries comme Chaosmos, Pivoines, Grenades, Arborescences, ainsi que des toiles plus récentes comme Enroulement, Mystic Dance ou Drapés. «… L'idée qui a présidé à ce choix est de montrer le lien qui existe entre toutes les périodes pour donner à voir le fil conducteur du travail sur une vingtaine d'années… C'est le désir de synthèse qui existe chez moi depuis toujours de faire le lien entre l'Orient et l'Occident, entre culture occidentale et cultures extra-européennes. Plus qu'un simple désir, c'est l'expression d'une nécessité.
Celle de faire une synthèse entre des éléments qui, d'habitude, sont séparés, comme la peinture et l'architecture, le dessin et la danse, le trait et le son, etc.», explique Najia Mehadji dans son entretien avec l'historien et critique d'art Philippe Piguet. Il faut dire que dès les années 80, l'œuvre de Najia Mahadji allie l'art contemporain à des éléments de l'art islamique. La coupole, le polygone, le floral, l'arabesque ou la calligraphie, au bénéfice de nouveaux concepts et de nouvelles formes au sein desquels l'artiste invente son propre style. D'ailleurs, son travail sur toile au début a été une longue quête de la couleur, ainsi qu'une réflexion sur la trace et la ligne qui continue encore aujourd'hui. «Je n'utilisais pas les matériaux et les supports traditionnels de la peinture mais du papier d'imprimerie, des encres sérigraphiques, de la toile brute, de la colle et de l'enduit ; des moyens réduits, pauvres, qui me rendaient plus libre». L'exposition comporte également une série de ses derniers travaux d'où émerge une «calligraphie» au féminin, à la fois charnelle et spirituelle. «Mes derniers travaux s'appuient sur la continuité de la ligne dans une sorte de «calligraphie du corps» où la réversibilité dehors/dedans joue un rôle primordial».
Il est à noter que Najia Mehadji a vécu son enfance et son adolescence à Paris, séjournant régulièrement à Fès dont sa famille est originaire. Diplômée de l'Université Paris 1 et de l'Ecole des Beaux-arts de Paris, ses œuvres font partie de nombreuses collections dont le Palais Royal, le Musée d'Art Moderne et Contemporain du Centre Georges Pompidou en France, l'institut du Monde Arabe et le Musée des Beaux-Arts de Caen en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.