Que veut-on ?    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Edito : Anticiper    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Al Omrane Expo Marocains du Monde : Le programme «Istitmar» présenté aux Marocains de France    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Un centre de dialyse et un autre de santé urbain inaugurés à Hay Hassani    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Météo: les prévisions de ce mardi    L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Bab Sebta: Arrestation d'un Français, objet d'un mandat d'arrêt    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le Tihad Athletic Sportif de Casablanca remporte sa première Coupe du Trône    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Nous sommes tous concernés par le diabète    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CNCA : Rendez-vous devant la cour suprême
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 06 - 2002

La Cour spéciale de justice a prononcé des peines d'emprisonnement allant de 4 à 12 ans dans l'affaire de la CNCA. La procédure empruntée suscite toujours des interrogations.
Les trois C, en l'occurrence la CNSS, le CIH et la CNCA, n'en finissent pas de susciter des remous. Si dans le cadre des deux premières institutions la procédure d'enquête suit encore son cours, du côté de la CNCA, l'affaire prend de l'élan et une tournure tragique. Hier, le verdict a été rendu dans l'affaire où Rachid Haddaoui, ancien directeur général de la banque publique, fut pointé du doigt. Il a été condamné par la Cour spéciale de justice à quatre ans de prison ferme.
Les deux directeurs adjoints ont été, quant à eux, condamnés respectivement à 12 ans et à 7 ans de prison. Parmi les vingt-six autres fonctionnaires et clients de la CNCA poursuivis dans cette affaire, sept d'entre eux ont été condamnés à des peines variant entre cinq et six ans de prison. Les 19 autres ont été disculpés. Selon un membre de la famille de M. Haddaoui, «le jugement prononcé est fondé sur des supputations qui font que le dossier manque de clarté. Il est guidé par des considérations politico-politiques».
Les observateurs soulignent que c'est à la Cour d'apporter les preuves de la culpabilité. En revanche, les avocats ont présenté les preuves de l'innocence de l'ex-directeur général de la CNCA. Le prochain recours de la défense est la Cour Suprême. En attendant que le dernier verdict soit rendu, Rachid Haddaoui continuera à bénéficier d'une liberté provisoire qui lui a déjà été accordée. L'histoire remonte en effet à 1998.
Les premières lueurs signalant un gros scandale financier apparaissaient. Du côté de la CNCA, le préjudice subi principalement entre 1980 et 1995 est estimé à quelque 80 millions de dollars. Quant à elle, la réclusion de l'ancien directeur général de la CNCA fut intervenue en mai 200. La seule charge retenue contre lui invoquait sa complicité dans la dilapidation des deniers publics. Parmi les volets constatés par le ministère public, celui des acquisitions où des manquements ont été établis. Les achats effectués par la Caisse étaient facturés au-dessus du coût réel, et ce, à la discrétion des responsables, notamment le comité régional et les expertises d'évaluation. La recherche de la vérité doit primer, il ne suffit pas de prononcer des peines d'emprisonnement pour résoudre les «failles» des établissements publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.