Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CNCA : Rendez-vous devant la cour suprême
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 06 - 2002

La Cour spéciale de justice a prononcé des peines d'emprisonnement allant de 4 à 12 ans dans l'affaire de la CNCA. La procédure empruntée suscite toujours des interrogations.
Les trois C, en l'occurrence la CNSS, le CIH et la CNCA, n'en finissent pas de susciter des remous. Si dans le cadre des deux premières institutions la procédure d'enquête suit encore son cours, du côté de la CNCA, l'affaire prend de l'élan et une tournure tragique. Hier, le verdict a été rendu dans l'affaire où Rachid Haddaoui, ancien directeur général de la banque publique, fut pointé du doigt. Il a été condamné par la Cour spéciale de justice à quatre ans de prison ferme.
Les deux directeurs adjoints ont été, quant à eux, condamnés respectivement à 12 ans et à 7 ans de prison. Parmi les vingt-six autres fonctionnaires et clients de la CNCA poursuivis dans cette affaire, sept d'entre eux ont été condamnés à des peines variant entre cinq et six ans de prison. Les 19 autres ont été disculpés. Selon un membre de la famille de M. Haddaoui, «le jugement prononcé est fondé sur des supputations qui font que le dossier manque de clarté. Il est guidé par des considérations politico-politiques».
Les observateurs soulignent que c'est à la Cour d'apporter les preuves de la culpabilité. En revanche, les avocats ont présenté les preuves de l'innocence de l'ex-directeur général de la CNCA. Le prochain recours de la défense est la Cour Suprême. En attendant que le dernier verdict soit rendu, Rachid Haddaoui continuera à bénéficier d'une liberté provisoire qui lui a déjà été accordée. L'histoire remonte en effet à 1998.
Les premières lueurs signalant un gros scandale financier apparaissaient. Du côté de la CNCA, le préjudice subi principalement entre 1980 et 1995 est estimé à quelque 80 millions de dollars. Quant à elle, la réclusion de l'ancien directeur général de la CNCA fut intervenue en mai 200. La seule charge retenue contre lui invoquait sa complicité dans la dilapidation des deniers publics. Parmi les volets constatés par le ministère public, celui des acquisitions où des manquements ont été établis. Les achats effectués par la Caisse étaient facturés au-dessus du coût réel, et ce, à la discrétion des responsables, notamment le comité régional et les expertises d'évaluation. La recherche de la vérité doit primer, il ne suffit pas de prononcer des peines d'emprisonnement pour résoudre les «failles» des établissements publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.