«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada: Le maître du génie chimique traditionnel est marocain
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 07 - 2016

Professeur titulaire, membre du conseil d'administration de l'Ecole Polytechnique de Montréal et de plusieurs sociétés savantes, Jamal Chaouki est un exemple d'intégration et de réussite. Détenteur de 22 brevets d'invention, il se passionne pour le recyclage des déchets et sa notoriété en la matière est mondiale.
Exceptionnel et passionnant! C'est ainsi que l'on peut qualifier le parcours de Jamal Chaouki, professeur au département de génie chimique et directeur du Centre de recherche en ingénierie des procédés à l'Ecole Polytechnique de Montréal. Né dans un quartier populaire de Casablanca et d'origine modeste, ce scientifique que l'on peut qualifier de savant est aujourd'hui l'un des plus grands chercheurs en génie chimique traditionnel (1) dans le monde. C'est aussi au sein de la diaspora marocaine un exemple d'intégration réussie au Canada. Membre du conseil d'administration de l'Ecole Polytechnique de Montréal, il est à la tête d'un des meilleurs laboratoires au monde dédiés au traitement thermique.
Et pourtant, ses débuts au Canada étaient plutôt difficiles. «Ici, rien n'est donné, il faut faire ses preuves!», souligne-t-il. C'est à force de travail sans relâche, de courage et de patience qu'il a fait sa place. Aujourd'hui, ses compétences sont reconnues aux quatre coins du monde. Outre ses fonctions au sein de Polytechnique, il est, entre autres, consultant d'une vingtaine de compagnies à travers le monde. Malgré son emploi du temps chargé et ses nombreux engagements professionnels, le professeur Chaouki montre une écoute très attentive à tout interlocuteur. C'est aussi avec passion qu'il nous parle de son domaine d'expertise que sont les déchets. Sur ce plan pour lui aussi, «rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme».
«Dans l'industrie quand un produit est fabriqué, 75% de ce qui est produit sont des déchets. Par la suite 60 à 70% des 25%, qui représentent la matière produites, se retrouvent en déchets dans moins d'un an», avance-t-il. «C'est juste pour dire à quel point on risque d'être envahis par les déchets», renchérit-il. Recycler les déchets en tout genre est devenu ainsi son cheval de bataille. Recyclage du plastique, recyclage des pneus... avec lui et son équipe, c'est no limit! A entendre le professeur Chaouki parler de ses inventions, on a l'impression que chaque matière peut avoir une vie sans fin. Au Maroc, avec l'Office chérifien des phosphates (OCP), c'est sur le recyclage du soufre utilisé pour s'attaquer aux roches que travaille le chercheur.
«Le Maroc achète entre 500 et 800 millions de dollars dépendamment du coût du soufre pour faire de l'acide sulfurique destiné à attaquer la roche de phosphate pour la dépourvoir du calcium. C'est ainsi aue 20 millions de tonnes de phosphogypse (soufre + calcium) qui sont jetées à la mer chaque année car pour chaque tonne de phosphate produite, ce sont 4 à 5 tonnes de calcium qui se lient au soufre dans l'opération d'extraction», explique le professeur Chaouki. Aujourd'hui le moyen est trouvé pour séparer le soufre du calcium et pour que ces deux éléments soient utilisés indépendamment.
Au niveau du soufre ce sont de vraies économies d'échelle et une indépendance du marché mondial qui pourraient être réalisés puisque le déchet industriel pourra être réutilisé de nouveau pour l'extraction du phosphate. Quant au calcium extrait de la roche, il peut être exploité par l'industrie des ciments et générer ainsi des gains. Mais l'intérêt d'une telle démarche scientifique n'est pas uniquement à ce niveau il est aussi environnemental. Le projet de recyclage du soufre va permettre à OCP d'éviter de verser du phosphogypse dans la mer. Pour l'heure, ce sont deux brevets d'invention sur ce traitement qui ont été déposés par le chercheur et un de ses étudiants au profit d'OCP. Les inventions devraient se traduire par la mise en place d'une unité pilote au Maroc dans le cadre d'un partenariat entre l'Ecole Polytechnique et OCP. En gestation depuis deux ans, le projet est aujourd'hui au stade de la signature du contrat de partenariat.
(1) Le génie chimique traditionnel porte sur la conception des procédés industriels dédiés à des domaines tels que la pétrochimie et la chimie fine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.