Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada: Le maître du génie chimique traditionnel est marocain
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 07 - 2016

Professeur titulaire, membre du conseil d'administration de l'Ecole Polytechnique de Montréal et de plusieurs sociétés savantes, Jamal Chaouki est un exemple d'intégration et de réussite. Détenteur de 22 brevets d'invention, il se passionne pour le recyclage des déchets et sa notoriété en la matière est mondiale.
Exceptionnel et passionnant! C'est ainsi que l'on peut qualifier le parcours de Jamal Chaouki, professeur au département de génie chimique et directeur du Centre de recherche en ingénierie des procédés à l'Ecole Polytechnique de Montréal. Né dans un quartier populaire de Casablanca et d'origine modeste, ce scientifique que l'on peut qualifier de savant est aujourd'hui l'un des plus grands chercheurs en génie chimique traditionnel (1) dans le monde. C'est aussi au sein de la diaspora marocaine un exemple d'intégration réussie au Canada. Membre du conseil d'administration de l'Ecole Polytechnique de Montréal, il est à la tête d'un des meilleurs laboratoires au monde dédiés au traitement thermique.
Et pourtant, ses débuts au Canada étaient plutôt difficiles. «Ici, rien n'est donné, il faut faire ses preuves!», souligne-t-il. C'est à force de travail sans relâche, de courage et de patience qu'il a fait sa place. Aujourd'hui, ses compétences sont reconnues aux quatre coins du monde. Outre ses fonctions au sein de Polytechnique, il est, entre autres, consultant d'une vingtaine de compagnies à travers le monde. Malgré son emploi du temps chargé et ses nombreux engagements professionnels, le professeur Chaouki montre une écoute très attentive à tout interlocuteur. C'est aussi avec passion qu'il nous parle de son domaine d'expertise que sont les déchets. Sur ce plan pour lui aussi, «rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme».
«Dans l'industrie quand un produit est fabriqué, 75% de ce qui est produit sont des déchets. Par la suite 60 à 70% des 25%, qui représentent la matière produites, se retrouvent en déchets dans moins d'un an», avance-t-il. «C'est juste pour dire à quel point on risque d'être envahis par les déchets», renchérit-il. Recycler les déchets en tout genre est devenu ainsi son cheval de bataille. Recyclage du plastique, recyclage des pneus... avec lui et son équipe, c'est no limit! A entendre le professeur Chaouki parler de ses inventions, on a l'impression que chaque matière peut avoir une vie sans fin. Au Maroc, avec l'Office chérifien des phosphates (OCP), c'est sur le recyclage du soufre utilisé pour s'attaquer aux roches que travaille le chercheur.
«Le Maroc achète entre 500 et 800 millions de dollars dépendamment du coût du soufre pour faire de l'acide sulfurique destiné à attaquer la roche de phosphate pour la dépourvoir du calcium. C'est ainsi aue 20 millions de tonnes de phosphogypse (soufre + calcium) qui sont jetées à la mer chaque année car pour chaque tonne de phosphate produite, ce sont 4 à 5 tonnes de calcium qui se lient au soufre dans l'opération d'extraction», explique le professeur Chaouki. Aujourd'hui le moyen est trouvé pour séparer le soufre du calcium et pour que ces deux éléments soient utilisés indépendamment.
Au niveau du soufre ce sont de vraies économies d'échelle et une indépendance du marché mondial qui pourraient être réalisés puisque le déchet industriel pourra être réutilisé de nouveau pour l'extraction du phosphate. Quant au calcium extrait de la roche, il peut être exploité par l'industrie des ciments et générer ainsi des gains. Mais l'intérêt d'une telle démarche scientifique n'est pas uniquement à ce niveau il est aussi environnemental. Le projet de recyclage du soufre va permettre à OCP d'éviter de verser du phosphogypse dans la mer. Pour l'heure, ce sont deux brevets d'invention sur ce traitement qui ont été déposés par le chercheur et un de ses étudiants au profit d'OCP. Les inventions devraient se traduire par la mise en place d'une unité pilote au Maroc dans le cadre d'un partenariat entre l'Ecole Polytechnique et OCP. En gestation depuis deux ans, le projet est aujourd'hui au stade de la signature du contrat de partenariat.
(1) Le génie chimique traditionnel porte sur la conception des procédés industriels dédiés à des domaines tels que la pétrochimie et la chimie fine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.