Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    Botola Pro D2 : L'Union Touarga accompagne le MAT en première division    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Youssef En-Nesyri assure la qualification de Séville pour la Ligue des champions (VIDEO)    Avant le derby, le Raja ne se rassure pas face à Oued Zem (VIDEO)    Maroc : L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% du trafic aérien    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Coupe de la CAF : La Renaissance Berkane qualifiée pour la finale    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Terrorisme : 6 morts dont 3 enfants dans un attentat-suicide au Pakistan    Al Hoceima / Communes : Remise de 18 bus scolaires et 7 ambulances    Sidi Kacem / CRM : La création d'un centre de formation requise    Maroc : la demande de sécurité et de l'ordre social en des mains sûres, grâce à la DGSN    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    «La voix de la Palestine», enterrée à Jérusalem    SM le Roi félicite le Président du Paraguay à l'occasion de la fête nationale de son pays    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Policy Center for the new south: La plus grande flambée des prix en 50 ans    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Marathon de Marrakech : L'Ethiopien Dida et la Marocaine Gardadi remportent la 32ème édition    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    Coupe de la CAF : La RSB veut rééditer son exploit de 2020    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    DGSN: 66 ans de sacrifices infinis au service du citoyen et de la patrie    Commémoration : Allal El Fassi, le leader à la pensée plurielle    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Paris: Rencontre sur les perspectives des écosystèmes économiques au Maroc    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    25.000 festivaliers et 5.000 écoliers à la 20ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Election du président de la première Chambre : Le niet du PJD
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 12 - 01 - 2017

Alors que le Parlement doit adopter d'urgence l'acte constitutif de l'UA, le parti met en garde contre l'élection des instances de la Chambre des représentants en dehors de la majorité
L'élection du président de la Chambre des représentants fait polémique. Après un appel de plusieurs responsables politiques à l'élection d'un nouveau président et du bureau de la première Chambre parlementaire, le Parti de la justice et du développement (PJD) sort à son tour de son silence. Mohamed Yatim, premier vice-président de la Chambre des représentants dans le Parlement sortant et bras droit du chef de gouvernement désigné, insiste sur le caractère impossible de l'élection de nouvelles instances avant la formation d'une majorité. «La logique de la Constitution veut que la majorité gouvernementale soit directement issue de la majorité parlementaire. Si le chef de gouvernement désigné ne parvient pas à former une majorité gouvernementale, il n'existe aucune solution que de dissoudre la Chambre des représentants puis appeler à de nouvelles élections législatives», explique Yatim qui a été élu député lors des élections législatives du 7 octobre dernier. Le PJD n'y va pas par quatre chemins et refuse catégoriquement qu'un nouveau président de la première Chambre soit élu avant la formation d'une majorité gouvernementale et parlementaire. Au cas où le parti de la lampe persiste dans cette position et que les consultations pour la formation d'une majorité restent au point mort, le Maroc va se retrouver face à une véritable crise politique et constitutionnelle. Et pour cause. Le Royaume devrait récupérer son siège au sein de l'Union Africaine (UA) à l'occasion de son sommet qui se tiendra fin janvier. Le hic, c'est que le Parlement, toujours au chômage technique depuis les élections du 7 octobre, doit adopter l'acte constitutif de l'UA. A quelques jours du prochain sommet de l'Union, le temps presse.
Psychose du PAM
Mais face à cette urgence, le PJD a la tête ailleurs. Le parti de la lampe pense déjà au rôle que pourrait jouer le Parti authenticité et modernité (PAM), son ennemi politique numéro un, dans l'élection du futur président de la première Chambre parlementaire. Sa source au sein du PJD évoque en effet le soutien du PAM avec ses 105 sièges à la première Chambre à l'un des candidats qui pourraient se présenter pour ce poste. Mais l'origine du niet du parti de la lampe est à chercher ailleurs. Le PJD qui a des visées sur la présidence de la Chambre basse du pays sait qu'il ne dispose pas du nombre de voix suffisant pour l'emporter. En effet, le PJD même avec le soutien du parti de l'Istiqlal et celui du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ne pèse que 183 sièges sur les 395 que compte la Chambre des représentants. Le parti reste ainsi loin de la majorité et voit ses chances d'obtenir la présidence s'envoler. Légalement, la première Chambre peut sans aucun problème se réunir pour élire un nouveau président. Mais les Pjdistes invoquent un autre problème, celui de l'élection des autres instances, à savoir le bureau de la première Chambre ainsi que les présidences des commissions parlementaires. La Constitution mais également le règlement intérieur de la Chambre des représentants prévoient un quota pour l'opposition. Dans l'état actuel des choses, il n'existe ni majorité parlementaire ni opposition claire en dehors du PAM qui a déjà annoncé son intention de rallier l'opposition. «Il n'existe de ce fait aucune possibilité de parachever la construction des instances de la Chambre des représentants avant la formation d'une majorité et d'une opposition parlementaires claires», conclut Mohamed Yatim.
Présidence : Trois candidats potentiels
La procédure veut que les candidats pour le perchoir se déclarent le jour même de l'élection en levant le bras. Mais en pratique, le sort de la présidence est scellé bien avant le jour de l'élection.
Il faut dire que le poste de président de la Chambre des représentants fait partie du package négocié lors de la formation de la majorité gouvernementale. Ce fut le cas notamment avec Karim Ghellab et Rachid Talbi Alami au cours de la législature précédente.
Aujourd'hui, la situation est un peu compliquée puisqu'aucune majorité n'a pu voir le jour depuis la nomination du chef de gouvernement le 10 octobre dernier. Trois mois après, les consultations menées n'ont pas abouti à grand-chose et mécaniquement, le Parlement est resté au chômage et le poste de président vacant. Des noms de candidats potentiels circulent sur la scène politique. Il s'agit notamment de Saâd Eddine Othmani. L'ancien secrétaire général du PJD et l'actuel président de son conseil national pourrait bien se présenter. Il y a également Rachid Talbi Alami qui a présidé la première Chambre au cours des trois dernières années au nom du RNI puis Habib El Malki de l'USFP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.