Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Emmanuel Macron : Le jour d'après !
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 05 - 2017

Le «jour d'après», son quinquennat qui s'annonce, forgera l'homme et le président et ceux qui l'ont sous-estimé, l'enfermant dans le carcan d'un banquier pourraient bien s'en mordre les doigts....
À l'heure où j'écris ces lignes le vote du 2ème tour de la Présidentielle française n'a pas encore livré ses résultats, par contre au moment où vous lirez ma chronique nous connaîtrons le nom du nouveau président français, sauf énorme et dramatique surprise c'est Emmanuel Macron qui sortira vainqueur de l'élection présidentielle la plus imprévisible de l'Hexagone. Tous les vieux repères ont sauté: les candidats du PS et des Républicains sont disqualifiés, des personnalités ancrées dans le paysage politique depuis des décennies ont été balayées et aux deux extrêmes Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont réalisé des scores jamais atteints. Si beaucoup ne pariaient pas un kopek sur Emmanuel Macron il y a encore quelques mois, force est de reconnaître qu'il a su avec un pressentiment remarquable prévoir que le peuple français avait soif de renouvellement, que le carcan des partis traditionnels allait exploser et a réussi avec un rare talent à croire en son étoile et faire preuve d'un «culot» incroyable. Si certains n'ont vu en lui qu'un avatar du grand capital, force est de constater qu'il a réussi un parcours hors norme.
Bien sûr une partie non négligeable de ceux qui ont voté pour lui l'ont fait pour barrer la route au Front National, pourtant les observateurs auraient tort de sous-estimer ce qu'il a su incarner et porter. Il faudra qu'ils s'habituent à une jeunesse, à une nouvelle façon de présider.
Le «jour d'après», son quinquennat qui s'annonce, forgera l'homme et le président et ceux qui l'ont sous-estimé, l'enfermant dans le carcan d'un banquier pourraient bien s'en mordre les doigts.... Son titre de gloire actuel est incontestablement d'avoir su faire barrage au FN et préservé la France d'une aventure sans retour !
Au Maroc, cette élection a passionné : les très nombreux franco-marocains vivant au Royaume certes mais pas seulement, tout comme la communauté marocaine de France s'est non seulement sentie concernée mais aussi impliquée. Des figures emblématiques telles M'jid El Guerrab (candidat à l'investiture d'En Marche pour les législatives dans la 9ème circo, celle incluant le Maroc), Ahmed Eddaraz, Salah Bourdi et bien d'autres se sont engagés auprès de E. Macron, des comités En Marche se sont constitués au Maroc autour de jeunes tels Jaoued Boussakouran ou Hamza Hraoui...Et puis il a su avoir les bons gestes en visitant le pavillon du Maroc au Salon du Livre de Paris et commémorer l'assassinat de Brahim Bouarram, jeté dans la Seine le 1er mai 1995.
Lors d'une rencontre et d'une discussion approfondie avec Emmanuel Macron à Paris, aux côtés de Bariza Khiari, «engagée à ses côtés, de la 1ère heure», de son conseiller diplomatique Aurélien Lechevallier et en compagnie d'autres Marocains telles Hasna Daoudi, Nadia Larguet et notre ambassadeur Chakib Benmoussa, j'ai constaté le charisme qui émane de lui, sa curiosité, et senti dès ce dialogue que les relations franco-marocaines se poursuivraient sous le signe de l'excellence. Alors que je lui faisais remarquer qu'il s'était rendu en Algérie et pas chez nous, en tant que candidat, il m'a aussitôt répondu «j'y viendrai en tant que président»...
Bienvenue !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.